lundi 28 novembre 2022

Le Takshita marocaine : Histoire entre tradition et créativité

-

Elle a permis au caftan de s’exporter dans le monde entier grâce à de nouvelles formes modernes inédites. Elle est composée de deux pièces minimum, elle peut en comporter jusqu’à cinq aujourd’hui. La takchita est magnifiée par des ceintures de diverses formes originales et richement travaillées appelées «Mdamma» et «laaquad».

La première couche est souvent simple et légère (elle est moins travaillée que la seconde). Les takchitas les plus portées sont celles comportant 2 couches. La seconde couche est beaucoup plus travaillée, laissant voir les détails et l’ornement très travaillé et raffiné des perles et motifs cousus à la main.

La fabrication d’une takchita à 2 couches par une seule et même couturière peut prendre jusqu’à 2 mois de travail !La takchita est traditionnellement constituée de deux pièces : la tahtiya, qui est un caftan, et la fouqia ou dfina qui est un caftan ouvert et souvent transparent.

Fouqia et dfina sont des synonymes du mot original : mansouria. L’histoire veut que ce soit le sultan Ahmed al-Mansour (1578-1603) qui ait instauré la mode d’une tunique transparente par-dessus le caftan traditionnel.

Au Maroc, comme à l’étranger, cette tenue semble attirer de plus en plus de personnes, séduites par la haute couture Marocaine, la diversité qu’elle en ressort et la référence dans l’univers magique des femmes.
Au fil du temps et avec l’évolution des différents goûts de la femme marocaine, le caftan se trouve à son tour en train de s’aligner et d’accompagner les évolutions de l’habit féminin traditionnel pour devenir en fin de compte la référence de mode par excellence.

- Advertisment -