dimanche 14 juillet 2024

Revue de presse de ce mercredi 3 juillet 2024

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi 3 juillet 2024:

L’Opinion

  • Dans un échiquier commercial international en constante évolution, le marché du Halal connaît une croissance exponentielle. Si ce dernier est considéré comme l’un des secteurs les plus dynamiques de l’économie mondiale, avec le potentiel d’atteindre 4.960 milliards de dollars d’ici 2030, le Maroc se penche sérieusement sur la labellisation Halal qui lui permet d’explorer un marché aussi prometteur que florissant. Un chantier qui profite actuellement à plus de 200 entreprises pour environ 1.000 références de produits labellisés majoritairement d’origine marocaine. De l’agroalimentaire à la cosmétique en passant par le textile, l’emballage ou encore le tourisme, le Maroc ambitionne de se hisser au rang de leader régional en la matière.
  • L’affaire de la « SAMIR » était de nouveau à l’ordre du jour du Parlement. Interpellée par les députés sur le sort de la raffinerie, la ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, Leila Benali, a déclaré que le dossier est toujours au point mort et qu’actuellement il fait l’objet d’une étude d’impact environnemental. Mais au niveau du CIRDI (Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements), la procédure d’arbitrage touche bientôt à sa fin. Après plus de cinq ans du début du litige entre le Maroc et le groupe suédois Corral, ex-actionnaire majoritaire de la raffinerie, le tribunal s’apprête à rendre son verdict tant attendu.
  • Le secrétaire général du gouvernement, Mohamed Hajoui, a adressé aux ministres et aux ministres délégués, le projet de décret n° 2.24.328 relatif à la définition des compétences et à l’organisation du secteur de l’Education nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, en vue de sa présentation au Conseil de gouvernement pour approbation, avant sa soumission au Parlement. Ledit projet prévoit de déterminer les structures de l’administration centrale du secteur, à travers la création de Directions générales dans les domaines éducatifs et administratifs de base d’intervention du secteur, en plus du secrétariat général, de l’inspection générale et de l’inspection générale des affaires éducatives. Selon la note introductive du projet de décret, trois principales Directions générales sont concernées par le projet de décret: la Direction générale du travail éducatif, la Direction générale chargée de l’organisation de la vie scolaire et la Direction générale de la planification, des ressources et de la contractualisation.

Le Matin

  • Deux semaines après Aïd Al Adha, les abattoirs ont repris leurs activités et les prix ont maintenu leur tendance haussière. Hier à Casablanca, le prix du kilogramme de viande bovine se situait à 90 dirhams (prix de gros), tandis que celui de la viande ovine était de 110 DH. Une flambée qui risque de se poursuivre dans les prochains jours, notamment avec l’arrivée des Marocains du monde et l’approche de la saison des festivités, comme le souligne Hicham Jouabri, secrétaire régional des commerçants de viandes rouges en gros à Casablanca. Ce dernier a souligné l’importance de mettre en place des mesures urgentes en vue de stabiliser le marché dans un premier temps. « Nous estimons que parmi les mesures urgentes à mettre en place, il y a celle consistant à soutenir les petits éleveurs afin qu’ils améliorent la productivité de leur cheptel et à ouvrir la voie à d’autres investisseurs pour procéder à l’importation des bovins. Une activité qui demeure actuellement l’apanage d’une poignée de grands investisseurs », a-t-il dit.
  • L’industrie automobile consolide sa position de premier secteur exportateur au Maroc. À fin mai dernier, ses expéditions ont grimpé de 12% à 67,5 milliards de dirhams, tirées par le segment de la construction (+11,7% à 29,3 milliards de DH). Les exportations du secteur des phosphates et dérivés, jadis premier exportateur du Royaume, ont progressé, quant à elles, de 5,3% à 32 milliards de dirhams. Les ventes des engrais naturels et chimiques sont à l’origine de cette performance puisqu’elles affichent une hausse de 7,3% sur un an à 23,6 milliards de dirhams.
  • À fin mai 2024, alors que l’encours des crédits bancaires a enregistré une hausse annuelle de 4,6%, les entreprises non financières privées ont vu leurs financements diminuer de 1,2%, principalement en raison d’une baisse significative des facilités de trésorerie (-6,4%), corrigée en partie par les prêts à l’équipement (+5,4%). Parallèlement, les entreprises publiques ont enregistré une progression de 23,8% de leurs crédits. Pour ce qui est des dépôts bancaires, ils maintiennent leur tendance à la hausse, selon les derniers chiffres publiés par Bank Al-Maghrib.

Libération

  • Les Organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) ont occupé la première place des investisseurs dans le marché des actions au titre du premier trimestre de l’année (T1-2024), avec un montant de 4,6 milliards de dirhams (MMDH) d’achats contre un volume de ventes de 3,1 MMDH. Leurs achats, tout comme leurs ventes, sont en hausse par rapport au T1-2023, respectivement de 129% et de 39,7%, indique l’Autorité Marocaine du Marché des Capitaux (AMMC) dans son rapport du T1-2024 sur le profil des investisseurs en Bourse. Les personnes morales marocaines sont également en position nette vendeuse, après avoir opéré des ventes de l’ordre de 3,2 MMDH et des achats d’une valeur de 3,1 MMDH. Leurs achats et ventes sont en hausse par rapport au T1-2023, respectivement de 79,7% et 85,2%.

L’Economiste

  • Le nombre des plaintes et des demandes reçues par le CNDH, ses mécanismes nationaux et comités régionaux a enregistré une hausse, avec un total de 3.318 enregistrées en 2023, selon le rapport annuel du CNDH, présenté par sa présidente Amina Bouayach. Parmi ces plaintes et demandes, 280 proviennent de femmes ou filles victimes de violences, tandis que 276 plaintes sont liées aux droits des immigrés. L’autre constat est que la portée des plaintes s’est étendue à la vie privée. Le rapport relève également 249 décès survenus dans les endroits de privation de liberté. Il a aussi souligné la création de 266.610 associations fin 2023. Le rapport recommande l’abolition de la peine de mort du code pénal et de mettre en place certaines instances prévues par la Constitution, notamment l’Autorité de la parité et de lutte contre toutes les formes de discrimination, le Conseil consultatif de la famille, le Conseil consultatif de la jeunesse et de l’action collective ainsi que le Conseil national des langues et de la culture marocaines.
  • Leila Benali a rappelé les progrès réalisés dans la mise en œuvre de la politique énergétique et la transition énergétique. A ce jour, 4.600 mégawatts d’énergies renouvelables ont été réalisés et sont actuellement en cours d’exploitation, a affirmé la ministre de la Transition énergétique devant les députés lors de la séance des questions orales de la Chambre des représentants lundi dernier. De même, à mi-mandat du gouvernement, son département a autorisé plusieurs projets d’une capacité supérieure à 2.000 mégawatts. C’est la plus grande capacité autorisée par le ministère durant deux années, a- t-elle noté. Pour généraliser l’accès à l’énergie propre, plusieurs mesures et procédures ont été prises, notamment la programmation de la réalisation d’une capacité supplémentaire d’énergies renouvelables supérieure à 7.500 mégawatts entre 2023 et 2027. Ce qui confirme l’augmentation du rythme d’investissement annuel, multiplié par quatre pour passer de 4 milliards de DH par an entre 2009 et 2022 à près de 15,1 milliards de DH entre 2023 et 2027.
  • Le déficit commercial s’est légèrement amélioré, atteignant -117,089 milliards de dirhams à fin mai contre -118,260 milliards DH un an auparavant, soit un léger mieux de 1%. Toutefois, cela reste insuffisant pour compenser les déséquilibres structurels et la dépendance accrue aux importations, malgré une augmentation des exportations. Cette situation révèle une fragilité persistante dans la structure des exportations et souligne l’effort nécessaire pour stimuler les secteurs à forte valeur ajoutée. Les importations ont augmenté de 2,3%, atteignant 308,821 milliards de DH contre 301,962 milliards l’année précédente. Parallèlement, les exportations ont progressé de 4,4%, passant de 183,702 milliards de DH à 191,731 milliards. L’analyse des importations met en évidence une dépendance structurelle, notamment pour les produits énergétiques et les biens d’équipement.

Al Bayane

  • La Direction Générale des Impôts (DGI) a annoncé que les factures dont le délai de retard de paiement commence à partir du 1er juin 2024 sont passibles de l’amende pécuniaire fixée au nouveau taux de 2,75% pour le premier mois de retard. Pour ce qui est des factures dont le délai de retard de paiement se situe avant le 1er juin 2024, elles restent passibles de l’amende pécuniaire fixée à l’ancien taux de 3%, indique la DGI dans un communiqué. Cette mesure fait suite à la décision prise lors de la dernière réunion du Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) de réduire le taux directeur de 25 points de base à 2,75%, avec une date d’effet à partir du 27 juin 2024.

Al Massae

  • La CNOPS a averti que ses réserves financières risquent de s’épuiser d’ici trois ans en raison du déficit financier qu’elle a enregistré pour la troisième année consécutive. Le nombre de bénéficiaires a atteint 3.111.030 personnes et les cotisations des assurés se sont élevées à 6,31 MMDH, contre 6,12 MMDH en 2022, soit une augmentation de 3 %, a indiqué la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale dans un communiqué. En regard de cette lente progression des cotisations, et après le traitement de 6 millions de dossiers de maladie, le paiement des prestations a atteint 7,45 MMDH en 2023, contre 5,86 MMDH en 2022, enregistrant ainsi une augmentation de 1,59 MMDH (27 %), a souligné la même source, dans ses indicateurs de l’AMO-Secteur public au titre de l’année 2023.

Al Alam

  • Le ministre du Transport et de la Logistique, Mohammed Abdeljalil, a indiqué que le Maroc dispose d’un réseau ferroviaire de 2.200 kilomètres de lignes, dont 200 kilomètres de lignes à grande vitesse. En réponse à une question orale sur le Plan Rail Maroc lors d’une séance consacrée aux questions orales à la Chambre des représentants, Abdeljalil a souligné que l’expérience du Maroc dans ce domaine est reconnue au niveau mondial, ajoutant que l’Office national des chemins de fer (ONCF) a réalisé de nouvelles études et élaboré un plan d’avenir à long terme pour atteindre 5.100 km de liaisons ferroviaires, dont 1.300 km de lignes à grande vitesse, pour relier 43 villes au lieu de 23 actuellement, et desservir 90% de la population au lieu de 51%. L’investissement nécessaire à la réalisation de ce plan dépasse les 400 milliards de dirhams, a-t-il noté.

Bayane Al Yaoum

  • Les recettes de voyage en devises ont affiché un record de 9,4 milliards de dirhams (MMDH) en mai, en augmentation de 11% par rapport à mai 2023, selon le ministère du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Économie sociale et solidaire. A fin mai 2024, le secteur a ainsi cumulé un total de 41,3 MMDH, soit une progression globale de 1,6% par rapport à 2023, et de 45% par rapport à 2019, précise le ministère dans un communiqué. « Les recettes renouent avec la croissance depuis deux mois, en ligne avec nos prévisions », a indiqué la ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Économie sociale et solidaire, Fatima Zahra Ammor, citée par le communiqué.

Al Ittihad alichtiraki

  • Les dépôts auprès des banques se sont établis à 1.172,7 milliards de dirhams (MMDH) à fin mai 2024, en hausse de 4,9% comparativement au même mois de l’année précédente, selon Bank Al-Maghrib (BAM). Les dépôts des ménages ont atteint 878 MMDH, en hausse annuelle de 4,8%, avec 206,2 MMDH détenus par les Marocains résidant à l’étranger, alors que les dépôts des entreprises privées ont, pour leur part, progressé de 7% à 196,6 MMDH, ressort-il du tableau de bord « crédits et dépôts bancaires » de BAM. Les taux de rémunération des dépôts à terme ont enregistré des hausses de 11 points de base pour ceux à 6 mois et de 7 points de base pour ceux à 12 mois s’établissant respectivement à 2,51% et 3,03% à fin mai 2024.

Al Ahdat Al Maghribia

  • Le Bureau de la Chambre des représentants a annoncé avoir reçu une proposition de loi modifiant et complétant les articles 3 et 4 de la loi n° 104.12 relative à la liberté des prix et de la concurrence, présentée par le président du groupe PPS à la Chambre des représentants, Rachid Hamouni. Cette proposition a pour objectif de lier explicitement et légalement toute subvention de l’Etat à la production, à la distribution, à la commercialisation ou à l’importation de tout produit, marchandise ou service à l’inclusion de l’élément subventionné, à travers un texte réglementaire, dans la liste des biens, produits et services concernés par le plafonnement, la régulation et la fixation des prix selon des modalités définies également par un texte réglementaire, à l’image de la régulation des prix du sucre et du blé tendre subventionnés. La proposition de loi vise également à donner au gouvernement une marge de temps pour composer avec les situations et cas exceptionnels et urgents qui entraînent une baisse ou une hausse brutale des prix.

Assahra Almaghribia

  • Le président gambien Adama Barrow s’est félicité de l’appui constant et précieux du Roi Mohammed VI à la Gambie, se félicitant de l’excellence des relations entre les deux pays frères. Lors d’une audience accordée au ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Abdellatif Miraoui, qui était en visite de travail en Gambie, Barrow a fait part de la volonté de son pays de coopérer étroitement avec le Maroc en vue d’atteindre des objectifs communs pour une Afrique prospère, solidaire et stable. Il a dans ce contexte mis en avant l’importance du soutien au développement et à l’éducation pour faire face aux défis actuels.
- Advertisment -