lundi 28 novembre 2022

Gazoduc Nigeria-Maroc: Un projet africain multilatéral

-

Lancé en 2016 à Abuja sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI et du président nigérian Muhammadu Buhari, le gazoduc Nigeria-Maroc, un projet d’envergure, doit acheminer le gaz nigérian vers plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, vers le Maroc et, à travers le Maroc, vers l’Espagne et l’Europe.

Le gazoduc reliera le gaz nigérian à chaque pays côtier d’Afrique de l’Ouest (Bénin, Togo, Ghana, Côte d’Ivoire, Liberia, Sierra Leone, Guinée, Guinée-Bissau, Gambie, Sénégal et Mauritanie), pour se terminer à Tanger, au Maroc, et à Cadix, en Espagne.

D’une longueur de 5.660 kilomètres et mobilisant un budget de plusieurs milliards de dollars, cette infrastructure gazière favorisera l’intégration économique régionale.

Ce gazoduc aura également des retombées économiques considérables sur la région, en exploitant une énergie propre qui respecte les nouveaux engagements du continent en matière de protection de l’environnement.

Sa construction devrait se faire en plusieurs phases et répondre aux besoins croissants des pays traversés et de l’Europe au cours des 25 prochaines années.

Ce projet permettra en plus de donner à l’Afrique une nouvelle dimension économique, politique et stratégique et placera le Maroc et le Nigeria comme deux leaders de la coopération Sud-Sud au niveau du continent africain.

En juin dernier, le président du Nigeria Muhammadu Buhari avait exhorté le Royaume-Uni et les pays de l’Union européenne à investir dans le projet de gazoduc Nigeria-Maroc.

S’exprimant dans une interview publiée par Bloomberg, M. Buhari avait déclaré que le Royaume-Uni et les pays de l’UE devraient investir dans le projet de gazoduc destiné à acheminer le gaz nigérian – les plus grandes réserves d’Afrique – via le Maroc, jusqu’en Europe.

Il avait notamment exprimé l’espoir qu’une fois achevé, le projet de gazoduc aiderait à résoudre la crise de l’approvisionnement en gaz en Europe.

Au début du même mois, le Conseil exécutif fédéral du Nigeria (FEC) avait donné son accord pour que la Compagnie pétrolière nationale nigériane (NNPC) conclue un accord avec la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour la construction du gazoduc Nigeria-Maroc.

En avril de la même année, le Maroc et le Fonds de l’OPEP pour le développement international (OPEC Fund) avaient procédé à la signature de la documentation juridique relative au financement d’une partie de la deuxième phase des études d’avant-projet détaillées du projet de gazoduc Nigeria-Maroc, qui vise à devenir un catalyseur du développement économique dans la région de l’Afrique Nord-Ouest.

Ainsi, tous les signaux sont bons pour la réalisation, sans contrainte ou difficulté, d’un projet gazier titanesque africain dont tous les pays qu’il traversera tireront profit en matière d’énergie et de finance.

« Gigantesque » et « visionnaire », le pipeline s’érige, en outre, en symbole de la coopération Sud-Sud que, depuis son lancement, plusieurs responsables et médias africains et internationaux ont hautement salué et mis en avant sa portée et sa valeur ajoutée pour l’Afrique.

Le méga-projet de gazoduc Nigeria-Maroc, dont l’étude de faisabilité a été entamée en mai 2017 avec un coût de plusieurs milliards de dollars, avait été lancé au cours de la visite officielle de SM le Roi Mohammed VI, en décembre 2016 à Abuja, et un accord y afférent avait été signé, le 10 juin 2018, lors d’un déplacement à Rabat du président nigérian Muhammadu Buhari.

- Advertisment -