samedi 20 juillet 2024

L’industrie automobile au Maroc : L’équipementier américain CVG débarque à Tanger

-

Visant le sourcing du marché européen des véhicules utilitaires électriques en pleine expansion, l’équipementier automobile américain CVG a entamé les premières démarches pour la construction d’une usine au Maroc. Les détails …

C’est un nouvel acteur qui devrait s’inviter sous peu dans l’écosystème des fabricants automobiles au Maroc. Il s’agit, selon les informations relayées par plusieurs medias, de l’Américain Commercial Vehicle Group (CGV) basé depuis 23 ans à New Albany dans l’Ohio, ayant décidé de loger sa filiale marocaine dans la zone franche de Tanger (TFZ). Une première étape pour la construction d’une usine dès les prochains mois, ajoute les mêmes sources.

Le 30 mars dernier, cette nouvelle structure, du nom de CVG Morocco, a pu être déployée, avec comme capital social de départ 30 000 euros. Selon les mêmes sources, CVG a déjà désigné des figures-clés de la maison-mère pour porter sa nouvelle société : Chung Kin Cheung, directeur financier du groupe, Mohamed Aneezal, directeur juridique de CVG, Richard Tajer, officiant en tant que directeur général, de Jeffrey Tritapoe, vice-président des opérations et enfin, point important comme on le verra, de Ernesto Hernandez. Celui-ci occupe le poste de directeur des opérations au sein de la filiale mexicaine de CVG.

 D’après des sources concordantes, l’objectif de l’installation de cette usine vise à fournir en équipements les véhicules utilitaires électriques du marché européen.

Selon une récente étude du cabinet Mordor Intelligence, en raison de la croissance soutenue de secteurs tels que la logistique et les industries de la chaîne d’approvisionnement, l’adoption des véhicules électriques devient évidente.

De plus, les normes d’émissions strictes, notamment dans l’Union européenne (UE) qui s’est engagée à réduire ses émissions liées au trafic routier pousse de nombreuses entreprises à électrifier les véhicules, ce qui joue également un rôle crucial dans la croissance du marché.

Le marché européen se distingue aussi par un meilleur accès aux bornes de recharge pour camions électriques. L’industrie européenne du camionnage électrique devrait progresser rapidement suite à la décision de l’UE de réduire les péages pour les camions sans émissions, ce qui constitue une aide aux investissements privés dans les camions électriques.

 Les 27 se sont également fixés pour objectif d’atteindre une réduction de 40 % des gaz à effet de serre d’ici 2040. Des acteurs majeurs tels que Volvo et Daimler proposent déjà une gamme plus large de véhicules utilitaires lourds aux industries en vendant une gamme complète de camions électriques à batterie pour la distribution intra-européenne.

Si on devait relever une grande spécialité chez CVG, outre les systèmes automatisés de chaines de montage ou les divers accessoires pour véhicules, c’est incontestablement les sièges de poids lourds, comprenant ainsi les camions, les bus, les camions de sapeurs-pompiers ou encore les engins de chantier.

CVG opère dans ce secteur à travers au moins trois filiales, portant les marques qu’il commercialise : Bostrom Seating, KAB Seating et Stratos Seating.

 Par le biais de ces branches, CVG propose ainsi, aux particuliers comme aux constructeurs, des sièges automobiles. En plus de ce type d’équipements, on retrouve aussi la conception de rétroviseurs pour poids lourds. Une activité portée par Moto Mirror.

 Les miroirs en question sont destinés à plusieurs marques de camions : Isuzu, Volvo, Kenworth, American Lafrance ou encore Freightliner, peut-on notamment citer.

D’autres activités sont aussi couvertes par le groupe CVG. On citera les câbles électriques, les systèmes de guidage, les injections ou encore les études techniques.

C’est d’ailleurs ce dernier aspect de la palette des produits de CVG qui devrait être mis à profit par la filiale tangéroise. Sa volonté de placer son usine au Royaume répond ainsi aux promesses faites lors de la présentation du plan stratégique par le P-DG, Harold Bevis, au début de cette année.

Selon ce plan stratégique, il est question tout d’abord de lancer un programme de réduction des coûts estimé à plus de 30 millions de dollars. Il concernera 350 projets dans le monde, fait-on savoir.

« Nous nous engageons à réduire notre structure de coûts, principalement dans les zones de non-croissance, et principalement loin des pays à coût élevé », indiquait Bevis début mars.

Outre la réduction de coût, le plan stratégique fait notamment état de la volonté de viser le marché du sourcing des véhicules utilitaires électriques, notamment ceux du marché européen. D’où le recours à une usine en Afrique du nord, au Maroc plus précisément, où les coûts de production seront relativement moindres et aussi en raison des avantages procurés par tout l’écosystème automobile local, devenu un des piliers de l’industrie nationale orientée vers l’export.

Afin de mener cette mission, parmi le top management mobilisé pour la filiale marocaine, on retrouve d’ailleurs le directeur des opérations de la filiale de CVG au Mexique, où on compte pas moins de quatre usines pour l’Américain.

Comme pour le pays latino-américain, servant de base-arrière à faible coût pour les usines de CVG qui fournissent l’industrie automobile nord-américaine, au Maroc, le même modèle devrait ainsi être dupliqué pour attaquer le marché du Vieux Continent.

- Advertisment -