vendredi 1 mars 2024

Revue de presse de ce vendredi 8 décembre 2023

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi 7 décembre 2023:

Le Matin

« Les quatre syndicats et le gouvernement travaillent de façon intense et accélèrent le rythme en vue de trouver des solutions aux points en suspens en ce qui concerne le dossier des enseignants », a souligné le ministre chargé des Relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas, jeudi lors du point de presse organisé l’issue de la réunion hebdomadaire du Conseil du gouvernement. Le responsable gouvernemental a rappelé qu’une réunion s’est tenue jeudi tandis qu’une autre est prévue ce vendredi matin en vue de trouver une issue favorable à tous les points sur lesquels butent les deux parties. Il s’agira principalement de débattre et de parvenir à un accord définitif concernant l’augmentation des salaires des enseignants. Un point qui constitue la principale pomme de discorde entre les deux parties puisque la première entrevue qui avait été tenue mercredi déjà, n’avait abouti à aucun compromis. En effet, les syndicats campaient jusqu’à jeudi après-midi sur leur position réclamant une augmentation nette de 3.000 DH dans le but de revaloriser le métier d’enseignant.

L’Economiste

Le groupe Chariot Limited vient de signer des accords de partenariat avec Energean plc, portant sur la licence offshore de Lixus, sur laquelle se situe le projet de développement de gaz d’Anchois, ainsi que sur la licence offshore de Rissana. Concrètement, ce partenariat permettra d’assurer un financement à Chariot, notamment au projet en cours, via un paiement initial, un autre différé, et potentiellement un portage complet jusqu’à la mise en production. «Chariot conservant une participation importante dans le projet», est-il indiqué. Dans le détail, cette opération porte sur l’acquisition par Energean de participations de 45% et de 37,5% relatives aux licences de Lixus et de Rissana, en plus de la prise en charge opérationnelle des deux licences. De son côté, Chariot conservera une participation de 30% et de 37,5% dans les deux licences, au moment où l’Onhym continuera à détenir 25% de chaque licence.

L’Opinion

Faisant partie des premiers territoires infestés par la cochenille du cactus, la région de Boulaâouane a été marquée, il y a quelques jours, par le lancement d’un projet de réhabilitation de cette espèce importante du point de vue socio-économique. Inscrit dans le cadre de la feuille de route qui ambitionne de revitaliser la filière nationale de la figue de barbarie grâce aux 8 variétés résistantes au ravageur sélectionnées par l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), ce projet est le fruit d’un travail mené depuis 2017 sur plusieurs fronts. Si les experts estiment que les objectifs assignés pour 2030 pourront être atteints dès 2028, ils appellent également à éviter la multiplication et le traitement des variétés traditionnelles afin d’optimiser les chances d’éradiquer la cochenille du territoire marocain.

Al Bayane

Une délégation du Sénat colombien, en visite de travail au Maroc, a pris connaissance de la dynamique de développement tous azimuts dans la région de Laâyoune-Sakia El Hamra. Lors de sa visite dans la région, la délégation composée du président du groupe d’amitié Colombie-Maroc au sénat colombien, German Blanco Alvarez et de Jose Luiz Perez Oyuela et Mme Paola Holguin Moreno, membres de la commission des Affaires étrangères, a constaté de visu le niveau de développement socio-économique que connaît cette région et s’est faite une idée complète sur la réalité du conflit artificiel autour de l’intégrité territoriale du Royaume. Dans une déclaration à la presse à l’issue de son entretien avec le wali de la région Laâyoune-Sakia El Hamra, gouverneur de la province de Laâyoune, Abdeslam Bekrate, Alvarez a souligné que cette visite reflète le niveau de la coopération qui doit exister entre le Maroc et la Colombie, jugeant nécessaire de consolider davantage les relations bilatérales qui lient depuis plus de 50 ans Rabat et Bogota.

Libération

« Le Maroc ambitionne d’irriguer 104.000 hectares de terres agricoles grâce à la technique du dessalement d’eau de mer », c’est ce qui ressort de l’intervention de Mohammed Sadiki, ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, à la Chambre des conseillers. Selon lui, il s’agit de plusieurs projets d’irrigation qui concernent diverses régions (Sidi Rahal, Tan Tan, Guelmim, Tiznit, Essaouira, Chichaoua, Oualidia et Boujdour) et qui s’inscrivent dans le cadre de l’opérationnalisation de la stratégie Green Génération et du programme national d’approvisionnement en eau potable et irrigation 2020-2027. Toutefois, si l’idée est louable, notamment en ces temps de stress hydrique, cette technique, aujourd’hui bien établie pour l’approvisionnement en eau des agglomérations et des industries, dans certains pays, reste néanmoins problématique au niveau économique et environnemental.

Al Ahdath almaghribia

Intervenant lors de la séance d’ouverture de la 47ème Conférence des dirigeants arabes de la police et de la sécurité, le Directeur général de la sûreté nationale et de la surveillance du territoire, Abdellatif Hammouchi, a souligné que l’accueil par le Maroc, en particulier la ville de Tanger, de cet événement sécuritaire d’envergure reflète l’engagement du Royaume à consolider la sécurité dans la région arabe et à assurer la stabilité dans tout l’espace arabe, notant que la tenue de cette rencontre intervient à un moment marqué par la recrudescence de plusieurs formes de criminalité transfrontalière dans différents pays du monde, et dans une conjoncture qui reste ouverte à de nombreux défis sécuritaires avec la montée de la menace terroriste et de ses liaisons avec les réseaux transfrontaliers du crime organisé.

Assabah

Le procureur général du Roi près la Cour d’appel de Tanger a annoncé que l’autopsie médicale a confirmé que le décès d’un ancien médecin militaire au service des urgences à Tanger était « naturel ». Dans un communiqué, la même source a précisé que l’autopsie médicale a également conclu qu’ »il n’y avait aucune trace de violence ni d’hématomes sur le corps du défunt » et que la cause du décès était provoquée par « un infarctus du myocarde dû à une sténose de l’artère coronaire gauche, qui a résulté d’une hémorragie gastrique causée par de multiples inflammations ulcéreuses ».

Al Ittihad alichtiraki

Le Royaume du Maroc entend poursuivre son action résolue pour renouveler et adapter les cadres politiques du maintien de la paix de l’ONU, conformément à la Haute Vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a indiqué l’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU à New York, Omar Hilale. Intervenant lors de la Conférence ministérielle sur le maintien de la paix de l’ONU, qui s’est tenu à Accra, Hilale a souligné que la participation du Maroc à cette cinquième Conférence s’inscrit dans son engagement dans ce processus depuis sa genèse en 2017.

- Advertisment -