vendredi 23 février 2024

Remise au Cap-Vert d’un don de médicaments oncologiques offerts par le Maroc

-

Lors de la cérémonie de remise par le Maroc d’un lot des médicaments oncologiques au Cap-Vert, en présence de Filomena Gonçalves, ministre capverdienne de la Santé.

Le Cap-Vert a reçu mardi un don de médicaments oncologiques offerts par le ministère marocain de la Santé et de la Protection sociale, dans le cadre des relations de coopération et de solidarité agissante entre le Royaume du Maroc et les pays africains frères et amis.

La cérémonie de remise symbolique de ce don de médicaments a eu lieu mardi 23 janvier à la capitale Praia, en présence de la ministre capverdienne de la Santé, Filomena Gonçalves, de responsables du ministère de la Santé de l’Archipel, du responsable chargé de la Coopération au ministère des Affaires étrangères du Cap-Vert et d’un représentant de l’ambassadeur du Maroc au Sénégal, Hassan Naciri.

S’exprimant à cette occasion, la ministre capverdienne a tenu à remercier le Maroc pour ce «geste magnanime» qui, dit-elle, «n’est pas seulement un acte de solidarité, mais un témoignage clair de la coopération et du partenariat fraternel qui unissent nos deux pays». La ministre a souligné que les relations entre le Cap-Vert et le Royaume du Maroc «ont toujours été marquées par un dialogue constructif et une collaboration efficace visant toujours le progrès et le bien-être des deux peuples», relevant que «le don de ces médicaments oncologiques de pointe et innovants reflète cette solide et durable association».

Filomena Concalves a fait noter que ces médicaments «répondent à l’un des plus grands défis» auquel est confronté le Cap-Vert, «comme tout autre pays du monde, qui est la mise à disposition de médicaments adaptés aux besoins de notre population».

Selon la ministre capverdienne, «l’impact sur la vie des gens sera profond, non seulement en prolongeant des vies, mais aussi en améliorant significativement leur qualité». «Nous parlons de médicaments coûteux, dont l’accessibilité serait limitée sans cet acte du Royaume du Maroc. Ainsi, ce n’est pas seulement un don, c’est un véritable sauvetage», a affirmé la ministre, soulignant que ce partenariat bilatéral «renforce non seulement les liens politiques et culturels, mais a également un impact direct et tangible sur l’économie et la santé publique».

«Au nom du gouvernement et du peuple capverdiens, et de chaque famille dont la vie sera touchée par cette générosité, j’exprime notre plus sincère gratitude. Chaque flacon ou emballage de médicament, chaque traitement administré, représentera une vie qui pourra être sauvée, une famille qui restera unie, un avenir qui deviendra plus prometteur», a déclaré la responsable capverdienne lors de cette cérémonie symbolique, mais, précise-t-elle, d’une «signification incommensurable».

Filomena Concalves a, lors de cette cérémonie, réitéré son invitation à son homologue marocain, Khalid Aït Taleb, pour effectuer une visite officielle au Cap-Vert. Elle a, par la même occasion, fait part de la volonté du Cap-Vert de raffermir davantage les relations avec le Maroc dans divers domaines, conformément à la vision royale et à la coopération Sud-Sud prônée par le roi Mohammed VI.

Pour sa part, l’Ambassadeur du Maroc a souligné, dans une allocution lue en son nom, que cette cérémonie de remise de don de médicaments «constitue un autre moment spécial de coopération bilatérale qui s’inscrit dans un contexte caractérisé par un accroissement et un approfondissement dynamiques des échanges entre les deux pays, conformément aux Hautes Instructions de Sa Majesté le roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, et du chef de l’État du Cap-Vert, José Maria Neves, portés notamment à travers les visites effectuées au niveau ministériel».

Le diplomate a rappelé, à cet égard, la première visite officielle effectuée au Maroc en mai 2023 par le Premier ministre José Ulisses Correia e Silva, et en 2022, par Rui Alberto De Figueiredo Soares, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et de l’Intégration régionale, au cours de laquelle ce dernier a présidé, en compagnie de son homologue Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, l’ouverture de l’Ambassade du Cap-Vert à Rabat le 30 août 2022 et celle du Consulat général à Dakhla, le 31 août 2022, ouvrant ainsi une nouvelle ère dans les relations entre les deux pays.

«Ce dynamisme ardent, caractéristique du Gouvernement capverdien, s’illustre également par sa présence active aux rendez-vous internationaux et régionaux, à l’instar de la participation de M. Rui Alberto De Figueiredo Soares aux travaux de la 1ère Conférence ministérielle des États africains atlantiques, tenue conformément aux Hautes Orientations de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, inscrites dans le cadre de l’approche inclusive et participative du Souverain concernant la Coopération Sud-Sud», a ajouté Hassan Naciri.

L’ambassadeur a estimé que cette mobilité essentielle à la compréhension et au respect mutuel ne se limite pas seulement aux sphères décisionnelles, puisqu’elle est également recensée au niveau des cadres, des étudiants ou encore des femmes et des hommes d’affaires marocains et capverdiens. Il a indiqué dans ce sens que les gouvernements marocain et capverdien saisissent l’importance des échanges humains et de la coopération en matière de renforcement des capacités, comme l’en témoigne la signature, en août 2022, d’un accord réciproque pour l’exemption de visas dans les passeports ordinaires.

Le Maroc a ainsi reçu plusieurs cadres et stagiaires du Cap-Vert, ou encore les étudiants capverdiens inscrits dans les universités sur toute l’étendue du territoire national, a-t-il souligné. Le diplomate marocain a relevé que l’importance symbolique de l’acte de don de médicaments s’ajoute à des actes similaires réciproques conduits par les deux pays dans le passé.

«C’est une autre occasion que nous créons pour magnifier la solidarité agissante entre nos deux pays et les deux peuples», a-t-il dit. Il a émis l’espoir que ce geste permettrait encore à d’autres départements respectifs d’entamer une nouvelle étape de coopération bilatérale en vue de mutualiser les efforts et de concrétiser nos souhaits de sécurité et de souveraineté sanitaire dans la région et sur l’ensemble du continent.

- Advertisment -