lundi 30 janvier 2023

La sécheresse engendre des pertes de 15 milliards de dollars aux agriculteurs en Argentine (patronat)

-

 Le secteur agricole prévoit des pertes à hauteur de 15 milliards de dollars à cause de la sévère sécheresse qui sévit dans le pays et le gouvernement promet d’amortir ses effets dans les campagnes.

Face à cette situation inédite, le gouvernement a promis vendredi aux exploitants agricoles de déployer à partir du 1er février prochain un paquet de mesures pour soulager les agriculteurs.

Au début de la semaine, les deux principales chambres d’agriculture du pays (Buenos Aires et Rosario) ont dressé un tableau sombre de la production de soja et du Blé avec des pertes en volume avoisinant les 45% à cause de la sécheresse.

Ainsi, la Chambre d’agriculture de Rosario (300 km au nord de Buenos Aires), la plus importante du pays, a fait savoir que la sécheresse inédite de cette année devrait provoquer une baisse de 45% dans la production de soja par rapport à ses prévisions précédentes.

La zone centrale du pays, considérée comme la principale région de production de soja, connaît une sécheresse très sévère, avec une absence quasi-totale des précipitations depuis avril de l’année dernière.

Le manque à gagner serait de quelque 9 millions de tonnes, à cause de la baisse des rendements de 40 quintaux par hectare habituellement à seulement 23 q/ha.

A cela s’ajoute « une baisse de la superficie plantée de près d’un demi-million d’hectares en raison du manque d’eau qui a bouleversé les schémas de plantation initiaux.

Peu auparavant, la Chambre d’agriculteur de Buenos Aires, qui a chiffré les pertes totales du secteur à 15 milliards de dollars, a anticipé une chute de 44,6% de la production de blé pour la campagne 2022-2023 qui vient de s’achever.

Cette chute équivaut à un manque à gagner de 10 millions de tonnes de blé provoqué directement par « l’absence de précipitations sur une grande partie de la superficie semée ».

Ce manque à gagner se traduit par une baisse des recettes des exportations de 55% en comparaison avec la saison dernière, ce qui affecte inéluctablement les rares réserves en devises du pays.

Pour les autres produits, le patronat prévoit une baisse de la production du maïs de 12,2 millions de tonnes (37,8 millions de tonnes contre 50 millions la saison précédente) et de tournesol de 400 mille tonnes (3,5 millions à 3,9 millions de tonnes).

La grave sécheresse de cette année se traduirait par une baisse de près de 2% du PIB agricole et une baisse de 0,6% de la collecte des impôts et taxes.

La sécheresse qui affecte le secteur agricole en Argentine est un phénomène climatique qui dure depuis trois ans et il est lié directement au phénomène de la Nina.

Le ministre de l’économie, Sergio Massa, a rencontré ce vendredi le comité de liaison avec les agriculteurs auquel il a promis de porter les réponses adéquates aux inquiétudes des agriculteurs qui constituent la principale source de devises du pays.

- Advertisment -