lundi 22 avril 2024

Découverte extraordinaire des restes d’une embarcation datant de l’âge de pierre, il y a 5 000 ans !

-

D’énormes blocs d’obsidienne taillés ont été retrouvés au large de l’île de Capri, en Italie. Pour les archéologues, ces morceaux de roche volcanique auraient fait partie de la cargaison d’un bateau ayant sombré il y a plus de 5 000 ans ! Une preuve de plus que les Hommes du Néolithique savaient naviguer.

C’est une unité de plongeurs de la police de Naples qui a fait l’étonnante découverte, en octobre dernier, à proximité des côtes de l’île de Capri. Les restes dispersés de ce qui était vraisemblablement la cargaison d’un très ancien navire ont été trouvés gisant sur le fond, à une profondeur de 30 à 40 mètres.

Un bloc d’obsidienne taillé de plus de 8 kilos !

Ce lundi 20 novembre, une nouvelle équipe de plongeurs dont des archéologues ont commencé à remonter une partie de cette cargaison, constituée notamment de gros blocs d’obsidienne ! L’obsidienne est une roche volcanique qui se présente sous la forme d’un verre sombre, dont les arrêtes sont particulièrement coupantes. Le bloc remonté est conséquent puisqu’il pèse près de huit kilos. À sa surface, les archéologues ont pu clairement identifier des marques de ciselage, indiquant que la pierre avait été taillée avant d’être acheminée par bateau. Des indications qui laissent penser que la cargaison en question date du Néolithique, période préhistorique également connue sous le nom « d’âge de la pierre polie » et datant de plus de 5 000 ans.

Le bloc d’obsidienne était vraisemblablement destiné à produire une multitude d’outils coupants, comme des couteaux, des pointes de lance ou de flèche. On trouve ce type de roche sur plusieurs îles volcaniques du sud de l’Italie, mais l’origine exacte du bloc retrouvé reste encore à déterminer.

Les Néolithiques savaient naviguer en Méditerranée

Les prochaines plongées devraient se focaliser sur la recherche de vestiges du bateau en lui-même, dont aucune trace n’a pour l’instant été retrouvée. L’absence de l’épave n’est pas vraiment une surprise, le  ayant tendance à se décomposer très rapidement dans l’eau. De précédentes découvertes permettent cependant de se faire une idée de l’embarcation. Cinq canoés d’environ 10 mètres de long datant de 5 690 à 5 250 avant notre ère ont en effet été retrouvés dans le lac de Bracciano près de Rome. La nouvelle découverte appuie donc un peu plus l’idée que nos ancêtres du Néolithique étaient de bons marins, capables de transporter des cargaisons importantes à travers la Méditerranée.

- Advertisment -