mardi 26 septembre 2023

Sahara: Il est temps pour l’Algérie, partie principale au conflit, de négocier de bonne foi

-

Il est temps pour l’Algérie, partie principale au différend régional sur le Sahara marocain, de négocier de bonne foi en vue d’une solution politique dans le cadre de la souveraineté nationale du Maroc, a souligné le président du « Global Policy Institute » (GPI), Paolo Von Schirach.

Réagissant à la tournée régionale en Algérie et au Maroc du sous-secrétaire adjoint américain pour l’Afrique du Nord, Joshua Harris, le président du think tank basé à Washington a indiqué que l’Algérie doit s’investir dans une solution « constructive ».

L’expert américain est revenu, dans une déclaration à la MAP, sur la position constante des Etats Unis en soutien au plan d’autonomie présenté par le Maroc pour clore définitivement ce différend régional.

Cette position a été réitérée jeudi par la diplomatie américaine, à l’occasion des entretiens de Joshua Harris avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

« Les États-Unis continuent de considérer le plan marocain d’autonomie comme étant sérieux, crédible et réaliste », a indiqué un communiqué de l’ambassade des Etats-Unis à Rabat, à l’issue de cette rencontre.

Abordant la dynamique de développement dans les provinces du Sud du Royaume, le président du « Global Policy Institute » s’est dit impressionné par les efforts déployés par le Maroc en faveur de la prospérité des populations locales.

“Je suis très impressionné par l’ampleur et la portée des programmes de développement, notamment l’hydrogène vert, et les nouveaux projets éoliens, portuaires, agricoles et aquacoles”, a-t-il dit, saluant une vision stratégique favorisant le développement tous azimuts de la région.

L’analyste a également mis en avant les efforts déployés en vue de développer les infrastructures, promouvoir les investissements et soutenir les programmes de formation qui préparent les jeunes au marché du travail.

Cette dynamique “constructive” de développement socio-économique renseigne sur l’engagement du Maroc dans un “agenda ambitieux” d’amélioration constante des conditions de vie des populations locales.

- Advertisment -