jeudi 29 février 2024

Des astronautes ont rapporté avoir senti une odeur accrochées à leurs vêtements à leur retour dans la station spatiale

-

S’il n’est pas possible pour l’être humain de prendre une bouffée d’air spatiale au risque d’en mourir, des astronautes ont rapporté avoir senti des odeurs particulières accrochées à leurs vêtements à leur retour dans la station spatiale après avoir exploré l’espace. 

En effet, durant des missions Apollo sur la Lune, mais également après des sorties depuis la Station spatiale internationale, plusieurs astronautes auraient rapporté avoir senti une odeur semblable à celle de la poudre à canon, de l’ozone – semblable à l’eau de Javel – ou encore du steak brûlé, selon ce qu’a rapporté le site d’actualité spatiale Space.com lundi.

D’après les scientifiques, l’odeur d’ozone (O3) pourrait provenir d’atomes d’oxygène individuels qui s’accrocheraient aux combinaisons à la sortie dans l’espace, avant de se pressuriser à nouveau dans la cabine spatiale, en se combinant avec l’air ambiant, pour former de l’O3.

En ce qui a trait à la viande brûlée, l’odeur s’expliquerait par la présence d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), des molécules que l’on retrouverait à la fois dans les toasts brûlées et la viande grillée, mais également dans l’espace, selon le média américain.

L’espace n’aurait toutefois pas toujours la même odeur: en 2014, la sonde Rosetta de l’Agence spatiale européenne aurait détecté de nombreuses molécules autour d’une comète, qui aurait probablement dégagé une légère odeur d’oeuf pourri, d’urine, d’amande sucrée et de formol, utilisé pour désinfecter ou conserver des tissus.

En effet, les scientifiques auraient constaté la présence respective de sulfure d’hydrogène, d’ammoniac, de cyanure d’hydrogène et de formaldéhyde dans son halo gazeux, selon Space.com.

Le plus surprenant, c’est que le gaz entourant le nuage moléculaire de gaz et de poussières Sagittarius B2, à près de 400 années-lumière du centre de la Voie lactée, pourrait dégager une odeur similaire au…rhum à la framboise.

En effet, son nuage contiendrait beaucoup d’alcool, incluant de l’alcool vinylique, du méthanol et de l’éthanol, que l’on retrouve dans le vin, la bière et les spiritueux, ainsi que du formiate d’éthyle, en partie responsable de l’odeur du rhum et de la framboise, a conclu le média américain.

- Advertisment -