jeudi 29 février 2024

Tedros Adhanom Ghebreyesus:appelle le monde à mieux se préparer correctement à de prochaines pandémies

-

 Après avoir finalement mis un terme en 2023 à trois années de «crise, souffrance et pertes» liées à la COVID-19, le monde doit se préparer correctement à de prochaines pandémies, a déclaré mardi le patron de l’OMS.

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a souligné que cette année avait marqué un tournant dans la lutte contre des problèmes de santé majeurs, mais qu’il y avait également eu «d’immenses souffrances qui auraient pu être évitées».

Dans son message de fin d’année, Tedros a appelé à une intensification des efforts humanitaires pour la bande de Gaza et a exhorté les pays à conclure un accord «hors norme» pour combler les lacunes de préparation dans le cas d’une prochaine pandémie.

«L’an 2024 offre une opportunité unique de combler ces écarts», a-t-il déclaré rappelant que des pays négocient le tout premier accord mondial sur les menaces de pandémie.

«L’accord sur la pandémie est conçu pour combler les écarts en matière de collaboration, de coopération et d’équité», a-t-il ajouté.

M. Tedros a levé en mai le plus haut niveau d’alerte sur la pandémie de COVID-19, estimant qu’elle était désormais suffisamment maîtrisée.

«Cela a marqué un tournant pour le monde après trois années de crise, de souffrance et de pertes pour les gens du monde entier. Je suis heureux de voir que la vie est revenue à la normale», a souligné le patron de l’OMS dans son message vidéo.

L’OMS a également levé l’alerte similaire concernant le mpox (longtemps appelée variole du singe) en mai 2023, tandis que l’agence sanitaire des Nations Unies a approuvé de nouveaux vaccins contre le paludisme, la dengue et la méningite, a rappelé M. Tedros. Entre-temps, l’Azerbaïdjan, le Belize et le Tadjikistan ont été déclarés exempts de paludisme.

M. Tedros s’est félicité que lors de la dernière COP, les impacts du changement climatique sur la santé aient été soulignés.

Le patron de l’OMS a qualifié de «barbares» les attaques du Hamas contre Israël «qui ont déclenché une attaque dévastatrice sur Gaza». Il a ajouté que «les secours et les efforts humanitaires sont loin de répondre aux besoins de la population de Gaza», réitérant l’appel de l’OMS à un cessez-le-feu immédiat.

Concernant la résurgence du choléra, avec un nombre record de plus de 40 foyers épidémiques dans le monde, il a indiqué que la situation est «particulièrement préoccupante».

- Advertisment -