lundi 26 septembre 2022

Batteries lithium-ion, une success story marocaine qui continue

-

A l’origine de l’invention de l’anode graphite pour les batteries lithium-ion qui ont révolutionné le monde de l’électronique, le physico-chimiste marocain, Rachid Yazami continue d’élargir l’étendue de son talent en la matière avec à la clé une nouvelle invention qui s’appuie sur l’intelligence artificielle.

Le génie du brillant physico-chimiste marocain dont l’âge ne fait qu’aiguiser, n’a pas de limite comme en témoigne sa nouvelle invention, fruit d’un travail acharné et d’une collaboration avec son équipe à Singapour, où il est installé actuellement, permettant la charge ultra rapide de la batterie et le diagnostic des anomalies en termes de tension et température de la batterie au cours de la charge.

En fait, le professeur Yazami qui a confirmé à l’occasion de la tenue du Forum de la digitalisation de la transition énergétique, mardi à Casablanca, que la batterie lithium-ion a encore de belles années devant elle, a souligné que cette batterie doit devenir plus intelligente.

A cet égard, il a annoncé avoir trouvé la technologie qui permet de surmonter les contraintes liées à la densité d’énergie, la densité de puissance, la sécurité, les performances et la durée de vie de la batterie, outre l’aspect environnement et de recyclage.

A la faveur de cette invention, la charge sera ultra rapide ce qui ouvre la voie à l’amélioration des performances des batteries électriques d’autant que le monde entier table sur le remplacement des voitures thermiques par les voitures électriques à l’horizon 2035 avant d’élargir cette technologie à d’autres moyens de locomotion tels les avions et les bateaux.

Selon le professeur Yazami, le principe consiste à appliquer la voltammétrie non linéaire. Pour les profanes, il s’agit d’adapter le courant de la charge à l’état de la batterie autrement dit augmenter et baisser le courant selon le niveau de la batterie au lieu de recourir à une voltammétrie linéaire qui applique un courant fixe.

Cette technologie qui s’appuie sur l’intelligence artificielle permet de charger ultra rapidement les batteries tout en augmentant leur capacité de 10 à 15 pc.

L’ambition du professeur marocain ne s’est pas arrêtée là. Préoccupé par la sécurité des utilisateurs notamment avec la prolifération des cas d’incendie enregistrés au niveau des voitures électriques.

Il a inventé le scanner de la batterie. L’entropy, une technologie qui permet grâce à l’intelligence artificielle de réunir le maximum d’informations sur les anomalies constatées lors de la charge de la batterie, ce qui permet grâce à ce big data de prévenir tout risque d’incident.

Dans ce sens, il a utilisé une métaphore éloquente. Cette technologie permet de mesurer le désordre dans la batterie en termes de tension et température et à travers les données accumulées on peut résoudre les problèmes comme le médecin qui détecte une tumeur.

Le patriote, qu’il est, a confié avoir un rêve, en l’occurrence promouvoir la pêche écologique et ce, en utilisant l’énergie solaire pour alimenter les bateaux de pêche à Dakhla.

Il a appelé les compétences marocaines à prendre davantage de risques pour pouvoir se lancer dans leurs propres projets, tout en lançant un appel pour la fédération des efforts de l’ensemble des intervenants pour réaliser davantage de progrès et de grands projets.

- Advertisment -