dimanche 21 juillet 2024

Brésil: les incendies au Pantanal liés à l’expansion agricole et au changement climatique

-

Les incendies de forêt qui ravagent le Pantanal, plus grande zone humide de la planète, ont été favorisés par la sécheresse due au changement climatique et à l’expansion agricole, estime l’expert brésilien Paulo Artaxo lors d’un entretien à l’AFP. 

Ce physicien, professeur à l’Université de Sao Paulo (USP) et membre Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) de l’ONU, enjoint les autorités brésiliennes à mettre en oeuvre tous les moyens nécessaires pour empêcher les incendies causés par l’homme.

Situé au sud de l’Amazonie, le Pantanal, qui s’étend majoritairement au Brésil, mais aussi en Bolivie et au Paraguay, est un sanctuaire de biodiversité qui abrite des milliers d’espèces de plantes et d’animaux.

Depuis le début du mois de juin, plus de 1 700 foyers d’incendie ont été identifiés dans cette région, un record depuis que les données recueillies par satellites ont commencé à être compilées par l’Institut brésilien de recherches spatiales (INPE), en 1998.

Du 1er janvier au 20 juin, l’INPE a recensé 2 628 foyers au Pantanal, davantage que lors du premier semestre 2020, année achevée avec le plus grand nombre d’incendies jamais enregistrés dans ce biome.

Des chiffres d’autant plus alarmants que les incendies sont habituellement plus sévères au second semestre, lors de la saison sèche.

QUESTION: Qu’est-ce qui explique qu’il y ait déjà autant d’incendies au Pantanal ?

RÉPONSE: «Le Pantanal, comme toute la région centrale du Brésil subit cette année une des pires sécheresses de l’histoire causée par le changement climatique. Mais même si avons constaté une forte réduction des précipitations, il est important de souligner que la plupart de ces incendies sont criminels. Ils portent gravement atteinte à l’écosystème».

Q: Quel est le rôle de l’expansion des terres vouées aux cultures et à l’élevage dans la région ?

R: «On peut dire que tous ces incendies sont dus à l’expansion agricole».

Q: Y a-t-il un lien entre ces incendies et les inondations historiques dans le sud du Brésil, que les experts attribuent aussi en grande partie au changement climatique ?

R: «Il y a sans aucun doute une connexion. Une zone de haute pression [aussi connue comme anticyclone] a stationné au-dessus de l’État de Sao Paulo (sud-est) et de celui du Mato Grosso (centre-ouest), où se trouve une partie du Pantanal.

Au sud [de cet anticyclone], cela a amplifié les précipitations dans l’État du Rio Grande do Sul [qui a été dévasté par des inondations sans précédent le mois dernier].

Et dans le Mato Grosso, le volume de pluies a été fortement réduit, causant la sécheresse et des températures extrêmes propices aux incendies que nous observons actuellement».

Q: Que peut-on faire pour atténuer ce problème des feux de forêt au Brésil ?

R: «Il faut mobiliser la Police fédérale, l’armée, tous les moyens dont le Brésil dispose pour dissuader les incendies volontaires, qui constituent des crimes environnementaux. Il est possible d’effectuer des contrôles en définissant des zones prioritaires, où la propension à ces incendies criminels est plus élevée».

- Advertisment -