dimanche 14 juillet 2024

Greffe de rein éveillée: un patient assiste à sa propre opération

-

Un patient de 28 ans de Chicago qui avait besoin d’une greffe de rein a pu assister en direct à son opération dans le cadre d’un nouveau programme de chirurgie éveillée visant à limiter les risques liés à l’anesthésie générale 

« Es-tu réveillé John? Ton insuffisance rénale est guérie, mon ami », a lancé Dr Satish Nadig, chirurgien transplanteur et directeur du Northwestern Medicine Comprehensive Transplant Center, à son patient à qui il relatait pas à pas l’opération, peut-on voir dans une vidéo partagée par le centre médical lundi.

Un mois plus tôt jour pour jour, le patient John Nicholas, 28 ans, passait sous le bistouri pour une greffe de rein après avoir commencé à souffrir de problèmes rénaux à 16 ans, dû à la maladie de Crohn, a rapporté CBS News.

Mais au début de 2022, son état aurait rapidement décliné, si bien qu’il aurait vite eu besoin d’une greffe. C’est son ami d’enfance, Pat Wise, 29 ans, qui lui aurait donné le précieux organe.

C’est alors que l’équipe soignante aurait approché le patient pour lui offrir la possibilité d’effectuer la greffe d’organe sans l’endormir, en utilisant une injection d’anesthésie rachidienne similaire à celle utilisée lors des césariennes, pour éviter d’avoir recours à l’anesthésie générale.

Bien que ce genre d’opération aurait déjà été effectuée ailleurs, il s’agissait du premier cas de greffe d’organe éveillée pour le Northwestern Medicine de Chicago, qui espère maintenant rendre la procédure plus fréquente.

« Notre espoir est qu’une transplantation rénale éveillée puisse diminuer certains des risques liés à l’anesthésie générale tout en raccourcissant le séjour à l’hôpital d’un patient, a précisé le chirurgien par communiqué. Le patient a pu rentrer chez lui en moins de 24 heures, ce qui en fait essentiellement une procédure ambulatoire. »

Cela permet notamment au patient de guérir et reprendre le train-train quotidien plus rapidement.

De son côté, le patient a martelé n’avoir rien senti durant l’opération, lui qui a pu suivre la greffe étape par étape, et même voir son propre rein.

« À un moment, je leur ai demandé “quand est-ce que vous pensez commencer?” et ils m’ont dit qu’ils travaillaient déjà depuis un bout, a rigolé le patient à CBS News. C’était une expérience plutôt cool de savoir ce qui se passait en temps réel et d’être conscient de l’ampleur de ce qu’ils faisaient. »

Selon le chirurgien, le programme « AWAKE », qui vise pour l’instant les patients en transplantation rénale, pourrait éventuellement s’étendre vers d’autres types de greffe.

« Cela ouvre vraiment une toute nouvelle porte et constitue un autre outil dans notre palette d’outils pour le domaine de la transplantation », s’est-il réjoui, selon le média américain.

- Advertisment -