mercredi 6 décembre 2023

« Saw X » : Un dixième plaisir décomplexé offert aux fans de gore extrême

-

« Je suis censé être mort, mais les producteurs de la saga Saw ont dû penser qu’ils avaient tué la poule aux œufs d’or. Alors ils m’ont fait revenir », confiait Tobin Bell l’interprète de Jigsaw à la presse pour l’épisode Saw 3D en 2010.

Treize ans plus tard, le tueur aux pièges mortels est de retour pour Saw X de Kevin Greutert. Aujourd’hui âgé de 81 printemps, le comédien reprend son rôle iconique pour faire la peau à de forts méchants faux médecins qui ont à la fâcheuse idée de vouloir le rouler dans la farine.

Dans la vie, il existe deux catégories de personnes : celles qui aiment le gore et celles qui ne peuvent pas le supporter. Les secondes sont invitées à passer leur chemin mais les premières vont se régaler comme autant de viandards affamés devant une entrecôte saignante avec ce dixième opus. David Greutert, réalisateur de Saw VI (jeu de mots inévitable quand on lit le titre à haute voix) s’amuse comme un petit fou à multiplier les pièges bien tordus.

Un choix douloureux

En gros, les victimes ont le choix entre mourir de façon fort désagréable ou se priver elles-mêmes d’une partie de leur anatomie qui va vraiment leur faire défaut. Comprendre : un membre ou une partie de cerveau. Elles ont un temps limité pour se décider tandis que Jigsaw, psychopathe au regard fatigué, attend l’heure de leur châtiment (dong !). C’est d’une méchanceté sans nom et d’une violence qui fait passer les longs métrages d’horreur récents pour des bluettes à recommander aux écoles maternelles.

aw X réveille le sadique badin qui sommeille chez le spectateur amoureux de cinéma d’horreur et prouve que dans le genre du « torture porn » (films où les scènes brutales et fictives sont l’équivalent de séquences de Q dans un film X), la saga Saw en a encore sous la scie chirurgicale !

More gore

« Je suis étonné par la fascination qui entoure mon personnage, mais je ne la trouve pas inquiétante. Seuls les gens qui n’aiment pas les films d’horreur les prennent au sérieux ! » nous disait Tobin Bell. Saw X, c’est comme la foire à la saucisse (jeu de mots encore) : on sait qu’on n’y trouvera pas de brocoli à l’eau d’Évian et si on n’aime pas ça, on n’en dégoûte pas les autres. « Je pense qu’il y aura probablement d’autres films Saw, surtout si celui-ci est un succès », déclare le réalisateur dans le dossier de presse. La fin ouverte de Saw X donne clairement à penser que la vengeance de Jigsaw n’est pas terminée.

- Advertisment -