mardi 28 mars 2023

Les axes stratégiques du Cadre de coopération pour le développement durable 2023-2027

-

Le Cadre de Coopération pour le Développement Durable (CCDD) représente l’instrument de référence pour la planification et le suivi de mise en œuvre des activités du Système des Nations Unies pour le Développement au Maroc en faveur des ODD à l’horizon 2030.

Élaboré de façon conjointe avec le gouvernement marocain, le CCDD 2023-2027 s’articule autour de quatre axes stratégiques qui se déclinent sous formes de priorités stratégiques:

1- Transformation économique inclusive et durabilité

– Promouvoir une meilleure intégration des secteurs productifs au sein des chaînes de valeurs notamment à l’export, tout en assurant une montée en gamme de la production, dans le respect des normes internationales du travail et des normes environnementales. – Contribuer à la dynamisation de l’écosystème entrepreneurial, notamment en appui aux TPE et entreprises sociales et solidaires, permettant ainsi l’accélération de l’intégration de l’informel et la création d’emplois décents, notamment pour les femmes et les jeunes.

– Appuyer la stratégie écologique et l’émergence d’une économie circulaire et à faible émission de carbone.

– Investir dans l’innovation et le développement de capacités en recherche et développement.

2-  Développement du capital humain

– Appuyer les efforts du gouvernement pour assurer l’accès équitable, pérenne et de qualité à l’éducation, à la santé et à la culture à tous les âges, y compris pour les plus vulnérables. – Renforcer la vision holistique et intégrée de la santé dans toutes les politiques publiques pertinentes, en tirant les leçons de la pandémie de COVID-19 pour une refonte du système de santé.

– Appuyer le renforcement des performances éducatives, du préscolaire à l’université en passant par les compétences de vie, tout au long du parcours de formation et à tous les âges, pour permettre à chaque individu de réaliser pleinement son potentiel.

– Promouvoir la culture comme catalyseur de développement durable, moyen d’épanouissement et de cohésion sociale.

3-  Inclusion et protection sociale

– Appuyer la généralisation des mécanismes et des services de la protection sociale visant à renforcer la résilience des familles et des populations les plus vulnérables, à assurer la couverture sociale et médicale de base de toute la population, y compris à travers le renforcement de sa gouvernance et la soutenabilité de son financement.

– Concrétiser la transformation de la fenêtre démographique ouverte au Maroc en un véritable dividende en favorisant l’inclusion des jeunes, afin qu’ils/elles puissent réaliser pleinement leur potentiel de membres productifs de la société.

– Favoriser l’inclusion sociale et la protection des populations les plus vulnérables à la marginalisation ou laissées-pour-compte.

– Résorber l’écart aux services sociaux de base entre les mondes urbain et rural afin de réduire les inégalités territoriales.

4- Gouvernance, résilience et développement local

– Harmoniser les cadres juridiques avec la Constitution et les engagements contractés par le Maroc et appuyer leur mise en œuvre, notamment à travers la réforme du système judiciaire, en vue de renforcer l’environnement favorable à l’exercice des droits humains.

– Appuyer les institutions nationales dans la mise en œuvre de leurs stratégies de promotion et de protection des droits humains, ainsi que dans l’élaboration de rapports, de suivi et d’évaluation en la matière.

– Renforcer le processus de réforme de l’administration à travers la bonne gouvernance, la transparence et l’accélération de la digitalisation.

– Appuyer la cohérence, l’efficacité et l’efficience des politiques publiques à l’échelle nationale, ainsi que leur convergence aux niveaux local et régional, notamment à travers la production, l’accès, l’utilisation et l’interopérabilité de données probantes relatives au suivi et à l’atteinte des ODD, en particulier à l’échelle des régions et provinces du Royaume du Maroc.

– Contribuer au renforcement des capacités aux niveaux de l’administration central, des services déconcentrés, des collectivités territoriales, du secteur privé, de la société civile et du monde académique, dans le cadre de la subsidiarité et de la démocratie participative prévues par la régionalisation avancée.

– Appuyer les initiatives en vue de favoriser l’émergence d’écosystèmes locaux, facteurs de diversification économique et de résilience, en milieu rural et dans les petites et moyennes villes.

- Advertisment -