vendredi 1 mars 2024

Revue de presse de ce lundi 4 décembre 2023

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce lundi 4 décembre 2023:

Le Matin

Les procédures contentieuses ouvertes par le Conseil de la concurrence à l’encontre de neuf entreprises opérant sur les marchés de l’approvisionnement, du stockage et de la distribution du gasoil et de l’essence ainsi qu’à leur organisation professionnelle sont closes. Celles-ci ont opté pour la procédure transactionnelle et consenti par conséquent au paiement de la somme de 1.840.410.426 dirhams. Un montant qui a suscité de vives réactions, car jugé «minime et complaisant» au vu des profits que ces entreprises auraient encaissés depuis la libéralisation du secteur en 2015.Mais le président du Conseil de la Concurrence Ahmed Rahhou a appelé à “lire le montant en fonction de ce que la loi permet et non pas en fonction de montants qui proviennent de je ne sais où et qui ne reposent pas sur des éléments qui peuvent être légalement pris en considération”, car, explique-t-il, “ce qui est pris en considération, ce sont les chiffres des entreprises tels qu’ils sont publiés et sur la base des impôts qu’elles ont payés à l’État, ainsi que sur la base des états communiqués à la Direction générale des impôts”.

C’est la voie de la sagesse, celle de Noureddine Ayouch, président fondateur de la Fondation Zakoura Education et ancien membre du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique. Reconnaissant aux enseignants la légitimité de défendre leurs droits et la nécessité de faire avancer la réforme du secteur de l’Éducation, il rappelle l’importance de placer l’intérêt des apprenants en tête des préoccupations des uns et des autres. Ayouch, qui était mercredi l’invité de l’émission «L’Info en Face», a jugé urgent de rétablir la confiance entre toutes les parties concernées par ce dossier. Selon lui, il faut renouer le dialogue à travers des réunions de concertation plus efficaces. Il suggère dans ce sens que les syndicats et les coordinations se mettent d’accord et désignent un ou deux interlocuteurs pour discuter avec le gouvernement. Cette approche plus structurée faciliterait la communication et renforcerait la représentativité des enseignants dans les discussions, permettant ainsi des négociations plus transparentes et productives.

Un hommage appuyé a été rendu à Son Altesse la Princesse Lalla Lamia Essolh, présidente de l’Organisation Alaouite pour la promotion des aveugles au Maroc (OAPAM), lors d’une cérémonie organisée par l’Association « Baouabate Fès » à l’occasion de la Journée internationale des handicapés. Le trophée « Fès Gate » de l’Association a été décerné à SA la Princesse Lalla Lamia Essolh, en signe de reconnaissance de son action, initiée dès 1967, pour la pleine intégration sociale des personnes souffrant de déficiences visuelles. Il a été remis à Son Altesse la Princesse Lalla Zineb.

L’Economiste

Le groupe chinois Sunwoda Electronic Co. LTD est en prospection au Maroc. Le leader des batteries lithium-ion pour les voitures pourrait installer son unité dans la région de Fès-Meknès. Les dirigeants du groupe ont étudié, samedi dernier, les moyens d’installer une importante plateforme (de plus de 100 ha) de fabrication de batteries en lithium, au niveau de la zone industrielle de Ras El Ma (province de Moulay Yacoub). Zone qui fait partie d’une offre territoriale compétitive, à travers la programmation de nouvelles ZI et ZAE offrant un foncier industriel compétitif, aux meilleurs standards internationaux (sur les volets environnementaux, énergétiques, etc.) dans les filières porteuses possédant un fort potentiel de développement.

Le Maroc est sérieusement menacé par le stress hydrique suite à une forte réduction des pluies durant ces dernières années. Pour faire face à cette situation, plusieurs projets structurants sont prévus dans le cadre du PNAEPI 2020-2027 pour un coût d’investissement global de 143 milliards de DH. Avec ce programme, le Maroc affiche un fort engagement pour l’option de dessalement des eaux de mer avec 16 stations programmées d’une capacité totale de 1,5 milliard de m3 par an. A cela s’ajoutent 14 stations existantes permettant la production de 200 millions de m3 et 6 petites unités en cours de réalisation. Pour réussir le challenge du dessalement, il fallait relever certains défis à commencer par l’amélioration de la compétitivité de cette technologie à travers notamment la réduction du coût de production qui est actuellement estimé au Maroc à près 10 DH au m3. Il faut s’attaquer au facteur énergie qui constitue près de 50% du coût de production d’un m3 d’eau potable à partir du dessalement à travers le monde.

L’Opinion

Depuis la signature de l’accord d’association entre le Royaume Uni et le Maroc, en 2019, le volume des échanges commerciaux entre les deux pays a plus que doublé, dépassant les 3 milliards de livres sterling, soit environ 40 milliards de dirhams. Une coopération qui tire sa performance de certains secteurs stratégiques, dont l’énergie, principalement grâce au projet Xlinks, qui vient de bénéficier d’un nouvel investissement de quelque 20 millions de livres de la part de Total Energies. Cette nouvelle dynamique des relations maroco-britanniques interpelle à plus d’un titre sur la fameuse éventualité d’un accord de libre-échange entre les deux Royaumes. Stephen Orr, Président de la Britcham et Vice-Président de Spirit Aerosystems, souligne qu’en cette phase de post-Brexit, il faudrait se concentrer sur les domaines qui disposent d’un réel avantage compétitif. Le secteur de l’aéronautique par exemple, estimé à 18 millions de dirhams, a pour ambition de tripler dans les quatre années à venir grâce à la construction d’un écosystème entre le Maroc et le Royaume-Uni.

Dans un contexte où l’avocat trouve sa place parmi les produits essentiels dans le panier des ménages, le Maroc cherche à bien approvisionner le marché pour répondre à un besoin de plus en plus croissant. En effet, si le Maroc était, fin 2022, le neuvième exportateur mondial d’avocats, ses importations de ce fruit au cours de l’année 2023 ont été les plus importantes en termes de volume rapport aux huit dernières années, selon un rapport de « East Fruit», spécialisé dans le marché des fruits et légumes. Si le Royaume importait 4.000 tonnes d’avocats auparavant, le volume de ses importations de ce fruit a plus que triplé pour atteindre 13.000 tonnes en 2023, soit une valeur de 8,5 millions de dollars.

Le Maroc a été élu à l’unanimité, à Rome, en tant que coordonnateur de l’Afrique au sein du Comité exécutif du code alimentaire (Codex). Cette élection, qui s’est déroulée dans le cadre des travaux du Codex à l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), “représente non seulement une avancée significative pour le Maroc, mais également pour l’ensemble du continent africain, dans le domaine de la sécurité alimentaire et du commerce international’’, selon la Mission permanente du Royaume à Rome.

- Advertisment -