lundi 26 septembre 2022

Discours du Trône : un appel à saisir les opportunités offertes par les mutations structurelles

-

Le Discours prononcé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l’occasion du 23ème anniversaire de la Fête du Trône souligne l’importance de saisir les opportunités présentées par les mutations structurelles que traverse le Maroc, a indiqué Younes Chebihi, enseignant à l’Université de Bordeaux et membre du Laboratoire français « Bordeaux Sciences Économiques ».

 SM le Roi a ainsi appelé à attirer davantage de capitaux étrangers en offrant plus de facilités aux investisseurs pour s’installer au Maroc, et à encourager davantage les investissements locaux dans le but d’enrichir l’offre exportable et le « Made in Morocco », a souligné M. Chebihi dans une déclaration à la MAP.

En parallèle, le Souverain a rappelé la grande résilience de l’économie marocaine face aux répercussions de la crise sanitaire du Covid-19. « En effet, les fondamentaux macroéconomiques du Royaume n’ont pas décroché, et le choc récessionniste n’a pas persisté », a noté M. Chebihi. Ainsi, la croissance a rebondi de 7,9% en 2021, comme on peut lire dans le rapport annuel de la Banque Centrale sur la situation économique, monétaire et financière au titre de l’exercice 2021, a rappelé l’universitaire.

Les comptes extérieurs ont également affiché une forte résilience, avec un déficit courant qui s’est établi à 2,3% du produit intérieur brut (PIB) au lieu de 1,2% un an auparavant, grâce notamment aux transferts des Marocains résidents à l’étranger (MRE), qui ont atteint un niveau record de 93,7 MMDH pour le dernier exercice, a-t-il poursuivi.

 Et de relever que malgré cette résilience, Sa Majesté le Roi a rappelé les difficultés encourues par l’économie marocaine, caractérisées par « une campagne agricole modeste » et « une pression inflationniste » tirée par l’envolée des prix des matières premières dans les marchés internationaux.

 A cet égard, le Souverain a mis en exergue les efforts déployés par le gouvernement pour atténuer l’effet de ce double choc, à l’instar du programme exceptionnel visant à atténuer les effets du retard des précipitations et à alléger leur impact sur l’activité agricole, en apportant de l’aide aux agriculteurs et aux éleveurs concernés, et dont l’enveloppe s’élève à 10 MMDH, ou encore le doublement du budget de la caisse de compensation qui a excédé les 32 MMDH, dans le but de faire face notamment à la hausse des prix du gaz, a affirmé l’universitaire.

- Advertisment -