lundi 30 janvier 2023

Revue de presse quotidienne de ce vendredi 29 avril 2022

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi 29 avril 2022:

L’Économiste

Dernière ligne droite pour le projet de loi relatif à l’organisation judiciaire. Ce texte stratégique se fait toujours attendre. La première version a été élaborée par le gouvernement et déposée au Parlement en 2015. Il a été approuvé en 2018, avant qu’une série de ses dispositions ne soient invalidées par la Cour constitutionnelle. La nouvelle version, prenant en compte les remarques de la Cour, ont franchi plusieurs étapes de la procédure législative. Le texte est actuellement examiné en 2e lecture à la Commission de la justice et de la législation à la Chambre des représentants. La prochaine réunion autour de ce dispositif est prévue le 17 mai prochain. L’objectif est d’accélérer l’approbation, en vue de le soumettre à la séance plénière.

Aujourd’hui Le Maroc

Les négociations se déroulent dans un climat constructif. Les propos émanent du ministre délégué chargé des relations avec le Parlement, porte- parole du gouvernement, Mustapha Baitas. Alors que les partenaires sociaux ont multiplié les réunions dans le cadre du dialogue social depuis février dernier, un accord est très attendu à la veille du 1er mai. Des sources syndicales ont annoncé qu’une offre gouvernementale est aujourd’hui posée sur la table. Les centrales syndicales les plus représentatives vont examiner les détails de l’offre avant de donner une réponse à l’Exécutif dans les prochaines heures. Un accord social pourrait être signé ainsi à la veille de la fête du travail.

Le Matin

La révolution digitale est en marche depuis plusieurs années dans le secteur bancaire. Maintenant, il s’agit de passer de la digitalisation des process à celle du modèle en optimisant les données. Pour la banque 100% en ligne, l’identité numérique développée par la DGSN est fortement saluée. Incorporant le concept d’identité numérique de la CNIE, ce nouveau service assure la reconnaissance mutuelle entre les fournisseurs de services en ligne et les citoyens en certifiant l’identité de l’usager, en gérant son authentification selon le niveau requis par le fournisseur de services, en traitant son consentement et en assurant la sécurité de ses données personnelles portées par la CNIE lors de leur transmission au fournisseur de services sollicité.

Les Inspirations Éco

Une bonne nouvelle pour les transporteurs : ils vont avoir droit à une deuxième opération de soutien en raison de la flambée des prix du carburant. L’annonce en a été faite par Mustapha Baitas, porte-parole du gouvernement, à la sortie du Conseil de gouvernement tenu ce jeudi. « La décision a été prise car les prix n’ont pas encore retrouvé leur niveau d’avant-crise », a souligné Baitas, précisant que cette mesure permettra de soutenir indirectement le pouvoir d’achat des citoyens. Rappelons qu’en mars dernier, un parc de 180.000 véhicules a été concerné par l’aide gouvernementale. A mi-avril, 307 millions de dirhams ont été débloqués au profit des professionnels du transport routier.

Al Massae

Les tensions entre des centrales syndicales et la ministre de l’Économie et des Finances sont de retour. Ces centrales ont brandi de nouvelles revendications visant à corriger les dysfonctionnements en matière de gestion et de fonctionnement dans certaines directions régionales et provinciales des impôts, récemment relevés par un rapport de la Cour des comptes au titre des années 2019/2020. Le Bureau national du Syndicat national des finances, affilié à la CDT, s’est en effet interrogé sur le rôle et les missions des organes centraux d’inspection et d’audit, ainsi que des organes régionaux de la Direction générale des impôts, dans la découverte de ces défaillances à l’avance, ainsi que sur le sort des rapports réalisés à cet égard.

Al Ahdath Al Maghribia

Comme prévu, le chef du gouvernement Aziz Akhannouch a rencontré mercredi les dirigeants syndicaux les plus représentatifs, en présence de plusieurs ministres de son gouvernement. Lors de cette réunion, tant attendue et sur laquelle les centrales syndicales fondaient beaucoup d’espoir afin d’extirper quelques gains au profit des travailleurs à l’occasion du Premier mai, le chef du gouvernement a proposé un projet d’accord avec les syndicats, selon des sources syndicales. L’accord ne comprend aucune augmentation générale des salaires. Mais, précisent ces sources, prévoit une augmentation de 10% sur deux ans, soit une hausse de 5 % l’année en cours pour le public et pareille l’année prochaine pour le secteur privé, avec une révision de l’impôt sur le revenu, en plus de quelques autres propositions.

L’Opinion

Le Fonds monétaire international (FMI) a salué les «mesures ciblées» adoptées par le Maroc pour soulager l’économie face notamment à la flambée des prix de l’énergie.

«Le gouvernement marocain entreprend aujourd’hui un ensemble de mesures ciblées, notamment un soutien au secteur du transport des individus et des marchandises pour soulager la hausse des prix de l’énergie sur la production», a souligné le directeur du département Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), Jihad Azour, lors d’une conférence de presse sur les perspectives économiques régionales.

D’après le FMI, ces facteurs ont incité l’institution de Bretton Woods à abaisser, dans son rapport semestriel sur les «Perspectives de l’économie mondiale» publié la semaine dernière, ses projections de croissance pour l’économie marocaine à 1,1% en 2022 contre 3% prévues précédemment.

Al Bayane

La Commission européenne a annoncé son ambition de nouer d’ici fin 2022 un “partenariat destiné à attirer les talents’’ avec le Maroc. Lancée en juin 2021, l’initiative « Partenariats destinés à attirer les talents » vise à contribuer à remédier aux pénuries de compétences dans de nombreux secteurs clés dans l’UE et « à renforcer les partenariats mutuellement bénéfiques en matière de migration avec des pays tiers ». Dans le cadre de la mise en œuvre de cette initiative, l’Exécutif européen a ainsi fait part de son ‘’intention, sur la base une coopération forte et continue sur tous les aspects de la gestion des migrations dans le cadre du nouveau pacte sur la migration et l’asile, de lancer les premiers partenariats de talents avec des partenaires maghrébins, notamment le Maroc, l’Égypte et la Tunisie pour que leur mise en œuvre démarre d’ici fin 2022’’.

- Advertisment -