samedi 20 juillet 2024

La Voie lactée pourrait être « récemment » entrée en collision avec quelque chose d’énorme

-

La Voie lactée s’est forgée au fil des collisions avec d’autres galaxies. La dernière grande collision a eu lieu, il y a plus de huit milliards d’années. C’est du moins ce que pensaient les astronomes jusqu’ici. Mais de nouvelles preuves laissent désormais supposer que notre Voie lactée a encore croisé la route d’une galaxie naine, il y a seulement trois milliards d’années.

L’histoire de notre Voie lactée est semée d’un certain nombre de collisions avec d’autres galaxies. Ces collisions ont laissé des traces dans la nôtre. Des sortes de rides formées par le balancement des étoiles et que des chercheurs de plusieurs universités ont passées au crible avec l’aide des données renvoyées par la mission Gaia. Parce que ces rides se répercutent encore sur différentes familles d’étoiles, affectant leur mouvement que  a justement pour mission de mesurer.

   Des rides pour marquer les accidents de la vie de la Voie lactée

Or, dans la Voie lactée, les rides se dissipent avec le temps. Ainsi, en comparant les observations — qui montrent des rides assez marquées — avec des simulations cosmologiques, les chercheurs déterminent que notre dernière collision significative avec une autre galaxie ne s’est en fait pas produite il y a entre 8 et 11 milliards d’années (cette collision que les  appellent collision Gaia-), comme ils le pensaient auparavant, mais bien plus tôt, il y a moins de trois milliards d’années.

Les travaux des chercheurs publiés dans les Monthly Notices of the Royal Astronomical Society suggèrent que toutes ces étoiles aux orbites inhabituelles que les astronomes connaissent bien ne proviennent donc finalement pas de la collision Gaia-Encelade. Mais d’un autre événement plus récent, qualifié de  radiale de la Vierge. Une collision avec une galaxie naine.

   Une collision a chamboulé la Voie lactée au cours des derniers milliards d’années

« L’histoire de la Voie lactée est actuellement constamment réécrite, en grande partie grâce aux nouvelles données de Gaia », explique Thomas Donlon, l’un des coauteurs de l’étude, dans un communiqué de l’Agence spatiale européenne (). « Ce résultat, à savoir qu’une grande partie de la Voie lactée ne nous a rejoints qu’au cours des derniers milliards d’années, constitue un grand changement par rapport à ce que pensaient les astronomes jusqu’à présent. » Car il apparaît désormais probable que la fusion radiale de la Vierge ait amené avec elle une famille d’autres petites  et amas d’étoiles, qui auraient tous rejoint la Voie lactée à peu près au même moment. Une exploration future révélera lesquels de ces objets plus petits que l’on pensait auparavant liés à la collision Gaia-Encelade sont en réalité liés à une fusion radiale de la Vierge plus récente.

- Advertisment -