dimanche 25 février 2024

L’ANME dénonce l’attaque perfide de Ali Lmrabet contre Driss Chahtane

-

Le bureau exécutif de l’Association nationale des médias et des éditeurs vient de rendre public un communiqué dénonçant l’attaque perfide contre son président, tout en expliquant les motivations réelles et inavouées de l’auteur de cette offensive qui fait sciemment le jeu de parties hostiles au Maroc et ses institutions. Voici l’essentiel de ce document:

«Notoirement acquis aux thèses algériennes, du polisario et de celles des ennemis du Maroc, Ali Lmrabet a renoué encore une fois avec ses affabulations fantasques et fantasmatiques. Pour l’Association nationale des médias et des éditeurs (ANME), cette personne rejetée de tous possède une capacité extraordinaire à «générer» les balivernes et les rumeurs les plus viles et à nager à contre-courant rien que pour faire accroire aux autres que ses «sources» d’information soi-disant «crédibles et certifiées» sont au-dessus de tout soupçon.
Mais cette «combine», qui pourrait marcher avec certains de ses naïfs followers, est complètement inefficace avec ceux qui le connaissent de près et sont au fait de ses secrets, son parcours et ses réseaux antimarocains.
Dans un récent post puisant sa substance dans des «sources passant le plus clair de leur temps dans des boites de nuit sordides», il affirme que Driss Chahtane, directeur de publication de Chouf TV, a été convoqué par la police marocaine pour les besoins de l’enquête dans le cadre de ce qu’il appelle «Affaire Pablo Escobar du Sahara», tout en insinuant perfidement que des soupçons planaient sur l’acquisition, grâce à l’argent de la drogue, du siège du site et de la chaine Chouf TV.
Ali Lmrabet a insisté pour citer Driss Chahtane non seulement en tant que journaliste et directeur de publication, mais aussi en tant que président de l’ANME.
De même, qu’il a indiqué, non sans bassesse et fourberie, que le concerné était un «sujet» des renseignements marocains, dans une démarche ignoble visant à créer un amalgame sournois dans le but d’envoyer un message à ses amis en Algérie et du polisario prétendant que la presse marocaine trempe sa plume dans l’encrier des «services».
L’ANME, tout en dénonçant cette impertinente offensive ciblant son président, qui représente la majeure partie du corps médiatique et journalistique marocain, tient à souligner :
* L’engagement indéfectible du dénommé Ali Lmrabet dans la collaboration avec les renseignements algériens et ses pantins du polisario, ce qui fait de lui un traître de la patrie et un membre de la cinquième colonne hostile au Maroc.
• Sa diffusion d’informations mensongères et trompeuses puisées auprès d’une starlette de cabaret, renseigne sur la forte décadence de ce pseudo-journaliste, étant précisé que Driss Chahtane n’a fait l’objet d’aucune convocation de la part d’aucun appareil sécuritaire.
• Sa persistance à impliquer les institutions de l’État et ses appareils de souveraineté dans les affaires présentées devant la justice afin d’envoyer un message à ses «maîtres» algériens leur assurant qu’il remplit bien sa mission, conformément au plan qui lui a été tracé.
• Son obstination à impliquer publiquement l’ANME signifie que le problème (si problème il y a) est désormais entre Lmrabet et l’ANME et non plus entre Lmrabet et Chahtane.
Pour toutes ces raisons, nous considérons que la démarche de Lmrabet est une insolente offensive contre notre association et son président et une incitation au dénigrement contre une instance institué par la loi et représentant des dizaines de sites, de journaux et de radios, et qui ne peuvent être pardonnées sous aucun prétexte.»

- Advertisment -