lundi 22 juillet 2024

Revue de presse quotidienne de ce mercredi 28 décembre 2022

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi 28 décembre 2022:

L’Economiste

« Les principaux régimes de base connaissent une situation financière difficile marquée globalement par l’importance de leurs dettes implicites et par l’épuisement de leurs réserves à divers horizons». C’est l’une des principales conclusions du Comité de coordination et de surveillance des risques systémiques qui a tenu récemment sa seizième séance. La solution viendrait de la réforme systémique qui devrait permettre d’instaurer une tarification équilibrée. Mais d’ores et déjà, Miloudi Moukharik, secrétaire général de l’UMT avertit que son syndicat s’oppose à toute hausse des cotisations, baisse des pensions et à l’obligation d’un départ à la retraite à 65 ans. Pour l’heure, les partenaires sociaux attendent la réunion programmée en janvier pour dévoiler leur proposition. “Le gouvernement devrait décliner ses propositions en janvier. C’est à ce moment que les choses sérieuses vont commencer », poursuit un syndicaliste.

Le ministère de l’Education nationale a sensiblement réduit le nombre d’ONG gestionnaires du cycle préscolaire dans les écoles publiques. Le nombre d’associations a été divisé par cinq depuis 2019-2020, passant de 4.500 à 800, selon le ministre de l’Education nationale, Chakib Benmoussa, qui intervenait à la Première chambre. Son département a ainsi fait le tri pour ne garder que les associations les plus « sérieuses ».

Le Matin

Les projets de loi organique relatifs au Conseil supérieur du pouvoir judiciaire et au statut des magistrats ont été adoptés, hier, en commission. Modifiant les textes en vigueur depuis 2016, les projets de loi ont fait l’objet de quelques amendements de la part des groupes parlementaires de l’opposition, lors de la dernière séance de la Commission de justice, de législation et des droits de l’Homme. En ce qui concerne le projet de loi organique N°14.22 modifiant et complétant la loi organique Nº106.13 portant statut des magistrats, il vise la révision d’une quinzaine d’articles (sur un total de 117). Ce qui devrait permettre de combler les lacunes relevées au cours de la mise en pratique de la loi organique actuelle. Il s’agit, par exemple, d’élargir la liste des cas où un magistrat pourrait faire l’objet de suspension de ses fonctions. Parmi ces cas, «la violation du secret professionnel et la divulgation du secret des délibérations ou la diffusion d’une décision judiciaire avant qu’elle ne soit prononcée».

L’Opinion

Ce ne sont pas moins de 9.225 sur 10.740 zones territoriales dans le Royaume qui sont couvertes par internet. C’est du moins ce qui ressort du bilan présenté par la ministre de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration, Ghita Mezzour, à la Chambre des Représentants et qui détaille les avancées du Plan national pour le développement du haut et très haut débit (2018- 2023). Un bilan louable, certes, néanmoins, plusieurs régions souffrent du déficit en matière de couverture, principalement au niveau des zones rurales, poussant ainsi la tutelle à lancer la deuxième phase du programme afin de réduire le fossé entre le milieu urbain et rural.

Les villes marocaines sont de plus en plus vulnérables aux aléas naturels et chimiques. Le coût économique du changement climatique s’élève à plus de 575 millions de dollars chaque année pour le Royaume, selon la Banque Mondiale. Mohammedia et Ain Harrouda sont deux des villes marocaines qui ont bénéficié de stratégies nationales visant à minimiser leur exposition aux calamités climatiques, souligne l’institution de Bretton Woods. Les deux villes sont particulièrement vulnérables à l’érosion côtière et la montée du niveau de la mer. Le plan pour les deux villes comprend un engagement à réunir diverses parties prenantes et à combiner les données existantes sur la menace climatique pour les villes afin d’établir une approche holistique de la gestion urbaine et côtière.

Les Inspirations Éco

A toutes ces personnes commerçants, médecins, avocats, architectes, topographes ou pharmaciens… qui paient à peine 10.000 dirhams d’impôt sur le revenu par an tout en détenant 2, voire 5 millions de dirhams de placements en assurance-vie, l’heure de vérité a peut-être sonné. Dans son offensive contre l’évasion et la fraude à l’impôt, l’administration fiscale va désormais rapprocher le revenu déclaré par leurs détenteurs avec ces placements d’assurance-vie très prisés par de gros épargnants en raison de leur caractère insaisissable, quel que soit le créancier. Ce recoupement servira à reconstituer le revenu des contribuables, confie une source auprès de la DGI, qui ajoute que “l’Administration en a les moyens juridiques et techniques”.

Une nouvelle étape vient d’être franchie dans la lutte contre le blanchiment de capitaux au Maroc. L’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) vient de publier la circulaire n°02/2022 du 1er juin 2022 relative aux obligations de vigilance et de veille interne incombant aux organismes et personnes soumis au contrôle de l’autorité. Elle vient compléter les dispositions de la loi n°43-05, qui a été modifiée et complétée par la loi n°12-18, et les dispositions de la loi n° 43-12 relative à l’AMMC. Ladite circulaire regroupe l’ensemble des obligations de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme (LBC-FT), incombant aux organismes et personnes soumis au contrôle de l’AMMC, précise la même source.

Albayane

Le ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication a lancé, le musée digital « Niya Maghribya », un site électronique regroupant une photothèque et une vidéothèque qui documentent les prouesses des Lions de l’Atlas lors de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Ce musée numérique dispose de toutes les photos et vidéos officielles ainsi que celles illustrant des supporters marocains et qui documentent des instants de joie vécus à l’occasion des phases finales de la Coupe du monde 2022, outre la prestation distinguée de l’équipe nationale de football lors de cette compétition mondiale, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Maroc Le Jour

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a mis l’accent sur l’importance de disposer de juridictions spécialisées dans toutes les régions du Royaume, faisant état de discussions en cours avec les instances judiciaires portant sur la révision de la carte judiciaire. Dans sa réponse à une question orale à la Chambre des représentants sur  »le déficit en tribunaux administratifs », posée par le groupe socialiste, il a fait état, à ce propos, de la mobilisation de 100 millions de dirhams sur une période de trois ans ainsi que de 450 fonctionnaires et ce, dans le but de moderniser les tribunaux de famille et les rendre plus proches des justiciables, outre la création de plusieurs centres des juges résidents, entre autres à Imlchil, Tafraout et Bab Berred ainsi que l’inauguration de 17 bâtiments.

Le ministre de l’Éducation nationale, du préscolaire et des sports, Chakib Benmoussa, a assuré qu’environ 1.950 établissements de l’enseignement secondaire et secondaire qualifiant ont été équipés de salles multimédia. Répondant à une question sur « la stratégie d’adoption et de développement de l’enseignement numérique dans le Royaume », lors de la séance des questions orales à la Chambre des représentants, Benmoussa a indiqué qu’à ce jour, près de 14.000 établissements scolaires ont été équipés de kits multimédias, notant que le ministère poursuit la généralisation de la connexion Internet aux établissements scolaires.

Rissalat Al Oumma

Les services de la Gendarmerie royale et de la Sûreté nationale ont commencé à sécuriser de manière préventive les célébrations du Nouvel An 2023. Ils ont ainsi accéléré le rythme des campagnes de sécurité dans toutes les villes, leurs banlieues et les zones semi-urbaines et augmenté le nombre de barrages routiers installés aux entrées et sorties des villes. A quelques jours du Nouvel An, plusieurs réunions ont eu lieu dans les différents services de sécurité pour examiner la situation sécuritaire dans chaque ville, élaborer des plans de sécurité basés sur l’intensification des campagnes de sécurité et le renforcement de la présence de la police dans les quartiers populaires ou huppés, en plus de sécuriser des espaces les plus fréquentés par les citoyens à cette occasion.

- Advertisment -