lundi 28 novembre 2022

le xeroderma pigmentosum : la maladie des enfants de la lune

-

Atteints d’une maladie héréditaire très rare connue sous le nom de xeroderma pidementosum (XP), les enfants de la lune souffrent d’une hypersensibilité aux rayonnements ultraviolets, qui leur interdit toute exposition au soleil.

En l’absence de protection totale, ils subissent des cancers cutanés et des dommages oculaires, parfois associés à des troubles neurologiques. La prise en charge a fait des progrès considérables mais le pronostic est encore sombre et la maladie reste difficile à vivre au quotidien.

Qu’est-ce que le xeroderma pigmentosum ?

Le xeroderma pigmentosum (XP) est une maladie génétique héréditaire rare, caractérisée par une sensibilité extrême aux rayonnements ultraviolets (UV) présents dans la lumière du soleil et dans certaines sources lumineuses artificielles.

Les enfants atteints développent des lésions cutanées et oculaires à la moindre exposition au soleil, et des cancers cutanés peuvent survenir chez de très jeunes enfants. Certaines formes de la maladie s’accompagnent de troubles neurologiques.

Sans la mise en place d’une protection totale contre le soleil, l’espérance de vie est de moins de 20 ans. Contraints de sortir uniquement la nuit pour éviter toute exposition au soleil, les jeunes malades sont parfois baptisés « les enfants de la lune ».

Causes

Les rayonnements UV (UVA et UVB) sont des rayonnements invisibles de courte longueur d’onde et très pénétrants.

Chez l’homme, une exposition modérée  aux rayons UV émis par le soleil permet la synthèse de vitamine D. Les surexpositions sont en revanche nocives car elles provoquent à court terme des brûlures de la peau et des yeux et, à long terme, induisent un vieillissement cutané prématuré ainsi que des cancers de la peau.

Ces dommages sont dus à la production de radicaux libres, des molécules très réactives qui altèrent l’ADN des cellules. Habituellement, le système de réparation de l’ADN des cellules permet  de réparer la plupart des lésions de l’ADN. Leur accumulation, qui entraîne la transformation des cellules en cellules cancéreuses, est retardée.

Mais chez les enfants de la lune, le système de réparation de l’ADN n’est pas efficace parce les gènes qui le contrôlent sont altérés par des mutations héréditaires.

Plus précisément, on a pu identifier des mutations affectant 8 gènes différents susceptibles d’entraîner sept types de XP dits « classiques » (XPA, XPB,… XPG) se présentant sous des formes proches, ainsi qu’un type dit « XP variant », correspondant à une forme atténuée de la maladie aux manifestations plus tardives.

Pour que la maladie s’exprime, il faut hériter d’une copie du gène muté de sa mère et d’une autre de son père (transmission sur le mode « autosomique récessif »). Les parents sont donc des porteurs sains, qui possèdent chacun un seul exemplaire du gène muté.

Diagnostic

Le diagnostic peut être évoqué dès la petite enfance, vers l’âge de 1 à 2 ans, avec l’apparition des premiers symptômes cutanés et oculaires.

Pour le confirmer, on pratique une biopsie qui permet de prélever des cellules appelées fibroblastes situées dans le derme. Des tests cellulaires permettent de quantifier le taux de réparation de l’ADN.

Les personnes concernées

En Europe et aux États-Unis, 1 à 4 personnes sur 1 000 000 sont atteintes de XP. Au Japon, dans les pays du Maghreb et au Moyen-Orient, 1 enfant sur 100 000 est victime de la maladie.

Les symptômes de xeroderma pigmentosum

La maladie provoque des lésions  cutanées et oculaires qui dégénèrent précocement, avec une fréquence environ 4000 fois plus élevée que dans la population générale.

Lésions cutanées

  • Rougeurs (érythème) : La sensibilité aux UV se traduit par des “coups de soleil » sévères après des expositions minimes dès les premiers mois de la vie.  Ces brûlures cicatrisent mal et durent plusieurs semaines.
  • Hyperpigmentation : Des »tâches de rousseur » apparaissent sur le visage et les parties exposées du corps finissent par se couvrir de tâches brunes irrégulières.
  • Cancers cutanés : Des lésions pré-cancereuses (kératoses solaires) à l’aspect de petites tâches rouges et rugueuses apparaissent d’abord. Les cancers se développent généralement avant l’âge de 10 ans, et  peuvent survenir dès 2 ans. Il peut s’agir de carcinomes localisés ou de mélanomes, plus graves en raison de leur propension à se disséminer (métastases).

Lésions oculaires

Certains bébés souffrent de photophobie et supportent très mal la lumière. Les anomalies de la cornée et de la conjonctive (conjonctivite) se développent dès l’âge de 4 ans et des cancers oculaires peuvent apparaître.

- Advertisment -