dimanche 21 juillet 2024

Revue de presse de ce jeudi 13 juin 2024

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi 13 juin 2024:

Le Matin

Le secteur des cafés et de la restauration a été l’un des plus impactés par la pandémie de la Covid-19. Depuis, les professionnels n’arrivent toujours pas à sortir la tête de l’eau. Ces derniers ne voient pas d’un bon œil la volonté du gouvernement de mieux structurer le secteur. En effet, confrontés à une charge fiscale lourde et à la difficulté à payer les cotisations de la CNSS en retard, les professionnels, organisés au sein de la Fédération nationale des propriétaires de cafés et de restaurants, maintiennent la pression sur l’Exécutif. Dans un mémorandum adressé au Chef du gouvernement et à plusieurs départements ministériels, ils exigent des mesures urgentes pour sauver le secteur.

L’Economiste

En 2022, la capacité globale produite a atteint 11,05 gigawatts, contre 6,34 gigawatts en 2010, une année après le lancement de la stratégie énergétique. La part des ressources renouvelables dans la production d’électricité a été de 18,1%, soit 7.489 gigawatts/ heure, selon le rapport annuel de l’Autorité nationale de réglementation de l’électricité. Néanmoins ce document fait état de la baisse de la production basée sur le gaz naturel, contre une hausse de l’utilisation du carbone, avec un niveau annuel de 8,5%.

La réforme des délais de paiement a instauré une amende recouvrée par le fisc en cas d’impayé. Cependant, elle n’a pas pris en compte le stock de factures établies avant le 1er juillet 2023, restées impayées. Selon les données d’Inforisk, ce stock atteint 337 milliards de DH. Bien qu’il ait diminué de 10%, il représente encore 25% du PIB en 2022. Ce crédit inter-entreprises a également enregistré une baisse significative de 19% par rapport au pic de 2018, tandis que le crédit bancaire aux sociétés non financières a augmenté de 12% entre 2021 et 2022. À la fin de 2022, les délais de paiement se sont légèrement améliorés, avec une réduction progressive jusqu’à 194 jours, marquant une anticipation des entreprises pour se conformer à la nouvelle loi 69-21.

L’Opinion

Alors que l’Office national des chemins de fer (ONCF) se prépare à lancer de nouvelles lignes ferroviaires à grande vitesse pour relier plusieurs villes, diverses questions émergent, notamment concernant les points d’arrêt des TGV en cours de déploiement. Ce sujet a été abordé lors de la séance plénière de la Chambre des Conseillers, où le ministre des Transports et de la Logistique, Mohamed Abdeljalil, a tenté d’apporter des explications, mettant en avant l’importance des facteurs techniques, économiques et sociologiques dans le choix des points d’arrêt des TGV. Abdeljalil a expliqué que pour maintenir la véritable nature à grande vitesse des TGV, leur nombre de points d’arrêt devrait être limité, contrairement aux trains conventionnels qui s’arrêtent généralement tous les 50 km. Il a souligné que la sélection des points d’arrêt se fait en fonction de la capacité de chaque gare à attirer un maximum de voyageurs. L’ONCF envisage ainsi de programmer plusieurs arrêts pour au moins un TGV dans la plupart des villes desservies par la ligne en question.

Al Massae

Sur fond des conditions économiques caractérisées par la détérioration du pouvoir d’achat, certains ménages marocains s’apprêtent à acquérir les moutons de l’Aid Al-Adha en ayant recours au crédit à la consommation en tant que solution et alternative financière pour faire face aux prix élevés du mouton et sauvegarder leur dignité au sein de la société. Etant une sunna confirmée, plusieurs familles marocaines se trouvent devant l’obligation d’acheter les moutons de l’Aid Al-Adha avec des prix dépassant dans la plupart des cas la moitié des salaires du chef de famille. En examinant les prix des moutons affichés sur les réseaux sociaux ou annoncés par des professionnels du secteur, il semble clair que plusieurs familles ne peuvent pas supporter ces frais sans avoir recours aux crédits à la consommation. Ce recours des familles marocaines au crédit à la consommation coïncide avec la baisse du niveau d’épargne, selon les dernières données du HCP, qui affirment qu’au cours du quatrième trimestre, 90,4% des familles se sont déclarées incapables d’épargner au cours des douze prochains mois.

Al Alam

L’Ordre national des Associations de protection des consommateurs (ONAP) a alerté sur la présence de moutons se nourrissant des décharges et d’autres engraissés avec des substances dangereuses pour la santé du consommateur, exposés à la vente dans les marchés à l’occasion de l’Aid Al-Adha. A ce propos, le président de l’ONAP, Hassan Danbi, a affirmé que la qualité des moutons et la façon dont ils sont nourris soulève plusieurs interrogations, ajoutant dans une déclaration au quotidien, qu’il existe des moutons vendus dans les marchés à l’occasion de l’Aid Al-Adha qui ont été engraissés avec des substances toxiques et des aliments destinés à l’engraissement des bovins, outre d’autres qui se nourrissent des décharges de déchets, ce qui représente un réel danger pour la santé des consommateurs. Il a souligné, dans ce sens, que ce danger nécessite d’assurer un suivi préalable des troupeaux de la part des autorités compétentes afin de garantir une qualité optimale des moutons, appelant les autorités locales à exercer une surveillance renforcée pour lutter contre ces processus dangereux qui affectent la qualité des viandes, du cheptel et par conséquent la santé des consommateurs.

Assabah

Des parlementaires de la majorité et de l’opposition au sein de la Commission de la justice et de la législation à la Chambre des représentants, ont critiqué le contenu de certains alinéas de l’article 376 du projet du code de procédure civile, comportant une disposition jugée attentatoire aux droits et à l’égalité entre les justiciables. Le débat s’est intensifié entre le ministre et les parlementaires autour du deuxième alinéa de l’article 376 de ce projet, prévoyant que si lors d’un pourvoi en cassation, l’une des parties est magistrat ou avocat, le demandeur peut agir seul devant la Cour de cassation. Mais, « agir seul en justice » signifie le début de la perte de l’affaire, car le citoyen ne dispose par des outils de confrontation juridique nécessaires aux débats, ont estimé les députés. Ouahbi a répondu en assurant qu’il s’agit « d’une coutume qui n’a rien à voir avec la Constitution », soulignant que la nouvelle disposition est de nature à résoudre les problèmes que peut rencontrer un magistrat en face de son collègue en raison de l’impossibilité de trouver un avocat pour le représenter, ce qui signifie la présence d’un vice de procédure qui doit être réformé.

Al Ittihad alichtiraki

Le Royaume du Maroc a été réélu, en la personne d’Abdelmajid Makni, au Comité des droits des personnes handicapées pour un second mandat, lors des élections qui se sont tenues à l’occasion de la 17ème réunion des États Parties à la Convention relative aux droits des personnes handicapées, qui tient ses travaux du 11 au 13 juin 2024, à New York. Dans le contexte d’une importante compétition, la candidature marocaine a été élue, par 137 voix au premier tour, parmi quinze candidatures en lice pour les neuf postes vacants au titre de la période 2025-2028, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger.

- Advertisment -