lundi 22 juillet 2024

Maroc/investissement : A la conquête de l’extrême orient

-

C’est en Chine que l’offensive économique marocaine en direction de l’Asie de l’Est a été bouclée cette semaine, avec à la clé de belles perspectives pour le partenariat entre le Maroc et cette région qui ne cesse de s’affirmer dans un monde en proie aux incertitudes de tous genres.

Entamé il y a plusieurs mois, le périple « Morocco Now », organisé par l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE) et conduit par Mohcine Jazouli, ministre délégué auprès du Chef du gouvernement chargé de l’Investissement, aura tenu toutes ses promesses.

 Les résultats sont là pour témoigner non seulement de la volonté du Maroc de se positionner dans l’après-Covid19 mais également de la détermination des pays ciblés de renforcer le partenariat avec un Maroc qui avance à grands pas pour s’imposer comme puissance émergente.

Les pays choisis pour cette campagne asiatique de « Morocco Now » est à la fois sage et intelligent. Il s’agit de puissances économiques incontournables dans le monde d’aujourd’hui et de demain. Il suffit de citer la Corée du Sud, le Japon, Singapore, l’Inde et la Chine. Des pays qui se taillent la part du lion dans l’économie mondiale.

A chaque étape du périple : de New Delhi à Tokyo en passant par Séoul et Shanghai, l’intérêt est le même : tirer profit de l’attrait d’un Maroc qui se distingue par plusieurs atouts essentiels pour les affaires. Avant tout, le Royaume offre une stabilité renforcée par une vision claire de sa trajectoire, des infrastructures qui n’ont rien à envier aux nations les plus avancées et surtout un cadre juridique sans cesse actualisé pour prendre en considération le changement des paradigmes mondiaux, le but étant d’offrir aux investisseurs toutes les conditions et les garanties de réussite et d’expansion.

A cela s’ajoute un réseau d’accords de libre-échange donnant accès à un marché de presque 2 milliards de consommateurs. Il s’agit de facteurs qui confèrent au Maroc un force de frappe à l’international et une présence sur les radars des investisseurs des pays de l’Asie de l’Est et au-delà du monde entier.

A travers le périple asiatique de « Morocco Now », le message de la délégation marocaine était clair. Le Maroc est un pays ouvert aux affaires, avec des fondamentaux macroéconomiques solides ayant, entre autres, permis au Royaume de tripler son Produit intérieur brut durant les deux dernières décennies et de drainer davantage d’investissements d’entreprises internationales, qui considèrent désormais le Royaume comme plateforme importante vers d’autres marchés notamment en Afrique.

Dans chaque étape du roadshow asiatique, les arguments du Maroc ont été attentivement suivis lors de tables rondes et de rencontres « Business to Business » (B2B) avec les chefs d’entreprise des pays visités. Le feedback des interlocuteurs asiatiques, dont des personnalités des plus influentes sur le plan politique et économique, est largement positif.

La percée du Maroc dans les marchés de l’Asie de l’est est devenue une réalité qui devra se concrétiser par davantage d’investissements et d’échanges commerciaux sur la base d’une coopération gagnant-gagnant, estiment-ils. Des partenariats sont ainsi scellés à l’instar de celui liant l’AMDIE et JETRO, son équivalent nippone.

A cet égard, un forum d’affaires entre secteurs privés marocain et japonais est proposé pour élargir la coopération à de nouveaux secteurs pour inclure l’aéronautique, l’industrie automobile et les énergies renouvelables. En Corée du Sud, la même volonté a été exprimée. Il était intéressant d’écouter l’expérience de la HANS Corporation, l’équipementier automobile coréen qui a mis en place en 2020 son premier site de production en Afrique. Une véritable success story sud-coréenne au Maroc. Un modèle à suivre.

Implanté à Tanger Automotive City, le complexe industriel du groupe emploie actuellement plus de 1.000 personnes, avec une capacité de production à terme de 8 millions d’unités par an, dont 85 pc est destiné à l’export.

La production de l’équipementier cible des constructeurs de renommée mondiale tels que PSA, Renault, Nissan, VW, GM, Hyundai, Ford, KIA, Skoda, Suzuki ou encore Chrysler. Son Président Seung Hyun Chang n’a pas voulu rater l’occasion de l’arrivée de « Morocco Now » à Séoul pour venir évoquer devant les participants la réussite de son groupe au Maroc. « Je recommande vivement à tout le monde ici présent d’embrasser le rêve marocain », a-t-il dit.

A Shanghai, hub financier de la Chine, deuxième puissance économique mondiale, l’écosystème mis en place par le Maroc pour le développement de l’industrie automobile a retenu une attention particulière.

Le secteur est devenu l’un des secteurs les plus prometteurs de l’activité économique au Maroc. Avec près de 100 milliards de dirhams d’exportations en 2022, l’industrie s’est imposée comme pilier de l’économie marocaine et des exportations du pays.

 Le Maroc est aujourd’hui le premier producteur de véhicules passagers en Afrique avec une capacité installée de près de 1 million unités par an. Avec plus de 65% de composants 100% made in Morocco, l’écosystème automobile national composé de plus de 250 sous-traitants, opère sur l’ensemble de la chaîne de valeur et produit localement 9 modèles de voitures à ce jour.

Le Maroc est également fortement engagé dans une démarche de réduction de consommation énergétique à travers l’utilisation des énergies renouvelables par le secteur. En 2022, 41% de la capacité installée de voiture était issue d’une production décarbonée et l’objectif pour 2030 est de passer à 64%. Ces avancées n’ont pas laissé indifférents les industriels chinois.

 L’arrivée de «Morocco Now» à Shanghai a été l’occasion de signer un mémorandum d’entente entre l’AMDIE et «Wuhan Economic & Technological Development Zone» (WEDZ), l’une des premières zones nationales de développement économique et technologique en Chine centrale, se classant en tête des 200 zones de développement au niveau du pays en termes de puissance globale.

La WEDZ a formé un cluster industriel dominé par l’industrie automobile, les appareils électroniques et d’autres industries. Elle abrite aujourd’hui près de 30.000 entreprises. A travers ce nouveau partenariat, chaque partie apportera son expertise dans les domaines de la promotion et développement des investissements chinois au Maroc.

Les nouveaux partenariats tissés lors des différentes étapes du roadshow asiatique ouvrent, ainsi, de larges horizons pour le Maroc dont le développement suscite de fortes attentes de la part des investisseurs qui croient en l’économie marocaine et la considèrent comme une grande opportunité pour leurs affaires.

- Advertisment -