jeudi 22 février 2024

Japon: Arrestation liée au scandale de fraude financière qui touche le parti du premier ministre

-

Des procureurs au Japon ont procédé dimanche à une première arrestation liée au scandale de fraude financière qui touche le parti du premier ministre Fumio Kishida et l’a forcé le mois dernier à remplacer quatre ministres, ont rapporté des médias locaux. 

Yoshitaka Ikeda, élu au Parlement du Parti libéral-démocrate (droite conservatrice) au pouvoir, est soupçonné d’avoir enfreint la loi sur le contrôle des fonds politiques, selon plusieurs médias japonais dont l’agence Jiji.

Les enquêteurs soupçonnent M. Ikeda, 57 ans, et dont le secrétaire a également été arrêté, d’avoir reçu et omis de déclarer une somme totale de 48 millions de yens (environ 440 000 dollars), précisent les médias japonais.

Fumio Kishida a été forcé mi-décembre de remplacer quatre de ses ministres pour tenter d’éteindre l’incendie provoqué par un vaste scandale de fraude financière au sein de son parti, qui le fragilise encore davantage lui aussi.

Cinq vices-ministres et d’autres responsables également éclaboussés par le scandale au sein du PLD dirigé par M. Kishida ont aussi pris la porte.

Des enquêteurs avaient par la suite perquisitionné les bureaux de factions du PLD, dont des dizaines de membres sont soupçonnés selon la presse japonaise d’avoir omis de déclarer l’équivalent de plusieurs millions de dollars, récoltés via la vente de billets pour des soirées de collectes de fonds et que le parti leur aurait ensuite reversée.

Le PLD a décidé d’exclure M. Ikeda après son arrestation, a déclaré le secrétaire général du parti Toshimitsu Motegi, cité par l’agence Kyodo.

L’élu arrêté et les quatre ministres limogés le mois dernier appartiennent à la plus puissante faction du PLD, celle que dirigeait l’ancien premier ministre Shinzo Abe, assassiné en 2022.

Selon des médias locaux, des procureurs enquêtent sur cinq des six factions du parti.

Avant même ce dernier scandale, la cote de popularité de M. Kishida était déjà plombée par d’autres sujets de mécontentement, dont l’inflation persistante et la baisse du yen qui fragilisent le pouvoir d’achat des ménages malgré la récente annonce d’un nouveau plan de relance budgétaire massif.

- Advertisment -