mercredi 22 mars 2023

MERIAM GHANDI : L’Architecte qui ne jure que par l’Humain

-

La Journée Internationale de la Femme, célébrée chaque année le 8 mars, est l’occasion de mettre en lumière les réalisations des femmes du monde entier, de célébrer leur courage, leur résilience et leur contribution à la société.

Au Maroc, les femmes ont joué un rôle important dans l’histoire du pays et continuent de le faire dans tous les domaines de la vie, malgré les défis auxquels elles sont confrontées. Pour cette année nous avons choisi de vous  présenter 10 femmes marocaines exceptionnelles, à travers lesquelles nous allons célébrer le talent, la réussite, l’exploit et le  courage de la femme marocaine, pour inspirer et encourager les générations futures à poursuivre leurs rêves et à ne jamais abandonner leurs ambitions, quelles que soient les difficultés qu’elles rencontrent sur leur chemin.

MERIAM GHANDI : L’Architecte qui ne jure que par l’Humain

Femme de géométrie et de structure certes, mais femme humaine avant tout. Il s’agit de l’architecte Meriam Ghandi qui a choisi l’humain, le cœur du métier de l’architecture avant le bâtiment. Pour cette architecte spéciale, dans ses réflexions, l’humain devrait être en piédestal avant le projet qui va être bâti pour lui.

Diplômée de l’école nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais, son histoire avec l’humain lui a valu le prix du concours «young arab architects», une initiative de l’Institut du monde arabe suite à son réaménagement du village «Zaouia Ifrane» situé au cœur de l’Atlas.

Ce projet, réalisé avec les habitants et portant d’ailleurs le nom «construire avec les habitants» , a donné une autre dimension au travail architectural qui conserve l’authenticité des bâtisses  mais également implique les habitants dans le métier de la conservation et de la sauvegarde de leur patrimoine et renforce leur sentiment d’appartenance à leur terre.

Pour Meriam Ghandi, artiste peintre aussi et passionnée d’écriture, c’est une question existentielle, il faut rendre heureux et veiller sur le bien être des humains et placer l’humain au cœur de ses projets architecturaux.

Une architecte artiste dans l’âme qui donne libre cours à son cœur d’humaine pour accompagner les projets à dimension complexe et sociale.

En 2014, elle a été sélectionnée pour représenter la femme architecte du Maroc dans le concours international «Arc Vision Prize-Women and architecture» à Bergame en Italie et puis elle a également exposé un de ses projets à Florence. L’une de ses créations a été exposée à la 15éme biennale d’architecture de Venise. Et depuis les exploits de Meriam Ghandi continuent au service de l’humain, des coopératives, des artisans.

Meriam Ghandi tisse au long des années avec les monuments, les villages, les femmes artisanes des histoires humaines qu’elle trouve du mal à s’en détacher à la fin de chaque chantier.

Pour Meriam GHANDI, un architecte doit être éternellement inspiré par l’art et l’humain pour qu’il puisse réaliser des projets qui se vient et qui se ressentent et c’est ce qui fait d’elle une architecte avant-gardiste qui des années après ces débuts, sur des projets de patrimoine, l’humain a été recentré au cœur de la problématique de l’habitat et de l’architecture.

Dans la Medina de Fès Meriam Ghandi a trouvé la joie d’exercer, le destin a bien fait de la faire bouger de Tanger. Le bonheur lié à l’architecture et au patrimoine l’attendait à «Baouabate Fès».

- Advertisment -