lundi 30 janvier 2023

L’Université de Haïfa compte organiser une conférence internationale à Tanger

-

Le directeur du Laboratoire d’études religieuses de Haïfa, Uriel Simonson, a déclaré que l’Université de Haïfa organisera ultérieurement à Tanger une conférence internationale avec la participation de religieux et de penseurs musulmans, chrétiens et juifs.

Il a ajouté, dans une déclaration à la MAP, que la décision d’organiser cette conférence au Maroc et à Tanger plus précisément intervient au vu du patrimoine religieux et culturel unique de la Cité du Détroit et dans le but de renforcer les relations académiques entre l’Université de Haïfa et les institutions universitaires locales.

La décision d’organiser cette conférence à Tanger, dont la date sera fixée ultérieurement, est intervenue après que l’Université de Haïfa a accueilli, du 1er au 4 décembre, une conférence internationale qui a réuni des religieux et des penseurs musulmans, juifs et chrétiens du Moyen-Orient et de la Méditerranée.

Quelque 50 participants représentant les universités d’Israël, d’Egypte, du Maroc, des Emirats arabes unis, de Bahreïn, d’Albanie, de Turquie, de Grèce, du Royaume-Uni et d’Allemagne ont pris part à cette conférence.

La conférence a été marquée par une série de séminaires sur le rôle des religions et des communautés religieuses dans la promotion de la justice sociale, l’accès aux ressources, l’éducation au pluralisme religieux et à l’égalité des sexes, et la protection de l’environnement.

Elle a connu également des tables rondes et des exposés faits par le rabbin David Rosen (Comité juif américano-israélien), le pasteur Gary Mason (Irlande) et le professeur Kamal Abdel Malek (Egypte/EAU, Université Ras Al Khaimah).

Les participants ont également discuté de la possibilité de lancer un réseau académique reliant les chercheurs sur les questions du Moyen-Orient et de la Méditerranée pour développer le débat et la communication avec les politiciens et autres personnalités influentes dans leurs pays.

Selon Uriel Simonson, la région dans laquelle nous vivons est très religieuse et les chefs religieux ont un très grand impact et nous voulons les inciter à contribuer au changement social sur des questions qui ne sont pas religieuses mais qui affectent la vie.

« Nous pouvons aller de l’avant pour faire avancer le changement liés aux problèmes de société communs tels que la réalisation de la justice sociale, les questions de protection de l’environnement, l’égalité des sexes, l’accès à l’éducation et aux ressources, et la promotion de processus politiques positifs », a-t-il ajouté.

Le laboratoire d’études religieuses de l’Université de Haïfa comprend une communauté diversifiée de chercheurs, de professeurs invités et d’étudiants qui font l’étude scientifique des religions, tout en mettant l’accent sur le dialogue interreligieux, la collaboration interdisciplinaire et le développement de la recherche fondamentale pour faciliter les conversations importantes affectant notre monde.

L’Université de Haïfa est le campus le plus diversifié d’Israël et un microcosme d’une mosaïque sociale qui comprend des juifs, des musulmans, des chrétiens, des druzes et des étudiants internationaux.

- Advertisment -