mercredi 27 septembre 2023

Scandale des tickets du Mondial: Peines de prison à l’encontre d’un dirigeant sportif et d’un journaliste

-

Le tribunal correctionnel de Casablanca a prononcé ce vendredi 11 août 2023 une peine de prison ferme d’un an et demi ainsi qu’une amende de 2000 dirhams à l’encontre d’un dirigeant sportif, dans le cadre de l’affaire des billets de la Coupe du Monde au Qatar en 2022.

De plus, le tribunal a condamné à dix mois de prison ferme et à une amende un journaliste sportif d’une radio privée.

La cour avait décidé de reporter l’examen du dossier à aujourd’hui pour permettre la préparation de la défense, suite à la demande de l’avocat du journaliste sportif, tandis que la défense du dirigeant sportif avait demandé la mise en liberté provisoire de l’accusé en détention.

Le procureur du tribunal correctionnel de Casablanca avait émis, le 26 juillet 2023, sa décision de maintenir en détention le dirigeant sportif et de maintenir en liberté le journaliste impliqué dans l’affaire.

Les suspects dans cette affaire avaient été renvoyés devant le parquet de la Cour d’appel de Casablanca par la Brigade nationale de la police judiciaire le mois dernier, en raison de soupçons de leur implication dans cette affaire.

La Brigade nationale de la police judiciaire avait ouvert une enquête sur instruction du parquet, afin de déterminer toutes les circonstances et les faits entourant la manipulation d’un certain nombre de billets de matches de la Coupe du Monde au Qatar en 2022, initialement destinés à être distribués gratuitement aux fans marocains. Les résultats de cette enquête avaient permis d’identifier les suspects, lesquels étaient parmi ceux impliqués dans l’acquisition illégale de ces billets et leur revente frauduleuse lors de leur présence au Qatar, en échange de sommes d’argent indûment perçues.

Les mesures d’enquête avaient également inclus l’audition de plusieurs personnes qui avaient obtenu ces billets moyennant paiement, la traçabilité de leur acquisition et de leur distribution, ainsi que la recherche des sources de leur possession et de leur vente sur le marché noir. Ces éléments avaient conduit à des soupçons de complicité de la part des personnes déférées à la justice, considérées comme impliquées dans cette affaire.

- Advertisment -