jeudi 8 décembre 2022

La nature « fluide » des chromosomes révélée pour la première fois

-

Les chromosomes sont particulièrement fluides, presque liquides, lorsqu’ils ne sont pas en phase de division, montrent les travaux de scientifiques français, qui ont réussi pour la première fois à les manipuler mécaniquement et directement dans des cellules vivantes.

Les chercheurs associés à l’Institut Curie, à la Sorbonne Université et au Centre français de la recherche scientifique (Dr Antoine Coulon) ont réussi à manipuler directement des chromosomes de cellules vivantes. « En soumettant les chromosomes à différentes forces, à l’aide d’aimants, ils ont découvert que les chromosomes sont en réalité très fluides, presque liquides, en dehors des phases de division de la cellule », explique le CNRS dans un communiqué.

À ce jour, les chromosomes étaient représentés comme « emmêlés, telles des pelotes de laine, et formant une sorte de gel ». Les récents travaux publiés dans la revue Science en donnent une image différente. Ils seraient plutôt fluides, capables de se mouvoir et de se réorganiser librement sans contrainte des autres éléments constituants dans le noyau, expliquent les chercheurs.

Pour arriver à ce constat, le Dr Antoine Coulon de l’Institut Curie et ses collègues ont fixé des nanoparticules magnétiques à une petite portion de chromosome d’une cellule vivante pour ensuite l’étirer et exercer sur lui différentes intensités de forces, grâce à l’attraction d’un microaimant.

 « Par cette approche, les équipes sont parvenues, pour la toute première fois dans une cellule vivante, à mesurer la réponse d’un chromosome à des forces extérieures », note le communiqué, ajoutant que cette expérience a permis de constater que « l’échelle des forces naturellement exercées dans le noyau, par exemple par des enzymes répliquant l’ADN, est suffisante pour altérer la conformation du chromosome ».

 La technique permet ainsi d’ »apporter de nouveaux éléments de compréhension sur les processus biologiques, sur la biophysique du chromosome et sur l’organisation du génome ». En outre, elle ouvre de nouvelles perspectives de recherche dans « des domaines allant de la mécanique des chromosomes aux fonctions du génome », se félicite le CNRS. Le corps humain est constitué de milliards de cellules microscopiques au milieu desquelles se trouve un noyau. Celui-ci abrite les chromosomes dans lesquels se trouve l’ADN porteur des gènes où est inscrite l’information génétique d’un individu.

- Advertisment -