dimanche 14 juillet 2024

Transition énergétique: le Maroc leader au Maghreb

-

Le Maroc a réalisé des avancées notables dans le domaine de la transition énergétique, se positionnant en tête des pays du Maghreb selon le rapport « Fostering effective energy transition 2024 » du Forum Économique Mondial.

 Le pays se classe 65ème sur 120 dans l’indice de transition énergétique (ETI), avec un score de 54.9. Avec un score de performance du système de 60.5 et un score de préparation de 46.5, le Maroc démontre son engagement à améliorer ses infrastructures énergétiques, à investir dans les énergies renouvelables et à mettre en œuvre des politiques favorables à la transition énergétique. Ce positionnement est particulièrement remarquable comparé aux autres pays du Maghreb. La Tunisie, qui se classe 89ème au niveau mondial, affiche une performance du système de 57.1 et une préparation de 42.6, tandis que l’Algérie, occupant la 91ème place, présente des scores de 65.1 pour la performance du système et de 29.7 pour la préparation. La Mauritanie et la Libye ne figurent pas dans ce classement global.

L’indice de transition énergétique évalue les pays sur plusieurs critères liés à la performance de leurs systèmes énergétiques, incluant l’équité, la durabilité, la sécurité, ainsi que leur capacité à se préparer à la transition énergétique. Cette préparation est mesurée en fonction de divers éléments tels que les cadres légaux et réglementaires, les infrastructures, l’innovation, l’éducation et le capital humain, ainsi que les aspects financiers et les investissements.

Le rapport indique que la région du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord et du Pakistan a vu sa position reculer en raison des défis rencontrés en matière de durabilité. Malgré un potentiel élevé en énergie solaire et des succès dans certains pays, cette région continue de présenter des taux de consommation énergétique élevés et accuse un retard dans l’intégration des énergies renouvelables par rapport aux autres régions. Le Maroc, en revanche a pris des engagements ambitieux pour renforcer sa transition énergétique.

Le Maroc a mis en place plusieurs initiatives pour favoriser la transition énergétique. L’investissement dans l’énergie solaire et éolienne est notable, tout comme les réformes politiques visant à réduire les subventions aux combustibles fossiles. Ces actions sont essentielles pour promouvoir un système énergétique plus durable et équitable. De plus, le Maroc se distingue par son engagement à améliorer l’éducation et les compétences nécessaires pour soutenir cette transition. Le rapport mentionne que « le développement du capital humain, où les emplois propres représentent plus de la moitié de tous les emplois liés à l’énergie » est crucial pour avancer dans cette direction .

Il convient de noter que le royaume vise à porter la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité à 52% d’ici 2030, se plaçant ainsi en deuxième position parmi les nations arabes pour cet objectif. Les données de la plateforme « Taqa » révèlent que le Maroc a déjà réduit la proportion des combustibles fossiles dans son mix énergétique, passant de 82% en 2022 à 79% en 2023. Le charbon, bien que dominant dans la production d’électricité, a vu sa part diminuer à 64,46% en 2023, contre 70% l’année précédente.

Le document souligne que malgré les progrès, des défis subsistent pour le Maroc. Le pays doit renforcer ses investissements dans les infrastructures énergétiques et améliorer l’accès aux technologies propres. Cependant, le potentiel du Maroc à « sauter des étapes » directement vers des systèmes énergétiques modernes et propres est une opportunité significative. Le rapport indique que « les investissements en capital dans les infrastructures d’énergie propre ont également augmenté, atteignant 1,8 trillion de dollars en 2023 ».

Le Maroc, en tant que leader dans cette région, doit continuer à attirer des investissements et renforcer les partenariats public-privé pour améliorer ses infrastructures et diversifier son mix énergétique. Les efforts pour développer des ressources locales d’énergie propre et améliorer l’efficacité énergétique sont essentiels pour maintenir cette dynamique positive.

Les politiques globales, telles que celles discutées lors de la 28ème Conférence des Parties (COP28), ont un impact significatif sur les stratégies nationales. Le Maroc, aligné avec ces objectifs globaux, cherche à tripler sa capacité en énergies renouvelables et à doubler son efficacité énergétique d’ici 2030

Ainsi, le Royaume se positionne comme un acteur clé dans la transition énergétique de la région, combinant des objectifs ambitieux avec des actions concrètes pour réduire sa dépendance aux combustibles fossiles et promouvoir l’intégration des énergies renouvelables.

- Advertisment -