lundi 22 juillet 2024

Le maire de Copenhague démissionne sur fond d'accusations de harcèlement sexuel

-

Le maire de Copenhague, Frank Jensen, a annoncé, lundi, sa démission de son poste après une avalanche d’accusations de harcèlement sexuel, qui s’est déchaînée sur le pays nordique dans le cadre d’une deuxième vague du mouvement Metoo.

« J’ai décidé de démissionner de mon poste de maire et de faire de la place pour que mon parti me trouve un remplaçant à temps avant les prochaines élections locales », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

« Maintenant, je quitte le bureau du maire, et je le ferai à partir d’aujourd’hui », a ajouté Frank Jensen (59 ans), maire Social-démocrate de la capitale danoise depuis 2010.

Cette décision intervient dans le sillage d’une grande pression et d’appels à son départ après des révélations, ces derniers jours, de plusieurs cas dans lesquels il a abusé de femmes tout au long de sa carrière politique.

Maire de Copenhague pendant 11 ans et vice-président des Sociaux-démocrates pendant huit ans, il traîne une carrière politique combinée de 33 ans.

Ancien ministre de la Recherche (1994/1996) et ministre de la Justice (1996/2001), Frank Jensen s’est porté candidat à la présidence du parti Social-démocrate en 2005, qu’il a perdue face à Helle Thorning-Schmidt.

Les témoignages de sexisme, relayés et amplifiés par les médias depuis fin août dernier, ont particulièrement écorné l’image des hommes politiques danois, le dernier en date à en payer les frais étant le dirigeant du parti Radikale, Morten Østergaard, forcé à démissionner après avoir reconnu des attouchements et un cas de viol sur trois femmes de son parti.

La fin du mandat de six ans d’Østergaard à la tête du parti de centre-gauche, un allié influent des Sociaux-démocrates au pouvoir, reflète l’ampleur et l’élan du débat en cours au Danemark sur le sexisme et le harcèlement sexuel sur le lieu de travail.

- Advertisment -