mercredi 24 juillet 2024

Djamel Belmadi et le football marocain

-

Lors d’une conférence de presse, Djamel Belmadi, le sélectionneur algérien a tenu à féliciter le Maroc, Walid Regragui et les Lions de l’Atlas pour leur performance qu’il juge « inspirante » au Mondial du Qatar. Une nouvelle fois, le patron du staff technique des Fennecs tient un beau discours envers le football marocain.

Le football, c’est un sport de grands seigneurs. En laissant de côté toute animosité régnante entre les deux pays, Djamel Belmadi, le sélectionneur de l’Algérie, a tenu un beau discours envers l’équipe nationale marocaine, qui a réalisé un parcours historique en Coupe du monde, en atteignant le stade des demi-finales. 

« On doit se rendre à l’évidence, l’équipe du Maroc a fait une très très belle Coupe du monde avec ce jeu là (un jeu basé sur la défense, les transitions et la discipline tactique ndlr), donc on tire notre chapeau aux joueurs et au staff technique avec à sa tête Walid Regragui« , a déclaré le sélectionneur algérien en conférence de presse. 

Belmadi, qui a été grandement critiqué en Algérie pour avoir voté Regragui pour le trophée « The Best » qui récompense le meilleur entraîneur du monde, répond à ses détracteurs en mettant en avant le principe du mérite. 

« J’ai voté Regragui, j’ai voté Bounou, ils ont fait du bon travail, il faut le reconnaître. Ils ont un certain style, c’est peut-être passé ric-rac mais ils l’ont mérité« , a-t-il poursuivi. 

Ce n’est pas la première fois que Belmadi tient un beau discours envers le football marocain. Au-delà de son vote pour Yassine Bounou et Walid Regragui pour le trophée « The Best », il avait accepté d’engagé un ancien international marocain qui est aussi son ami, Abdesslam Ouaddou à ses côtés en tant qu’adjoint dans son staff technique. Avant le début du Mondial, il avait affirmé qu’il comptait encourager les Lions de l’Atlas.

Suite à l’exploit du Maroc au Mondial, il n’avait pas manqué de féliciter les Lions pour leur parcours historique lors d’une compétition qu’il n’a pas pu regardé pour une « affaire de principes ». Djamel et l’Algérie avaient manqué la qualification à une seconde près suite au but de Toko Ekambi, qui a offert le ticket de qualification au Cameroun.

« Je vis au Qatar, avec ma famille. On a joué le 19 ou le 18 contre la Suède. De la Suède, je suis parti en Europe, je n’ai pas vu un match de Coupe du monde. J’en ai fait une affaire de principe, je voulais bosser pendant cette période. Ce que l’on peut analyser de cette Coupe du monde, c’est qu’il y a d’abord des équipes inattendues qui ont fait de vraies belles choses, comme l’Arabie face à l’Argentine, le Maroc qui a fait une très belle Coupe avec ce jeu là« , avait-il déclaré, plus tôt lors de la même conférence.

Avec beaucoup d’amertume, Belmadi qui compte se racheter affirme qu’il sentait que cette Coupe du monde aurait été une compétition durant laquelle les Fennecs auraient performé en allant très loin.

- Advertisment -