samedi 3 décembre 2022

Le Maroc occupe « une place centrale » dans son environnement régional

-

Le Maroc occupe « une place centrale » dans son environnement régional et « prend à bras-le-corps ses responsabilités internationales » dans les domaines de la paix, de la stabilité et du développement, a affirmé le ministre-président de la région de Bruxelles-capitale, Rudi Vervoort.

« Le Maroc occupe une place centrale dans son environnement régional et y joue pleinement son rôle avec des institutions robustes garantissant la stabilité dont il jouit », a relevé M. Vervoort dans un entretien accordé à M24, la chaîne d’information en continu de la MAP, en marge de sa visite dans le Royaume.

Sur le plan diplomatique, le Maroc “s’est distingué ces dernières années par une ouverture accrue sur l’Afrique”, a-t-il, par ailleurs, fait observer.

S’agissant des efforts déployés par le Royaume en faveur de la paix, de la stabilité et du développement sur les plans régional et international, il a noté que “le Maroc prend à bras-le-corps ses responsabilités internationales”.

D’autre part, M.Vervoot, évoquant l’état des lieux de la coopération de longue date entre Bruxelles-Capitale et la région de Rabat-Salé-Kenitra, s’est félicité d’un “bilan assurément positif” de cette coopération.

“C’est une coopération qui existe depuis plus de 20 ans, qui s’est développée dans différents domaines et qui touche aux grands enjeux des capitales et des métropoles”, s’est-il réjoui.

“C’est aussi une coopération gagnant-gagnant parce que nous bénéficions et profitons du partage de nos expériences”, a-t-il souligné, notant que les deux régions œuvrent de concert “sur les enjeux territoriaux des régions d’aujourd’hui comme le développement urbain et urbanistique, l’environnement, la mobilité, la santé, les équipements, les écoles, ainsi que toutes les questions ayant trait à la mise en place de politiques à même de répondre aux attentes et aux besoins de la population”.

Concernant les nouveaux accords signés cette semaine à Rabat entre Bruxelles-Capitale et la régions Rabat-Salé-Kenitra, le responsable a noté qu’ils s’inscrivent dans la continuité de “l’application et de l’amplification des réalisations accomplies au niveau bilatéral, notamment en termes des enjeux territoriaux”. “L’objectif est de développer une expérience et une connaissance administrative des territoires afin de répondre aux attentes et aux besoins des habitants”, a-t-il soutenu.

Abordant les défis communs aux régions de Bruxelles et Rabat, notamment dans le contexte de la pandémie de Covid-19, il a souligné que “le virus a montré la nécessité de disposer d’équipements sanitaires, d’infrastructures permettant de prendre en charge les patients, mais aussi d’espaces de vie plus aérés”, notant que ce sont des constats généralisés à toutes les villes du monde qui ont été touchées par le Covid.

“Il y a aussi les enjeux de formation de la jeunesse. Les villes comptent en général des populations jeunes. L’enjeu donc est de concilier cette réalité avec une offre d’enseignement de qualité et une formation professionnelle conforme aux attentes des employeurs et des milieux économiques”, a-t-il ajouté.

La visite au Maroc de M.Vervoort à la tête d’une délégation bruxelloise a été marquée notamment par la signature de trois accords de coopération entre le Conseil de la région de Rabat-Salé-Kénitra et la région de Bruxelles-capitale, avec pour objectif de promouvoir le développement économique, social, sanitaire, scientifique et environnemental.

- Advertisment -