dimanche 25 février 2024

Revue de presse de ce jeudi 1er février 2024

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi 1er février 2024:

L’Opinion

  • L’ambassade d’Espagne a envoyé une «note verbale» au ministère marocain des Affaires étrangères pour lui demander l’instauration de visas aux ressortissants sénégalais, qui empruntent des vols faisant escale en Espagne, comme c’est déjà le cas pour les Kényans. D’après les autorités espagnoles, l’aéroport de Madrid souffre d’une surpopulation des demandeurs d’asile, en provenance du Sénégal. Selon les médias du pays ibérique, ces demandeurs ont emprunté des vols Sénégal-Maroc avec une escale à Madrid. Une fois sur le sol espagnol, ils demandent l’asile à l’aéroport Barajas. Le ministère des Affaires étrangères a demandé au gouvernement marocain d’opposer son veto aux citoyens sénégalais dépourvus de visas, les empêchant ainsi d’embarquer dans des avions faisant escale en Espagne.
  • Le cycle de corruption et de criminalité conduit par les éléments du Polisario continue pour le grand malheur des réfugiés des camps de Tindouf. Outre les violations des Droits de l’Homme, le groupe séparatiste s’avère impliqué, à côté d’officiers algériens, dans un réseau criminel facilitant l’entrée illégale d’une vingtaine de Sahraouis, installés dans les camps de Tindouf, dans la région autonome des Asturies. Selon le Forum de soutien aux autonomistes de Tindouf, qui se réfère aux investigations menées par les autorités espagnoles, le réseau clandestin a été orchestré par un séparatiste très proche d’un haut dirigeant du Polisario. Les médias ibériques évoquent également l’implication de deux autres associations basées dans les régions de Galicie et les Asturies. Ces organisations ont apporté aussi leur appui au montage de l’opération, en accordant des «invitations à certains malades» originaires des camps de Tindouf pour entrer en Espagne.
  • L’agriculture nationale subit de plein fouet la succession d’années de sécheresse, ce qui impacte sa production et tire les prix vers le haut. La production de dattes ne déroge pas à cette règle, puisque les oasis voient leurs réserves de nappes phréatiques dégringoler. Malgré les efforts du Plan Maroc Vert, la production locale ne couvre pas la demande. Pour garantir un approvisionnement suffisant et des prix abordables, le marché marocain dépend des importations tunisiennes ou encore égyptiennes. Côté marocain, le ministère travaille sur des nouvelles méthodes pour promouvoir la production dattière, très gourmande en eau. La généralisation du goutte-à-goutte ou l’introduction de nouvelles espèces sont en train d’être réalisées afin d’améliorer l’efficacité de l’utilisation de l’eau dans les oasis.
  • Les salles des marchés universitaires constituent un « apport éducationnel » fort pour les étudiants, a affirmé le directeur général de la Bourse de Casablanca, Tarik Senhaji. S’exprimant à l’ouverture d’une rencontre internationale organisée par la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales d’Agdal (FSJES-Agdal) – Université Mohammed V de Rabat, Senhaji a souligné que les salles des marchés universitaires jouent un rôle important dans l’éducation financière, sachant qu’elles offrent un environnement pratique pour l’apprentissage des étudiants. Elles contribuent également au développement des compétences pratiques en gestion des risques et prise des décisions stratégiques, a-il-ajouté, faisant part de sa fierté suite à l’inauguration de la nouvelle salle des marchés de la FSJES-Agdal.

Le Matin

  • Pas d’issue en vue pour le dossier des 545 enseignants suspendus sur fond de leur participation aux grèves qui ont paralysé le secteur de l’Éducation nationale durant près de deux mois. Selon des sources syndicales, il est difficile de trouver un terrain d’entente avec le ministère de tutelle qui se montre intransigeant envers «ceux qui ont exhorté les élèves à commettre des actes violents». Toujours est-il que le département de Benmoussa a fait preuve d’une certaine souplesse en proposant deux scénarios de sortie de crise. Le premier consiste à transférer les cas des enseignants suspendus aux conseils disciplinaires, alors que le second prévoit la mise en place de 12 commissions au niveau des AREF, lesquelles seront chargées de trancher sur leur sort. Seulement, les syndicats ne l’entendent pas de cette oreille et tiennent mordicus à la réintégration immédiate et non conditionnée de ces enseignants.
  • L’abondance de l’offre des fruits et légumes sur le marché national à des prix relativement bas est pour le moins surprenante, dans un contexte de stress hydrique et d’inflation des intrants agricoles. Mais cette tendance est éphémère. Selon le président de la COMADER Rachid Benali, cette détente sur les prix est l’effet des conditions climatiques actuelles qui ont favorisé un mûrissement précoce de certaines cultures, en plus des perturbations à l’export vers le reste du continent africain et certains marchés européens. De même, la politique de soutien aux prix des intrants agricoles (engrais azotés et semences) a joué en faveur du consommateur, le prix de revient ayant été amorti pour les producteurs. Mais passée cette euphorie, les prix devraient repartir à la hausse dans les 2 mois qui viennent. La montée anormale des températures dans ce timing et l’aggravation du stress hydrique impactera lourdement la production maraîchère.
  • Le crédit bancaire global a enregistré une hausse de 5,2% ou de 55,4 milliards de DH en 2023, avec un en- cours qui atteint 1.114,5 milliards, selon les dernières statistiques monétaires de Bank Al-Maghrib. Mais cette performance ne traduit pas une bonne dynamique de l’économie réelle. En effet, ce sont principalement les créances diverses sur la clientèle, servies en grande partie aux autres institutions financières (compagnies d’assurance, caisses de retraite, sociétés de financement, OPCVM…), qui sont à l’origine de cette évolution. Leur encours a progressé de 19% ou de 32 milliards de DH, pour s’établir à plus de 200 milliards.
  • Le Maroc poursuit sa marche de développement, sous le Leadership du Roi Mohammed VI, a souligné le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, mettant en lumière les avancées du Royaume en matière d’infrastructures, d’industrie, d’agriculture et de tourisme. « Nous avons construit des infrastructures selon les meilleures normes internationales, avec une connectivité air-terre-mer sans précédent dans la région », a-t-il indiqué dans un entretien au quotidien La Repubblica, publié au lendemain de sa participation au sommet « Italie-Afrique : Un pont pour une croissance commune ». »Le Royaume a développé un réseau autoroutier, qui s’étend sur 2000 km, la première ligne ferroviaire à grande vitesse en Afrique, le plus grand port du continent sur la Méditerranée et prochainement la plus importante infrastructure maritime de l’Atlantique, ainsi que 14 aéroports internationaux, offrant une capacité de projection africaine très significative », a-t-il détaillé.

Libération

  • Le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, a souligné que « des dispositions préliminaires sont en cours pour réunir les conditions politiques nécessaires en vue de déposer une motion de censure devant la Chambre des représentants à l’encontre du gouvernement actuel”. Invité de l’émission «Décryptage» sur Radio MFM, Lachguar a indiqué que “cette démarche sera une action politique visant à attirer l’attention sur le fait que la situation politique du tripartisme hégémonique a dépassé les limites”, notant que “la gestion gouvernementale défaillante de plusieurs questions politiques est devenue une cause majeure d’exacerbation des tensions sociales, au lieu de générer satisfaction et tranquillité au sein des composantes de la société”. “En même temps, cette initiative servira de secousse politique, adressée à l’opinion publique nationale”, a-t-il dit.
  • Le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares, a réaffirmé la détermination de son pays à développer davantage ses relations avec le Maroc dans tous les domaines. »Notre objectif est de continuer à progresser dans nos relations économiques, de renforcer la coopération dans des domaines tels que la lutte contre le terrorisme et contre les mafias qui pratiquent la traite des êtres humains, et d’accroître les échanges culturels et éducatifs qui nourrissent les relations entre nos deux pays’’, a souligné Albares, devant la Commission des affaires étrangères du Congrès des députés. ‘’Le Maroc est un pays voisin avec lequel nous partageons des liens humains et économiques’’, a relevé le chef de la diplomatie espagnole.

L’Economiste

  • La nouvelle devrait réjouir les inconditionnels de Casablanca. Une centaine d’immeubles du XXe siècle ont été inscrits au Bulletin officiel. L’inscription de ces bâtiments en tant que monuments historiques permettra de mieux les protéger. La protection juridique a été initiée par l’Agence urbaine de Casablanca, parallèlement à l’effort mené par le ministère de la Culture. Mais attention, plus de 2.000 immeubles sont encore à sauver, notamment face à la dégradation et aux prédateurs immobiliers.
  • Les différentes mesures prises par le ministère de l’Education nationale ont eu un impact positif sur l’amélioration des indicateurs de l’enseignement de l’amazigh, a indiqué Chakib Benmoussa lors d’une table ronde organisée par le groupe parlementaire du RNI de la Chambre des conseillers. Le ministre de l’Education nationale a dénombré 1.803 établissements (930 urbains et 873 ruraux)d’enseignement primaire dans lesquels cette langue est enseignée partiellement ou totalement au cours de la saison académique actuelle, soit 31% des écoles. Elle est dispensée par 1.860 enseignants spécialisés. Le nombre de bénéficiaires a atteint 746.000 élèves dans 16.529 classes. Ils représentent 19,59% du nombre total des élèves du primaire au cours de la même période.
  • Dynamiser les relations économiques entre Rabat et Vienne, tel est l’objectif du 1er business forum Maroc-Autriche, tenu hier mercredi 31 janvier 2024 à Casablanca. Une quinzaine d’entreprises autrichiennes ont fait le déplacement pour participer à cette rencontre d’affaires, organisée par Advantage Austria, section commerciale de l’ambassade d’Autriche, en coopération avec la CGEM (Confédération générale des entreprises du Maroc). Ces opérateurs sont à la recherche de partenaires locaux pour développer leur business à l’international dans des secteurs clés,comme les énergies renouvelables,l’eau, les finances et l’emballage.«Les entreprises autrichiennes ‘intéressent au marché narocain.Elles sont venues pour s’enquérir des opportunités d’investissement, et examiner les développements qui ont eu lieu au Royaume ces vingt dernières années», indique Mehdi Tazi, vice-président de la CGEM.

Al Bayane

  • Le plan d’urgence anti-gaspillage d’eau décrété par le département de l’eau et les autorités locales au niveau national n’est pas strictement suivi par certains professionnels, et encore moins par le secteur agricole. Les cultures d’exportations grandes consommatrices d’eau d’irrigation et de la nappe phréatique occupent une bonne place dans la surface agricole utile. Au même moment, certaines stations de lavages de voitures et de nombreux bains maures font de la résistance sous prétexte d’utilisation de l’eau des puits et non de l’eau potable. La fameuse réforme de la gouvernance de l’eau qui se veut une priorité des priorités requiert plus de rigueur et nécessite de nouvelles orientations sectorielles, notamment agricoles pour éviter le gaspillage et éviter une situation de seuil absolu de pénurie d’eau de 500m3 par personne par an.
  • Le rythme de croissance du secteur des marques au Maroc atteint 10 et 15% par an, grâce à la stratégie élaborée pour développer les grands centres commerciaux, qui est conditionnée par la disponibilité d’une marque internationale, a indiqué le président de la Fédération marocaine de la franchise (FMF), Mohamed El Fane. Dans une déclaration à la presse en marge du Salon international saoudien de la franchise à Riyad, El Fane a expliqué qu’il existe 350 marques nationales et internationales sous l’égide de la Fédération et comptent environ 5.000 succursales, notant que le secteur emploie entre 100.000 et 150.000 personnes. Dans le même contexte, a-t-il poursuivi, la Fédération se tournera vers le secteur culinaire marocain, troisième au monde, en ouvrant des restaurants servant divers plats de la cuisine marocaine, notamment dans des villes saoudiennes comme Riyad.

Al Massae

  • La Cour des comptes recommande de renforcer la coordination entre les parties principales chargées de la valorisation des barrages, notamment les départements en charge de l’eau et de l’agriculture, ainsi que l’Office National de l’Électricité et de l’Eau Potable (ONEE), dans le but de mettre en œuvre les projets y afférents dans les délais fixés, réaliser les résultats économiques escomptés et accélérer la cadence de réalisation des études techniques et financières relatives aux projets d’interconnexion des bassins hydrauliques.

Al Alam

  • Un total de 57.596 familles ont bénéficié de l’aide financière mensuelle de 2.500 dirhams, jusqu’au 31 janvier courant, avec plus de 44.000 ménages qui ont reçu un montant de 20.000 dirhams au titre de la première tranche de l’aide relative à la reconstruction des logements effondrés totalement ou partiellement, indique un communiqué du Département du Chef du gouvernement. Des autorisations de reconstruction ont été ainsi accordées à 30.000 demandes présentées ainsi qu’un accompagnement des autorités locales a été fourni aux familles au niveau des collectivités concernées, précise le communiqué rendu public à l’issue de la 8ème réunion de la commission interministérielle chargée du programme de reconstruction et de réhabilitation générale des zones sinistrées par le séisme d’Al-Haouz, présidée mercredi par le Chef du gouvernement Aziz Akhannouch, qui a permis d’examiner l’avancement de la mise en œuvre de ce programme conformément aux hautes directives royales.

Bayane Al Yaoum

  • L’ambassadeur, représentant permanent du Maroc à Genève, Omar Zniber, a souligné, mardi, que le désarmement nucléaire constitue une priorité pour le Maroc, compte tenu de l’évidente menace catastrophique de ces armes. Intervenant lors de la séance plénière de la Conférence du Désarmement (CD), Zniber a insisté sur la nécessité de s’attaquer à cette menace mondiale par « des actions urgentes, courageuses et progressives vers leur réduction drastique, dans la perspective atteignable de leur prohibition ».

Al Ittihad alichtiraki

  • Le crédit bancaire au secteur non financier s’est accru de 2,9% en décembre 2023, ressort-il du récent bulletin des statistiques monétaires de Bank Al-Maghrib (BAM). L’évolution des concours au secteur non financier reflète principalement la hausse des prêts aux sociétés non financières privées de 0,1% et de ceux des ménages de 2,1%, explique BAM.

Al Ahdat Al Maghribia

  • L’ambassadeur du Maroc aux Etats-Unis, Youssef Amrani, a été reçu au siège du département d’Etat à Washington, par la Secrétaire d’Etat adjointe américaine aux Affaires du Proche-Orient, Barbara Leaf. Au cours de cette première réunion de travail, tenue en présence de leurs équipes respectives, les deux responsables se sont félicités de l’excellence des relations séculaires et multiformes unissant le Maroc et les Etats-Unis, et ont discuté des voies et moyens d’œuvrer à leur approfondissement et leur diversification. L’accent a été mis sur l’importance de capitaliser sur les acquis existants et d’explorer des mécanismes de coopération innovants, à même de répondre à l’ambition commune d’un dialogue politique et d’un partenariat stratégique renforcés.

Assahra Almaghribia

  • Pour la période comprise entre le 1er septembre 2023 et le 19 janvier 2024, le Maroc a enregistré des précipitations comprises entre 2 et 148 mm, ce qui représente un déficit de 70% par rapport à une pluviométrie moyenne. C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Équipement et de l’eau, Nizar Baraka, dans un entretien accordé à Assahra almaghribia. Dans le contexte actuel de pénurie d’eau, le ministère de l’Équipement et de l’eau a tiré la sonnette d’alarme quant aux répercussions sur l’approvisionnement en eau potable, dont les besoins annuels moyens se situent à 1 milliard de mètres cubes. Pour faire face aux incidences de cette situation hydrique critique, des mesures urgentes ont été prises, portant notamment sur la réalisation de l’interconnexion des bassins du Sebou, du Bouregreg et de l’Oum Er-Rabia qui permettront de valoriser l’excédent d’eau non exploité du bassin de Sebou pour l’alimentation en eau potable des zones côtières entre Rabat et El Jadida.
  • Le parlementaire du Parti conservateur britannique Daniel Kawczynski a appelé le gouvernement du Royaume-Uni à reconnaître la souveraineté du Maroc sur son Sahara. « J’ai posé beaucoup de questions au sein de notre parlement (…) pour savoir quand nous allons reconnaître le Sahara marocain comme partie intégrante du Royaume du Maroc », a souligné Kawczynski dans une déclaration à la presse à l’issue des entretiens à Rabat d’une délégation de parlementaires britanniques avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita. Le responsable britannique a, en outre, mis l’accent sur le statut privilégié dont jouit le Maroc en tant qu’ »allié extrêmement important » du Royaume-Uni.
- Advertisment -