vendredi 1 mars 2024

Revue de presse de ce mardi 5 décembre 2023

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi 5 décembre 2023:

L’Opinion

  • Broderie, poterie, ferronnerie, dinanderie…dans les différentes régions du Royaume, les métiers de l’artisanat marocain disparaissent graduellement au profit des produits manufacturés à grande échelle. Une compétition «inégale» qui conduit à une diminution de la demande pour les produits artisanaux traditionnels, et donc à l’extinction de certaines filières ancestrales du secteur. Si, auparavant, le Maroc comptait plus de 200 métiers de l’artisanat, aujourd’hui, seule une centaine parvient à subsister. D’où la nécessité de prendre des mesures urgentes pour restaurer ces professions qui sont un vrai «trésor» de la nation à même de préserver l’art de vivre à la marocaine. Par ailleurs, le député istiqlalien Allal Amraoui a exprimé ses craintes par rapport à la transmission de ce savoir-faire ancestral aux nouvelles générations, qui ne sont pas attirées par ces métiers.
  • L’ensemble du corps de l’Education nationale a le regard rivé sur la réunion prévue, mercredi 6 décembre, entre les syndicats les plus représentatifs, le ministre délégué en charge du Budget, Faouzi Lekjaa, et le ministre de l’Éducation nationale, Chakib Benmoussa. Une rencontre, le moins que l’on puisse dire, est qu’elle est décisive, étant donné que celle-ci sera consacrée à la valorisation des salaires et des primes des enseignants de l’école publique. Lors de ladite rencontre tant attendue, les syndicats comptent faire entendre leur voix sur la question de l’équité salariale. L’idée étant, selon Miloud Maassid, secrétaire général de la Fédération nationale de l’enseignement (UMT), d’aligner le salaire des enseignants à celui des autres fonctionnaires de l’Etat. Pour sa part, Younes Firachine, secrétaire général du Syndicat national de l’Education, a indiqué qu’une augmentation des salaires des enseignants d’une valeur de 3.000 dirhams a été proposée, dans le cadre des efforts visant à répondre aux revendications formulées par ces derniers.
  • Le Maroc et les Émirats Arabes Unis ont forgé au fil des années une relation stratégique multidimensionnelle, solidement ancrée et durable. Cette alliance exceptionnelle a été façonnée par une volonté politique affirmée par les Chefs d’État des deux nations en vue de hisser ce partenariat exceptionnel au rang de modèle. La visite officielle du Roi Mohammed VI aux Émirats Arabes Unis revêt indubitablement une dimension historique, étant la première depuis l’élection de Cheikh Mohammed Ben Zayed Al-Nahyane en tant que Président des Émirats Arabes Unis en mai 2022. Elle devrait, de plus, insuffler une nouvelle énergie aux relations de partenariat entre les deux pays, caractérisées par une fraternité et une solidarité inébranlables. Quoi de mieux pour illustrer cette solidarité que de rappeler le soutien exprimé par les EAU au Maroc après le séisme meurtrier qui a frappé, le 8 septembre dernier, plusieurs régions du Royaume.

Le Matin

  • Le Roi Mohammed VI a eu, lundi au Palais présidentiel «Qasr Al Watan» à Abou Dhabi, des entretiens en tête-à-tête avec le Président de l’Etat des Emirats Arabes Unis, Cheikh Mohammed Ben Zayed Al Nahyane. Le Souverain effectue, à l’invitation du Président émirati, une visite de travail et de fraternité aux Emirats Arabes Unis, qui a été marquée par la signature par les deux Chefs d’Etat de la Déclaration « Vers un partenariat novateur, renouvelé et enraciné entre le Royaume du Maroc et l’Etat des Emirats Arabes Unis », visant à rehausser les relations entre les deux pays et leur coopération commune vers des horizons plus larges, par le biais de partenariats économiques agissants au service des intérêts suprêmes mutuels et générateurs de progrès et de prospérité pour les deux peuples frères.
  • Plus de 300.000 familles résidant dans les bidonvilles ont vu leur condition de vie s’améliorer depuis le démarrage du programme «Villes sans bidonvilles» lancé en 2004. Selon la ministre de l’Aménagement du territoire, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Fatima Zahra El Mansouri, qui répondait lundi à une question orale, malgré les efforts consentis par l’État pour éradiquer ce fléau, plusieurs difficultés persistent et entravent l’atteinte des objectifs fixés. La ministre cite à ce titre le problème de l’exode rural et la croissance démographique qui entraînent des changements radicaux au niveau de l’organisation sociale et spatiale des agglomérations urbaines. Elle pointe du doigt également le problème de la mobilisation du foncier dans les grandes villes, ce qui rend difficile le relogement des familles concernées ainsi que le faible pouvoir d’achat des familles. Une autre difficulté évoquée par la ministre concerne la maîtrise des listes des bénéficiaires qui ne cesse de changer et dont l’élaboration doit respecter le principe de la transparence, loin de toute surenchère.
  • Le groupe OCP affiche de nouvelles ambitions à l’horizon 2027. Le géant de l’industrie phosphatière et chimique compte ainsi consolider sa position de leader mondial intégré de phosphates et il s’en donne les moyens en mobilisant un programme d’investissement de 130 milliards de DH sur la période 2023-2027. À la clé, un accroissement des capacités de production d’engrais, tout en s’engageant à atteindre la neutralité carbone avant 2040, en faisant levier sur le gisement d’énergies renouvelables du Royaume et sur ses avancées dans ce domaine depuis plusieurs années. Le groupe engage également toute sa machine de recherche et d’innovations pour diversifier ses produits et services, exploiter les nouvelles opportunités, notamment sur le marché des batteries électriques, et tirer profit de la dynamique attendue de la demande mondiale.
  • Le groupe Addoha est sur le point de décrocher 25 millions d’euros auprès de la Société financière internationale pour son développement en Côte d’Ivoire. Ces fonds sont destinés à soutenir sa filiale locale Douja CIV dans la construction de Lagoona City à Yopougon (Abidjan). Il s’agit d’un projet d’environ 6.600 unités avec des équipements sociaux, d’un coût global de 158 millions d’euros. Le prêt de l’IFC co-financera la construction de 4.788 unités.

Libération

  • Bien qu’il soit le plus vulnérable aux changements climatiques qui nécessitent des efforts d’adaptation et des financements, l’Afrique est aussi un continent de solutions, ont estimé les participants à un Side-event organisé par la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, à Dubaï, dans le cade de la COP28. « L’Afrique a besoin d’adaptation et de financements, mais elle peut aussi être un continent de solutions », ont souligné plusieurs intervenants à cette rencontre tenue au Pavillon Maroc sous le thème “Bilan du parcours de l’Afrique en matière d’action climatique : Réussites et opportunités”. Portant un regard sur le cheminement du continent en matière d’action climatique, les intervenants ont opéré un changement de paradigme en changeant le discours sur l’Afrique.
  • Le déficit commercial du Maroc s’est établi à plus de 241,37 milliards de dirhams (MMDH) à fin octobre 2023, soit un allégement de 6,1% par rapport à la même période une année auparavant, selon l’Office des changes. Les importations ont reculé de 3,9% affichant 591,51 MMDH, et les exportations de 2,4% à 350,13 MMDH, précise l’Office qui vient de publier ses indicateurs mensuels des échanges extérieurs du mois d’octobre, notant que le taux de couverture a gagné 0,9 point pour s’établir à 59,2%.

Al Bayane

  • Un accueil officiel a été réservé, lundi au Palais présidentiel « Qasr Al Watan » à Abou Dhabi, àau Roi Mohammed VI par Cheikh Mohammed Ben Zayed Al-Nahyane, Président de l’Etat des Emirats Arabes Unis (EEAU). De l’entrée du Palais et jusqu’au portail « Zayed », le cortège Royal a été escorté par un escadron de cavaliers, une tradition réservée à l’accueil des hôtes de marque des Emirats Arabes Unis. Du portail « Zayed » à celui d’ »Al Hisn », le Cortège du Roi Mohammed VI a passé en revue des troupes folkloriques émiraties qui exécutaient des chants et des danses en signe de bienvenue au Souverain. A cette occasion, l’équipe nationale de voltige « Al Fursan » s’est envolée au-dessus du Palais, traçant dans le ciel des rubans de fumée aux couleurs rouge et vert du drapeau marocain, alors qu’une salve de 21 coups de canon retentissait en signe de bienvenue au Souverain.
  • A la lumière de son examen approfondi et prospectif du nouveau décret, et en tenant compte de la réalité nationale et régionale de l’entreprise de presse et de son environnement économique et sociétal, le Bureau exécutif de la Fédération Marocaine des Editeurs de Journaux (FMEJ), enregistre, entre autres, qu’une nouvelle fois, « le gouvernement persiste à décider unilatéralement, en l’absence de toute concertation préalable avec la FMEJ lors de l’élaboration du projet de décret et sans recevoir les demandes et propositions des organisations professionnelles concernées ». De même, la FMEJ considère que “conformément à ses positions de principe habituelles, que les conditions liées au nombre de cartes professionnelles devant être réunies étaient exagérées pour les journaux électroniques nationaux et régionaux, et que des efforts plus importants auraient pu être déployés pour les alléger et réduire leur nombre, notamment pour la presse électronique régionale et même pour les entreprises de la presse électronique que le décret considère comme étant ni petites ni moyennes”.

Al Alam

  • Le Maroc avance à pas sûrs pour passer d’un importateur d’énergie à un exportateur de celle-ci. Il s’agit d’un objectif que le pays poursuit dans le cadre de sa stratégie nationale ambitieuse, qui repose sur trois axes : fournir des énergies renouvelables, améliorer l’efficacité énergétique et renforcer l’intégration régionale. Sur ce long chemin, le Royaume a fait des pas de géant dans cette direction, obtenant des résultats importants, notamment celui de pouvoir couvrir 40% de ses besoins en énergie. Soutenu par des projets spécifiques, le Maroc semble être dans la bonne direction pour pouvoir couvrir 52% de ses besoins énergétiques à partir des sources d’énergies renouvelables à l’horizon 2030. C’est ce qu’a révélé Leila Benali, ministre de la Transition Énergétique et du Développement Durable, en marge de la COP 28, qui se tient à Dubaï. Elle a souligné que cette Conférence est l’occasion de présenter les initiatives marocaines en matière de transition énergétique et de développement durable et de promouvoir les projets d’énergies renouvelables aux niveaux régional et international.

Al Ittihad alichtiraki

  • La Trésorerie générale du Royaume a mis en œuvre la procédure de recouvrement forcé. Ses services ont procédé à des retenues très importantes sur les salaires des fonctionnaires qui n’auraient pas payé leurs impôts. Ainsi, ces fonctionnaires ont constaté que les montants déduits de leurs salaires du mois de novembre étaient des dettes fiscales accumulées depuis des années. La mesure prise par les services de la Trésorerie générale, qui a surpris les fonctionnaires, concernait le recouvrement de la taxe d’habitation et de la taxe des services communaux. En plus de ces retenues se rapportant aux impôts, d’autres ponctions ont été opérées, notamment sur les salaires des enseignants grévistes au titre de ce mois de novembre.

Al Ahdat Al Maghribia

  • Le Maroc et les Émirats arabes unis entretiennent des relations distinguées à tous les niveaux. C’est dans ce contexte qu’intervient la visite officielle du Roi Mohammed VI à l’invitation de Cheikh Mohammed Ben Zayed Al-Nahyane, Président de l’Etat des Emirats Arabes Unis, qui s’inscrit dans le cadre des relations fraternelles spéciales qui unissent les deux pays frères. Ces relations fortes vont au-delà de tous les domaines de coopération et s’étendent à ce qui est amical et fraternel, comme en témoignent les échanges de visites officielles des dirigeants des deux pays de temps à autre, afin de discuter des questions régionales et de faire avancer les relations bilatérales. Les relations économiques et commerciales entre le Maroc et les Émirats arabes unis ont enregistré un progrès important au fil des années, ce qui a renforcé des liens fertiles et solides au service du progrès et de la prospérité des deux pays frères.

Assahra Almaghribia

  • Le Roi Mohammed VI et Cheikh Mohammed Ben Zayed Al-Nahyane, Président de l’Etat des Emirats Arabes Unis, ont signé, lundi à Abou Dhabi, la Déclaration « Vers un partenariat novateur, renouvelé et enraciné entre le Royaume du Maroc et l’Etat des Emirats Arabes Unis », visant à rehausser les relations entre les deux pays et leur coopération commune vers des horizons plus larges, par le biais de partenariats économiques agissants au service des intérêts suprêmes mutuels et générateurs de progrès et de prospérité pour les deux peuples frères.
- Advertisment -