mardi 23 juillet 2024

Patrimoine judéo-marocain: SM le Roi Mohammed VI perpétue l’héritage fort de Feus SM Mohammed V et SM Hassan II

-

SM le Roi Mohammed VI a toujours accordé un intérêt tout particulier à la préservation de la composante hébraïque de l’identité nationale et du patrimoine judéo-marocain, perpétuant en cela une tradition marocaine religieusement gardée par Son Grand-père, feu SM Mohammed V et de Son Père, feu SM Hassan II.

Plusieurs actions et initiatives concrètes sont témoins de cet intérêt royal pour la sauvegarde du riche patrimoine judéo-marocain. Elles portent notamment sur la consécration dans le préambule de la Constitution du Royaume de l’affluent hébraïque de l’identité marocaine, la réhabilitation et la mise à niveau des lieux de culte, de sanctuaires, de quartiers et de cimetières, l’organisation de la communauté juive en la dotant d’Institutions comme le Conseil national de la communauté juive marocaine, la Commission des Juifs marocains de l’étranger et la Fondation du judaïsme marocain.

Toutes ces actions et autres, qui ont été amplement saluées par la communauté internationale, font du Maroc un havre de paix qui embrasse l’universalisme, en prônant le dialogue inter-religieux et les valeurs de la tolérance, de la coexistence, du vivre ensemble et d’altérité, au moment où le monde est en proie aux soubresauts, au communautarisme et au repli identitaire.

Et c’est particulièrement cette vision éclairée qui a été saluée, ce dimanche à Casablanca, à l’occasion de la commémoration de la Journée internationale pour la mémoire des victimes de l’Holocauste, marquée par la participation notamment du ministre de l’Education nationale, du Préscolaire et des Sports, Chakib Benmoussa, du Secrétaire général du Conseil de la communauté israélite du Maroc (CCIM), Serge Berdugo, de l’ambassadeur des Etats-Unis au Maroc, Puneet Talwar et de la cheffe par intérim du Bureau de Liaison d’Israël à Rabat, l’ambassadrice Alona Fisher-Kamm.

Les témoignages se sont multipliés, lors de ce conclave, pour mettre la lumière sur cette approche royale qui distingue le Royaume comme un pays offrant un peu plus de discernement quand montent les clameurs de l’exclusion et que se multiplient les amalgames les plus caricaturaux qui nourrissent une culture du rejet et du déni du savoir vivre ensemble.

À cet égard, M. Talwar a déclaré à M24, la chaine télévisée de l’information en continu de la MAP, que SM le Roi Mohammed VI continue à perpétuer « l’héritage fort » de feus SM le Roi Mohammed V et SM le Roi Hassan II “en soutenant la tolérance, la coexistence et l’harmonie religieuse”.

Pour sa part, Mme Fisher-Kamm a souligné, dans une déclaration similaire, que grâce à sa consécration, tout au long de son histoire, du principe de tolérance et de coexistence, le Maroc peut aujourd’hui servir de modèle au “monde entier”, et jouer un rôle “très important dans le dialogue inter-religieux”.

Même son de cloche chez M. Berdugo, qui a rappelé que, depuis Son arrivée sur le Trône, “Sa Majesté le Roi Mohammed VI a établi une vision du Maroc, que tout le monde nous envie, une vision de tolérance et de respect des minorités”.

La vision sage et les actions salutaires du Souverain ont permis de renouer les liens avec 800.000 Juifs marocains qui vivaient à l’extérieur, “et qui ne demandaient qu’à revenir au Maroc, retrouver leurs racines, reconnaitre les lieux de leurs ancêtres et renouer les liens avec leurs concitoyens musulmans”, s’est réjoui le SG du CCIM.

Organisée sous le thème: “Mohammed V : Sauveur des juifs marocains pendant la Shoah”, cette commémoration a été l’occasion de rappeler la ferme position de feu SM le Roi Mohammed V, qui s’est opposé à toute action du gouvernement de Vichy à l’encontre des Marocains de profession juive, et de faire la lumière sur les actions de Son digne héritier, SM le Roi Mohammed VI pour la préservation et la promotion de l’héritage judéo-marocain.

Co-organisée par l’Association Mimouna, le Conseil des Communautés Israélites du Maroc et le Centre d’Information des Nations Unies à Rabat, cette journée à été également marquée par la présence du président de la Fondation nationale des musées (FNM), Mehdi Qotbi, du gouverneur de la préfecture d’arrondissements de Casablanca-Anfa, Aziz Dades, et de plusieurs membres des communautés juive, musulmane et chrétienne.

- Advertisment -