jeudi 29 février 2024

Chocs économiques : Le Maroc fait preuve de résilience grâce à des réformes ambitieuses

-

L’économie marocaine a fait preuve de résilience face aux chocs économiques, grâce à des réformes ambitieuses mises en place ces dernières années, a affirmé, jeudi, le président de la Chambre de commerce britannique pour le Maroc (BritCham), Stephen Orr.

S’exprimant à l’ouverture d’un webinaire initié par la BritCham sous le thème « Maroc 2024 : Horizons et perspectives », M. Orr a souligné que le Maroc, malgré le déficit pluviométrique, l’inflation et les tensions géopolitiques actuelles, a enregistré des performances remarquables, notamment dans les secteurs de l’industrie automobile et du tourisme.Mettant en exergue la capacité exceptionnelle du Royaume à répondre efficacement aux chocs, M. Orr a relevé que l’économie marocaine a également enregistré des projections positives pour les années à venir.
Et de rappeler, à ce titre, les derniers chiffres du Haut-Commissariat au Plan (HCP) faisant état d’une accélération de la croissance économique qui devrait s’établir à 3,2% en 2024.

M. Orr a, dans ce sens, mis en relief l’importance de ce webinaire visant à mieux déceler les défis et les enjeux qui s’imposent avec acuité durant les années à venir, et débattre des perspectives du Maroc à l’horizon 2024.Pour sa part, le secrétaire général du HCP, Ayache Khellaf, a souligné le rôle du capital humain comme levier de croissance économique, appelant à résoudre le problème de sa « sous utilisation », notamment à travers l’amélioration des investissements dans la technologie et les secteurs productifs.

M. Khellaf a, en outre, rappelé que la croissance économique se raffermira en 2024 à 3,2% au lieu de 2,9% en 2023, notant que ces prévisions tiennent compte d’une campagne agricole 2022/2023 en deçà de la moyenne, d’un redressement de la demande mondiale adressée au Maroc de 0,9% en 2023 à 3,7% en 2024, d’un cours du pétrole aux alentours de 80 dollars le baril, ainsi que des nouvelles dispositions de la Loi de Finances 2024.

Le directeur des Études économiques à Bank Al-Maghrib (BAM), Mohamed Taamouti, a, de son côté, mis l’accent sur l’évolution de l’inflation qui a connu une accélération depuis la période de la crise sanitaire, passant d’environ 1,5% à 6,6% en 2022, soit le niveau le plus élevé depuis 1991.

Ce rythme commence à emprunter une trajectoire baissière, a-t-il fait remarquer, précisant que l’inflation devrait revenir à une moyenne de 6,1% en 2023, et poursuivra son ralentissement à un rythme plus rapide que prévu en septembre, pour ressortir à 2,4% en 2024 et en 2025.A son tour, Nabil Adel, enseignant chercheur à ESCA École de management, a indiqué que le Maroc dispose de l’ensemble des atouts pour atteindre le taux de croissance objectif de 6% visé dans le Nouveau modèle de développement (NMD).

Il s’agit principalement du facteur démographique, qui constitue un vrai levier de croissance, de stabilité politique et d’infrastructures, a-t-il dit, appelant à la nécessité d’exploiter pleinement ces ressources pour atteindre des niveaux de croissance encore plus élevés.Créée en 1923, la BritCham est une association de droit marocain à but non lucratif regroupant des entreprises tous secteurs confondus.

Elle a pour principales missions d’améliorer le volume des échanges entre le Royaume-Uni et le Maroc, et d’étendre les opportunités d’affaires dans chacun marché par le biais des services de soutien, de sensibilisation, d’information et de réseautage.

- Advertisment -