mercredi 7 décembre 2022

L’amitié Pérou/Maroc est trop forte pour être mise à mal par les « décisions idéologiques » de l’actuel chef de l’État

-

L’ex-député péruvien et membre du parti Action Populaire, Ricardo Burga, a affirmé que le Pérou et le Maroc ont toujours entretenu des relations d’amitié qui sont « trop fortes pour qu’elles soient mises à mal par des décisions idéologiques malheureuses » prises par l’actuel chef de l’État, Pedro Castillo.

Dans une déclaration à la chaîne d’information marocaine M24, Burga a affirmé qu’il « regrette profondément la mauvaise décision du président Castillo sur la question du Sahara marocain », soulignant dans ce contexte que le Pérou « ne peut pas contrarier un pays ami qui nous a toujours tendu la main ».

L’homme politique péruvien a insisté sur le fait que la décision dogmatique de Castillo ne représente pas la volonté du peuple péruvien, rappelant dans ce contexte la position claire de l’ancien ministre des Affaires étrangères, Miguel Angel Rodriguez Mackay, qui a démissionné en raison de ses divergences avec les positions « idéologiques » préjudiciables du chef de l’État.

« Malheureusement, le président Castillo ignore tout d’un pays ami du Pérou comme le Maroc, et il est probable qu’il ignore sa situation géographique, encore moins l’importance géostratégique du Maroc dans le monde », a poursuivi l’ex-député péruvien.

Commentant le discours de Castillo devant l’Assemblée générale des Nations unies, Ricardo Burga a estimé que le président péruvien « n’a aucune idée de ce qu’il énonce ni des positions qu’il adopte et des conséquences qui pourraient en résulter », soulignant que le Congrès aurait dû être informé de la teneur de ce discours avant d’autoriser Castillo à participer aux travaux de l’AG des Nations Unies.

Concernant la crise politique dans son pays, Burga a déclaré que le président Castillo a battu tous les records en termes de remaniements ministériels, avec plus de 74 ministres en 14 mois au pouvoir, ce qui a généré une instabilité politique et économique énorme dans le pays.

Rappelant que Castillo est poursuivi devant la justice dans de nombreuses affaires de corruption, l’homme politique péruvien a appelé le ministère public et le Congrès à assumer leurs responsabilités pour mettre fin aux agissements d’un président qui porte atteinte aux relations avec des pays amis et des alliés à travers des décisions irréfléchies.

- Advertisment -