lundi 26 septembre 2022

Le régime algérien a toujours déformé les réalités historiques pour créer l’hostilité envers le Maroc

-

Le régime algérien s’est toujours attelé à interpréter et à déformer les réalités historiques pour créer l’hostilité envers le Maroc, a affirmé l’universitaire, Okacha Berahab, de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Mohammedia.

Okacha Berhab, qui était récemment l’invité de l’émission « les Mardis du PCNS » (Policy Center for The New South), consacrée cette semaine à l' »Histoire du voisinage entre le Maroc et l’Algérie », a expliqué que le régime algérien avait cherché à atteindre cet objectif, en ciblant les programmes scolaires, afin d’attiser les tensions entre les peuples marocain et algérien. A cet égard, il a mentionné la déformation des faits liés à l’émir Abdelkader, ou ceux liés aux enjeux politiques actuels entre les deux pays, dans le but de construire une génération algérienne avec des idées fausses. Par ailleurs, il a souligné que les programmes scolaires au Maroc œuvrent à mettre en avant les fondements historiques qui régissent les relations de coopération et de solidarité entre les peuples marocain et algérien, depuis la période de lutte contre l’occupation coloniale.

L’universitaire a mis en exergue un ensemble d’actes de solidarité ayant marqué l’histoire du voisinage entre le Maroc et l’Algérie, depuis l’occupation française de l’Algérie, évoquant notamment l’important soutien marocain qu’a reçu l’Emir AbdelKader de la part des tribus du Maroc aux frontières, malgré la pression française exercée sur le Royaume pour mettre fin à son soutien aux Algériens.

Dans le même contexte, il a passé en revue d’autres actes de solidarité dans les zones frontalières entre les deux pays, notamment le soutien de l’Armée de libération algérienne sur la frontière, qui a servi de porte d’entrée majeure pour l’acheminement d’armes au profit de l’armée algérienne.

Il a ajouté que cette solidarité était également ressentie par les ouléma algériens, qui ont exprimé leur soutien aux questions du Maroc, notamment lors de la révolution de Mohamed Ben Abdelkrim al Khattabi, la signature du Dahir berbère émis par l’occupation française et l’exil du Sultan feu Sidi Mohammed ben Youssef.

- Advertisment -