dimanche 14 juillet 2024

Revue de presse de ce jeudi 11 juillet 2024

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi 11 juillet 2024:

Le Matin

L’accréditation attribuée par le prestigieux organisme américain ANAB au Laboratoire national de police scientifique et technique (LNPST), relevant de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), a été étendue à presque tous ses domaines d’expertise, conformément aux exigences de la norme internationale ISO 17025. Cette consécration, célébrée lors d’une cérémonie mardi à Casablanca, est le fruit d’un long processus initié par la DGSN depuis 2016, articulé essentiellement autour de la modernisation globale du système de police scientifique et technique. Intervenant à cette occasion, le président de l’Institut des Sciences forensiques de la sûreté nationale (ISFSN), le préfet de police Tawfik Saygh, a affirmé que cette accréditation témoigne de l’engagement inébranlable et des normes élevées que le LNPST s’est fixé en matière de qualité, d’intégrité et d’excellence. Il s’agit, a-t-il poursuivi, de l’aboutissement d’un processus qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action de l’ISFSN, conformément à la vision du Directeur général de la sûreté nationale en matière d’accréditation de toutes les entités de la DGSN.

Al Massae

Le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) a appelé le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Ait Taleb, à fournir des sérums anti-venin de scorpions et de serpents dans les régions montagneuses et reculées du Maroc, connues pour une large propagation de reptiles venimeux, notamment pendant l’été. La parlementaire Nezha Mekdad, membre du groupe Progrès et du Socialisme à la Chambre des représentants, a dit que les acteurs civils dans ces zones, notamment dans la province de Tinghir, ont lancé des alertes sur le fait que la hausse des températures serait un moteur pour l’émergence de différents types de reptiles venimeux qui menacent la population. « Cette réalité constitue un réel danger pour la santé, la sécurité et la vie des citoyens », a-t-elle ajouté, soulignant que le ministère de la Santé « est obligé de fournir les sérums thérapeutiques nécessaires dans les différents centres de santé pour répondre aux cas et complications qui aboutissent parfois à la mort, malheureusement, en plus de la nécessité de fournir des ambulances en nombre suffisant et des équipements médicaux nécessaire ».

L’Economiste

Les élus de la région Casa-Settat viennent d’adopter une convention de partenariat relative à la réhabilitation du marché central à Casablanca. Un montant global de 60 millions de DH sera consacré à cette opération menée par plusieurs partenaires publics et privés. Parmi les signataires de la convention figurent notamment les conseils régional, communal et préfectoral ainsi que la Smit et Réalités Maroc. Le groupe, qui mène la restauration de l’hôtel Lincoln juste en face du marché, prend en charge le volet technique et étude architecturale. Il offre ainsi son expertise et son savoir-faire pour mener à bien ce projet, piloté par la SDL Casa-Aménagement. Ces deux projets permettront à terme de reconquérir le centre-ville historique de Casablanca. Par ailleurs, la restauration de l’hôtel Lincoln, implanté sur une parcelle de 2.800 m², en est à ses dernières phases.

Libération

L’Office National des Chemins de Fer (ONCF) vient de dresser son « bilan carbone » au titre de l’année 2023, faisant notamment état d’une réduction significative de son empreinte carbone. « Plaçant la préservation de l’environnement et la décarbonation au cœur de son action quotidienne et de son projet de Développement Durable (DD), l’ONCF vient d’établir, en conformité avec la démarche universelle, son +bilan carbone+ au titre de l’année 2023 », indique l’Office dans un communiqué. En dépit de l’évolution remarquable du recours au voyage par train eu égard à ses atouts indéniables pour la Collectivité, ce bilan dégage une diminution nettement considérable de l’empreinte carbone ONCF comme en témoignent les performances records enregistrées en 2023 en comparaison avec 2022, ajoute la même source.

L’Opinion

Le secteur cinématographique va se doter d’un nouvel arsenal juridique destiné à catalyser son développement, en réponse aux défis auxquels est confronté ce domaine en pleine expansion. Le secteur cinématographique semble en passe de bénéficier d’une avancée significative grâce à l’adoption imminente du projet de loi n° 18.23. Selon le ministre de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, Mehdi Bensaïd, qui a présenté le projet devant la Chambre des Représentants, l’objectif est de revitaliser ce secteur en tant que levier essentiel de développement économique, social et culturel. Le projet de loi va maintenant être débattu à l’hémicycle pour enrichir ses dispositions avant d’être soumis au vote des parlementaires.

Al Massae

Les critiques sont toujours adressées au gouvernement concernant sa gestion des manifestations des étudiants des facultés de médecine et de pharmacie. Après de nombreuses voix remettant en question l’intention du gouvernement de résoudre cette crise et le retrait de l’opposition de la séance des questions orales à la Chambre des représentants pour protester contre « son refus d’interagir avec les demandes d’aborder une question urgente et publique liée à l’évolution des examens des facultés de médecine et de pharmacie », le Parti du Progrès et du Socialisme a dénoncé la position du gouvernement, qu’il a qualifiée « d’indifférente et d’incompréhensible ». Il a souligné que la réponse du gouvernement à la « situation dangereuse dans laquelle se trouvent les facultés de médecine et de pharmacie » a été « échec et irresponsable ». Le parti du Livre a expliqué que le boycott des cours et des formations tout au long de l’année ainsi que des examens par les étudiants est dû à « l’intransigeance du gouvernement et du ministère de l’Enseignement supérieur en particulier, et leur mépris pour le sort des futurs médecins et pharmaciens », mettant en garde contre les répercussions « graves » sur les perspectives de réforme du système national de santé.

Al Bayane

Les feux dévastateurs qui ont ravagé ces derniers temps l’oasis de Toudgha relevant de la localité de Tinghir, ont occasionné des pertes déconcertantes parmi les plantes de toutes espèces, notamment le palmier. De vastes superficies oasiennes ont été anéanties dans cette contrée du sud-est marocain par cet incendie dont l’extinction s’est accomplie par la diligence de l’Autorité provinciale, sous la direction du gouverneur et à laquelle il convient de rendre hommage. Cependant, il est déplorable de relever que ce fléau écologique qui a frappé de plein fouet la zone dont les citoyens ne vivent que par ces productions végétales du fait de carence effroyable des engins et matériels à même de maîtriser promptement et instantanément les feux causant d’énormes dégâts.

Alahdath Almaghribia

Le gouvernement compte passer à la vitesse supérieure, avant la fin de son mandat, dans la consécration de l’État social. Après avoir mis en œuvre le chantier de protection sociale, qui a coûté un budget colossal, le Chef de l’exécutif a promis de traiter les dossiers épineux relatifs à l’amélioration des conditions des travailleurs des secteurs privé et public. Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, s’est ainsi engagé à élaborer le projet de loi relatif à l’exercice du droit de grève à la fin de 2024, tout en s’appliquant pour sauver les caisses de retraite de la faillite en 2025, en plus d’œuvrer à l’élaboration d’un nouveau code du travail suivant les évolutions du marché du travail. Lors de la séance mensuelle des questions orales, autour du thème “Dialogue social, un mécanisme de promotion des conditions des travailleurs et levier d’amélioration du rendement de l’économie nationale”, le Chef du gouvernement a assuré que le temps restant du mandat du gouvernement sera dévolu à l’élaboration de trois lois “importantes”, en l’occurrence les lois sur le droit de grève, la réforme des retraites et le code du travail.

Rissalat Al Oumma

La Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, présidée par Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa, lance la cinquième édition de son opération #Bharblaplastic, pour la saison estivale 2024. Cette opération majeure de sensibilisation à la pollution des océans et d’éducation à l’environnement fait partie de la 25e saison de Plages Propres, le programme emblématique de la Fondation qui se déploie cette année sur 109 plages, dont 27 sont labellisées pavillon bleu, ainsi que 4 ports de plaisance et un lac naturel, souligne la Fondation dans un communiqué. Les communes littorales en charge de ces plages sont accompagnées dans leur action par la Fondation, la Direction générale des Collectivités territoriales, des entreprises qui les appuient avec des moyens matériels et humains, et des associations de la société civile, précise la même source, notant que ces partenaires se mobiliseront pour l’opération #Bharblaplastic pour éliminer et recycler les déchets plastiques des plages.

- Advertisment -