jeudi 29 février 2024

Casablanca: Karimine et Badraoui placés en détention à la prison d’Oukacha

-

Le juge d’instruction près la Cour d’appel de Casablanca a ordonné l’incarcération de Mohamed Karimine, surnommé « l’empereur de Bouznika » , ancien député, et Abdelaziz El Badraoui, ancien président du club Raja Casablanca.

Suite à leur arrestation, ses deux personnalités influentes ont été placées en détention à la prison locale d’Aïn Sebaâ  » Oukacha ».

Cette décision est survenue aux petites heures du matin ce vendredi, à la suite des interrogatoires des accusés dans une affaire de détournements présumés liés au contrat de propreté de la commune de Bouznika, dont Karimine était le président avant d’être révoqué par le ministère de l’Intérieur.

Le procureur général près la Cour d’appel de Casablanca a requis leur placement en détention provisoire après les avoir déférés devant le juge d’instruction, à l’issue de longues heures d’audition.

Précédemment, le procureur général avait décidé de pousser l’enquête plus loin en confiant le dossier à la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) pour continuer l’interrogatoire des accusés.

Les deux principaux accusés ont fourni des déclarations contradictoires devant le procureur général, ce qui a justifié leur placement en garde à vue afin d’approfondir l’enquête.

Ils ont été interrogés sur leur implication présumée dans des détournements concernant le contrat de gestion déléguée du secteur de la propreté, conclu avec la société « Ozone », appartenant à El Badraoui, et signé avec la commune de Bouznika pendant le mandat de Karimine, avant sa destitution par le ministère de l’Intérieur.

Les membres de la BNPJ les ont placés en détention mardi matin, à la suite de plusieurs séances d’interrogatoire, certaines ayant été manquées par les accusés, qui ont fourni des certificats médicaux.

Karimine avait été transféré d’un hôpital de Rabat lundi, sur instruction du parquet général, pour être présenté en compagnie d’El Badraoui devant les autorités judiciaires.

L’ancien président du conseil communal de Bouznika fait l’objet de nombreuses plaintes et est actuellement sous le coup d’une enquête ouverte par le parquet général près la Cour d’appel de Casablanca.

- Advertisment -