jeudi 22 février 2024

Cancer : premier essai clinique d’un traitement à base d’ARN au Royaume-Uni

-

Le nouvel essai clinique britannique d’un traitement à base d’ARN messager teste la sûreté et l’efficacité dans la lutte contre plusieurs cancers. Il faudra probablement du temps avant que les patients puissent en bénéficier.

Pour la première fois, des patients atteints de cancer ont reçu un traitement d’immunothérapie à base d’ARN messager (ARNm) pour aider leur organisme à reconnaître et à combattre les cellules cancéreuses. À visée curative, l’administration de la thérapie appelée ARNm-4359 s’est déroulée à l’Imperial College Healthcare NHS Trust (Londres) dans le cadre d’un essai clinique de phase 1/2. À ce stade, l’objectif principal de ce nouvel essai baptisé Mobilize est de découvrir si ce type particulier de thérapie à ARNm est sûr et toléré par les patients atteints de cancers du  ou de la peau, et s’il peut réduire la taille des . Les participants à l’essai reçoivent soit l’ARNm seul, soit en complément du Pembrolizumab – un  utilisé comme médicament  – et seront suivis pendant une période pouvant aller jusqu’à 34 mois.

   Comment ça marche ?

La nouvelle thérapie utilise du  (l’ARNm) et fonctionne en présentant au  du patient des marqueurs communs des tumeurs. « Cela devrait permettre d’entraîner le système immunitaire des patients à reconnaître et à combattre les cellules cancéreuses exprimant ces marqueurs, mais aussi d’éliminer potentiellement les cellules susceptibles de supprimer la réponse immunitaire », précise un communiqué.

Ce traitement à ARNm lancé à Londres fait partie des immunothérapies anticancéreuses thérapeutiques, qui sont « prêtes à l’emploi » et adaptées à un type particulier de cancer. Les immunothérapies anticancéreuses personnalisées, elles, reposent sur l’extraction du matériel génétique d’un patient à partir de sa tumeur.

   Les bases d’une nouvelle thérapie sont posées

« Cette recherche n’en est encore qu’à ses débuts et il faudra peut-être de nombreuses années avant que les patients puissent en bénéficier, mais cet essai pose les bases cruciales qui nous rapprochent de nouvelles thérapies potentiellement moins toxiques et plus précises », s’est félicité le Dr David Pinato, clinicien scientifique et  médical consultant à l’Imperial College, et investigateur du volet britannique de l’essai.

- Advertisment -