vendredi 23 février 2024

DGSN, des plateformes numériques complémentaires au service des citoyens et des fonctionnaires de police

-

La Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) a procédé, en 2023, au renforcement de son système de sécurité informatique, qui englobe des plateformes numériques complémentaires, au profit des citoyens et des ressortissants étrangers résidant au Maroc et au service des fonctionnaires de police.

S’agissant des documents d’identité électroniques, qui constituent un prélude à la transition numérique, la DGSN a poursuivi le développement de l’infrastructure numérique dédiée aux prestations à caractère administratif fournies aux citoyens et aux résidents étrangers sur le territoire national, principalement des documents d’identité, des permis de séjour et des documents administratifs, indique la DGSN dans un communiqué sur son bilan 2023.

Il a été procédé également au renforcement du processus d’ouverture sur les différents prestataires de services publics et privés, à travers des partenariats et des accords ayant pour objectif la généralisation de l’utilisation de la plateforme « Tiers de confiance » pour la vérification de l’identité liée à l’espace « Identité numérique », qui a été développé par la DGSN.

La plateforme « Tiers de confiance » est un mécanisme d’information qui permet aux citoyens d’accéder en toute sécurité aux différents services fournis par les secteurs public et privé, de manière à protéger leurs données à caractère personnel, comme elle permet au titulaire de la carte nationale d’identité électronique de s’identifier et de vérifier son identité et son utilisation dans les différentes opérations administratives et bancaires de façon instantanée, automatique et sécurisée auprès des prestataires de services, que ce soit en présence physique en utilisant la carte dotée d’une puce électronique ou en ligne grâce au système « Identité numérique », ajoute le communiqué.

Dans le but de consolider ce système développé par les services de sécurité nationale et mis à la disposition des citoyens et des institutions bancaires, les services de la DGSN ont lancé, au cours de l’année, l’application « Mon identité numérique », téléchargeable sur les systèmes d’exploitation mobiles les plus utilisés au niveau national et qui permet aux citoyens de créer, de surveiller et d’exploiter leur identité au sein de l’espace numérique de manière sûre et personnelle, à partir des données contenues dans la carte nationale d’identité électronique (CNIE).

Cette application a été aussi renforcée à travers le lancement du portail numérique interactif « www.identitenumerique.ma », qui permet aux citoyens de bénéficier des services d’identité numérique sans avoir à télécharger l’application sur les téléphones mobiles.

RENFORCEMENT DU PROCESSUS PARTICIPATIF DE SIMPLIFICATION DES SERVICES PUBLICS

Cette année a été marquée aussi par le renforcement du processus participatif de simplification des services publics. C’est ainsi que la DGSN a partagé les expériences qu’elle a accumulées en matière de gestion des données d’identification et de leur exploitation dans l’espace numérique à travers la signature de nouvelles conventions avec le ministère de la Santé et de la Protection sociale, la Fédération Marocaine de l’Assurance, l’Autorité de Contrôle des Assurances et de la Prévoyance Sociale (ACAPS), le ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports, la Caisse Nationale des Organismes de Prévoyance Sociale qui portent sur l’utilisation de la plateforme « Tiers de confiance » afin de vérifier l’identité numérique au sein des services publics et privés fournis aux citoyens et aux citoyennes, outre la signature d’un protocole d’accord avec la Cour des comptes pour faciliter le travail des tribunaux financiers, ainsi que plusieurs protocoles d’accord avec de nombreuses entreprises privées et prestataires de services à l’échelle nationale, qui visent à leur tour à bénéficier de ce nouveau service numérique, ajoute la même source.

L’année 2023 a été marquée aussi par la poursuite de la mise en œuvre de la stratégie de rapprochement et de généralisation des services de la CNIE au profit de tous les citoyennes et citoyens, à travers la mise en place de 32 unités mobiles pour la délivrance et le renouvellement de la carte d’identité nationale électronique. Il s’agit de véhicules équipés de deux plateformes pour enregistrer les données d’identification des citoyens au profit de la population des régions géographiquement éloignées et des zones rurales montagneuses dans le territoire national. Le nombre total de bénéficiaires de ce service mobile a atteint 128.451 personnes.

Cette année a connu également la poursuite de la réponse rapide et instantanée aux demandes des citoyens pour l’obtention de documents d’identification électroniques et administratifs et de titres de séjour des étrangers. 4.269.781 cartes d’identité nationale électroniques de nouvelle génération ont été émises, dont 3.077.398 ont été produites au Centre d’émission de Rabat et 1.192.383 autres au centre d’émission supplémentaire créé à Marrakech dans le cadre de la politique de proximité avec les citoyens.

En outre, 348.070 cartes d’identité nationale électronique ont été émises au profit des membres de la communauté marocaine résidant à l’étranger, dont 45.739 délivrées à des enfants mineurs. Il s’agit également de 1.552.306 fiches anthropométriques, 43.807 certificats de séjour pour les étrangers, 20.031 visas d’accès au territoire national et 2.246 permis de séjour exceptionnels de nouvelle génération.

2023, LE DEBUT DE LA GENERALISATION DU RESEAU DES TELECOMMUNICATIONS UNIFIEES DE LA DGSN

Concernant l’espace des services numériques, qui représente la nouvelle génération de services, la DGSN souligne que ses services techniques ont poursuivi en 2023 la mise en œuvre du chantier de numérisation du service public de sûreté avec un impact positif sur le rendement sécuritaire, à travers le début de la généralisation du réseau des télécommunications unifiées de la police, qui constitue un réseau très sécurisé composé de fibres optiques reliant 57 villes au niveau national et qui permet de sécuriser les télécommunications et d’assurer le transfert rapide des données afin de répondre aux besoins de gestion des services de sécurité.

Le taux de réalisation des travaux dans ce réseau a atteint un stade avancé qui permet de couvrir 19 centres au niveau national, souligne le communiqué.

Les services techniques de la DGSN ont aussi développé plusieurs applications et solutions informatiques permettant aux policiers d’accomplir leurs missions de manière optimale à travers le parachèvement de la généralisation du système informatique de gestion des arrondissements de police (GESTARR) et l’intégration effective d’un ensemble de services supplémentaires dans ce système, en particulier sa connexion au nouveau système informatique de gestion des affaires pénales et des délits traités par les arrondissements de police et la préparation et l’analyse de statistiques et de données. Il s’agit du système qui est actuellement utilisé à titre expérimental dans 350 postes de police au sein des préfectures de police de Kénitra, Tanger, Meknès, Marrakech, Settat et de la Sûreté provinciale de Safi.

Afin d’assurer l’efficacité des interventions de sécurité sur la voie publique et de renforcer les mécanismes de contrôle du travail des patrouilles de police, un système de localisation géographique des patrouilles de police est en cours de généralisation à l’aide du système de positionnement mondial (GPS), à travers l’équipement des véhicules et motocycles de police de 800 GPS reliés automatiquement au système d’information de pilotage des interventions sécuritaires, ce qui accroîtra la rapidité de réponse aux appels des citoyens, dans le cadre de la généralisation globale et progressive de ce mécanisme dans un futur proche.

Dans le cadre d’un plan stratégique visant l’adoption des techniques d’intelligence artificielle dans le domaine policier, la DGSN a entamé l’utilisation d’un nouveau système technologique qui vise à exploiter les réseaux de caméras de surveillance urbaine, ainsi que les caméras mobiles de la Sûreté nationale dans la lecture automatique des plaques d’immatriculation des véhicules sur les axes routiers urbains. Ce processus est actuellement mis en œuvre à titre expérimental dans les préfectures de police de Casablanca et d’Agadir, poursuite le communiqué.

Au cours de l’année en cours, indique la DGSN, il a été procédé à l’interception de 228 voitures et véhicules objets d’un rapport de vol, en plus de l’interception de 585 véhicules, dont les propriétaires font l’objet d’avis de recherche au niveau national pour suspicion d’implication dans des actes criminels.

Les services techniques de la DGSN se penchent actuellement sur le développement de nouveaux logiciels qui utilisent l’intelligence artificielle pour identifier les personnes faisant l’objet d’avis de recherche. Il s’agit d’une technique utilisée à titre expérimental qui a montré une grande capacité à surveiller et à neutraliser le danger que représentent des individus qui constituent une menace sérieuse pour la sécurité des citoyens et de leurs biens, selon la même source.

Soucieuse de mettre à profit les technologies modernes de communication au service des citoyens, les services de la DGSN ont commencé à exploiter le réseau social « Facebook » pour la publication et la diffusion d’avis de recherche sur des enfants disparus faisant l’objet de recherches au profit des familles concernées, à travers le développement du logiciel « Tifli Moukhtafi » qui est relié aux arrondissements de police au niveau national. Ce système a permis, au cours de cette année, la publication d’un total de 222 circulaires au niveau national et l’accélération de la recherche des enfants déclarés disparus.

- Advertisment -