jeudi 29 février 2024

Coopération militaire: participation du Maroc à l’opération Sea Guardian de l’OTAN

-

Lors des manœuvres de l’opération Sea Guardian de l’OTAN, dite «FOCOPS 23-6», qui a eu lieu en Méditerranée occidentale et au large du détroit de Gibraltar avec la participation de la Marine royale.

Le Maroc a participé à l’opération Sea Guardian de l’OTAN, dite «FOCOPS 23-6», en Méditerranée occidentale et au large du détroit de Gibraltar, dont l’objectif est de renforcer la sécurité maritime en Méditerranée. La participation marocaine a été assurée par la frégate Sultan Moulay Ismaïl.

Le Maroc a participé à l’opération «Sea Guardian» (OSG) de l’OTAN, dont le groupe opérationnel a récemment achevé sa sixième patrouille maritime ciblée de l’année en Méditerranée occidentale et au large du détroit de Gibraltar. Cette participation a été assurée par la frégate royale marocaine de classe SIGMA 9813 Sultan Moulay Ismaïl.

L’opération, dite FOCOPS 23-6, a consisté à surveiller le trafic maritime le long des principales voies de communication maritimes, à collecter des données sur les modes de vie et à favoriser la coopération avec les partenaires de l’OTAN, dont le Maroc. L’objectif étant de renforcer la sécurité maritime en Méditerranée.

L’opération «Sea Guardian» a été directement soutenue tout au long de l’année 2023 par des navires, sous-marins et avions de 8 pays de l’OTAN avec un total de 379 jours de navigation et 86 sorties aériennes effectuées, selon le journal britannique spécialisé UK Defence Journal.

Un état-major de l’OTAN, dirigé par le commandant Francisco Garcia Flores (Espagne) et embarqué à bord de la frégate espagnole ESPS Santa Maria, a passé 16 jours en mer, visitant 7 navires et enquêtant sur 1.146 navires différents.

Au cours de ces patrouilles, le vaisseau amiral était soutenu par des sous-marins et des avions de patrouille maritime du Portugal et de l’Espagne, indique un communiqué de presse de l’OTAN cité par le même média. Le groupe opérationnel OSG a exécuté des exercices de passage (PASSEX) avec la frégate marocaine. Ces exercices, est-il précisé, couvraient divers domaines de guerre, notamment la communication tactique et les manœuvres avancées, renforçant la coopération entre les marines et renforçant la coordination et l’interopérabilité.

- Advertisment -