vendredi 21 juin 2024

Libye : Ces fragments de verre jaune dans le désert sont les témoins d’un impact d’astéroïde inconnu

-

Ils ornaient les pendentifs du pharaon Toutankhamon, certainement en raison de leur nature mystérieuse. Une nouvelle étude semble cependant avoir résolu une part du mystère de leur origine : ces verres jaunes découverts dans le désert libyen auraient été formés lors d’un impact météoritique il y a 29 millions d’années.

En 1933, lors d’une expédition dans le désert libyen, des scientifiques découvrent dans le  de nombreux et étranges petits morceaux de verre jaune. Résultats de la fusion de roches contenant de la , les  naturels ne sont pas spécifiquement rares. On en retrouve en effet en de nombreux endroits du globe. Leur formation nécessite cependant de hautes températures, ce qui explique que les verres sont généralement retrouvés en contexte volcanique ou d’impact météoritique.

   Une origine débattue

Pourtant, les fragments découverts dans le  libyen ne sont en rien liés à une , et semblent bien différents des habituelles tectites produites lors de la chute de météorites. Les verres de Libye sont en effet bien plus riches en silice que ces dernières. Ils se présentent également sous la forme de fragments volumineux et sont trouvés en grandes quantités dans le désert. Certaines études avaient ainsi conclu qu’il pouvait s’agir de , des verres produits par la fusion du sable lors d’impacts de foudre dans le désert. Une théorie qui n’a cependant pas réussi à faire l’unanimité.

   Un impact météoritique, mais pas de cratère

Le mystère pourrait finalement avoir été en partie résolu grâce aux techniques d’analyses modernes. Une équipe de scientifiques vient en effet de déterminer que ces verres ont été produits sous de très hautes températures (de l’ordre de 2 500 °C) et de très hautes pressions (130 000 ). Les résultats ont été publiés dans la revue American Mineralogist.

Des conditions extrêmes qui ne sont rencontrées que lors d’un impact de météorite… ou de l’explosion d’une bombe atomique. Mais en considérant l’âge des verres, qui est de 29 millions d’années, cette dernière hypothèse est définitivement invalidée ! Si l’origine des fragments est désormais établie, l’histoire contient cependant encore plusieurs zones d’ombre. En effet, aucun cratère n’a été retrouvé à proximité. Au regard de la quantité de verres, il devrait pourtant être de taille conséquente. De plus amples recherches seront donc encore nécessaires pour lever entièrement le voile sur l’origine des verres du désert de Libye.

- Advertisment -