dimanche 14 juillet 2024

L’hémisphère Nord aborde une nouvelle semaine de canicule

-

Plusieurs incendies se sont déclarés lundi en Grèce, où des zones balnéaires ont été évacuées, le thermomètre dans de nombreuses régions d’Europe ayant dépassé les 40 °C. Ailleurs dans le monde, un nouveau record de température a été établi en Chine et des feux dévastateurs continuent de sévir au Canada et en Californie.

Mille deux cents enfants ont ainsi dû quitter des colonies de vacances menacées par les flammes attisées par des vents violents près de Loutraki, à environ 80 km à l’ouest d’Athènes.

À Kouvaras, à environ 50 km à l’est de la capitale grecque, un autre feu faisait rage, se propageant jusqu’à Avavyssos, à 40 km au sud-est d’Athènes, dans la région densément peuplée de l’Attique, cependant que la Grèce subit depuis jeudi une canicule avec des pointes de plus de 44 °C dans le centre de son territoire.

À Chypre, où les températures devraient rester au-dessus de 40 °C jusqu’à jeudi, un homme de 90 ans est mort dimanche et trois autres personnes âgées sont hospitalisées à la suite d’un coup de chaleur, ont annoncé les autorités.

En Italie, les records n’ont pas été battus lundi, avec 39 °C à l’ombre à Rome. La température maximale, 43 °C, a été relevée à Agrigente, en Sicile, et à Tarente, dans les Pouilles, également dans le sud.

Le pic de chaleur est attendu mardi en Sardaigne, une île où le mercure pourrait frôler les 48 °C.

En Espagne, qui sort d’une semaine déjà étouffante, l’agence météorologique a lancé une alerte orange pour lundi.

Dans la région méridionale de Murcie, on a atteint localement 44 °C, et 42 près d’Alicante.

La situation s’aggravera mardi, puisque certains endroits se retrouveront à 10 à 15 °C au-dessus des normales. L’alerte passera au rouge sur l’Aragon, la Catalogne et l’île de Majorque, avec 42 °C à 44 °C attendus.

L’épisode de chaleur intense doit durer jusqu’à mercredi, avant de décliner à partir de jeudi.

Un phénomène plus intense en Europe

En Europe, le réchauffement est deux fois plus rapide que la moyenne mondiale, notent les experts, et les pays méditerranéens en souffrent particulièrement.

Feux et canicules en Amérique du Nord

Aux États-Unis, les services météo observent une vague de chaleur oppressante dans le sud du pays et prévoient plusieurs records de températures.

Dans la célèbre vallée de la Mort, en Californie, l’un des endroits les plus chauds de la planète, le thermomètre a affiché 52 °C dimanche.

Plusieurs feux très violents dans le sud de la Californie ont ravagé plus de 3000 hectares et entraîné l’évacuation de la population.

En Floride, la ville de Miami a diffusé la première alerte de chaleur excessive de son histoire, mettant en garde contre des chaleurs accablantes à venir.

D’autres régions des États-Unis risquent d’importantes intempéries. Des orages forts à violents, de fortes pluies et des inondations sont possibles dans plusieurs endroits, particulièrement et malheureusement en Nouvelle-Angleterre, déjà saturée par de récentes précipitations, selon le service météo national.

Une inondation éclair a fait quatre morts samedi au nord de Philadelphie, en Pennsylvanie, et trois autres personnes y étaient toujours portées disparues dimanche.

Au Canada, plus de dix millions d’hectares ont déjà brûlé cette année, selon un bilan encore provisoire avec 882 feux toujours actifs lundi, dont 579 considérés comme non maîtrisés, selon les chiffres nationaux du Centre interservices des feux de forêt du Canada (CIFFC).

Deux pompiers sont morts en luttant contre ces mégafeux, selon les autorités.

Chaleur record en Asie

Le Japon a quant à lui lancé des alertes aux coups de chaleur lundi pour des dizaines de millions de ses habitants, vivant dans 32 de ses 47 préfectures, qui connaissent des températures proches du record absolu de 41,1 °C atteint en 2018.

Le pays fait également face à des pluies torrentielles qui ont fait au moins huit victimes.

En Corée du Sud, les sauveteurs luttaient pour atteindre des personnes piégées dans un tunnel inondé, les fortes pluies de ces derniers jours ayant fait au moins 39 morts.

Devant ce bilan, le président sud-coréen Yoon Suk Yeol s’est engagé lundi à complètement revoir l’approche de son pays quant aux phénomènes météorologiques extrêmes liés au changement climatique.

La chaleur est l’un des événements météorologiques les plus meurtriers, a rappelé récemment l’Organisation météorologique mondiale. L’été dernier, en Europe seulement, les fortes températures ont causé plus de 60 000 décès, selon une récente étude.
- Advertisment -