Dimanche 23 Avril 2017

Le kiosque: la corruption, monnaie courante dans les hôpitaux

Ajouté le 10 Décembre 2013 à 13:23


Lareleve.ma

 

 

Voici les principaux titres à la Une des quotidiens parus ce mardi 10 décembre:

 

LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB:.

 

- Le Parlement européen devrait entériner le texte aujourd’hui: Journée décisive à Strasbourg pour le protocole de pêche. Le Parlement européen rendra aujourd’hui un verdict décisif portant sur l’entérinement du nouveau protocole de pêche entre le Maroc et l’Union européenne. Après des mois de tractations marathoniennes et de lobbying auprès des eurodéputés, la délégation marocaine affiche son optimisme quant au vote positif de ce texte. Tous les pronostics sont de bon augure, selon le président de la commission parlementaire mixte Maroc-UE Abderrahim Atmoun.

 

- Assurances: le marché marocain progresse deux fois plus vite que l’Afrique. Le marché de l’assurance progresse plus vite au Maroc qu’en Afrique et dans le monde. Ainsi, en 2012, le secteur de l’assurance a gagné 26 milliards de DH de primes émises contre 23,73 milliards une année auparavant. Sa progression aura donc été de 8,89pc. Du coup, le Royaume fait deux fois mieux que le marché africain dont la croissance atteint 3,96pc pour 72,13 milliards de dollars de primes émises. Et 8,7 fois mieux que le marché mondial qui a progressé de seulement 1,02pc à 431,51 milliards de dollars.

 

L’ECONOMISTE:.

 

- Taxe aérienne: le tollé ne fait que commencer. Certains professionnels l’ont rebaptisé très simplement la "taxe Haddad". Qu’à cela ne tienne. Le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad, est convaincu de la pertinence de cette taxe de voyage ou taxe aérienne, approuvée par le Parlement. Sur le papier, elle procède d’une bonne intention: "renforcer les ressources dédiées à la promotion touristique et favoriser l’attractivité de la destination, afin d’attirer les touristes en provenance de nouveaux marchés". Mais l’ancien président de la Fédération du tourisme, Amal karioum, ne l’entend pas de cette oreille. "Comment dire aux touristes qui veulent se rendre chez nous de s’acquitter d’une taxe avant de pouvoir le faire".

 

- Ceux qui ont profité du crédit en 2013. Avec la morosité de l’environnement économique, les entreprises ont moins la cote auprès des banques. L’augmentation des impayés (hausse de 16pc des créances en souffrance à fin octobre) a en plus renforcé la vigilance des établissements de crédits. Malgré une petite amélioration depuis deux mois, la hausse du crédit s’est tout de même limitée à 3,1pc à fin octobre. Les ménages (+5,5c) et les entrepreneurs individuels (+5,2pc), principalement tirent la croissance de l’activité. - Produits pétroliers: l’indexation n’impacte pas la consommation. L’indexation n’impacte pas la consommation de carburant! Une situation qu’avait déjà prédit Adil Ziadi, président du Groupement des pétroliers du Maroc (GPM) et qui se confirme chiffres à l’appui. Les statistiques du ministère de l’Energie font ressortir clairement une reprise de la consommation des produits pétroliers à fin septembre. Les pétroliers ont commencé l’année avec une forte baisse de la consommation à cause de la conjoncture économique délicate. Revirement de la situation, les 6,6 millions de tonnes de produits pétroliers vendus au terme du 3e trimestre de l’année sont en hausse de 6,5pc.

 

AUJOURD’HUI LE MAROC:.

 

- Santé: un rapport choc du CESE. Le Conseil économique, social et environnemental estime que l’accès équitable à des soins de santé de base de qualité, aussi bien en milieu urbain que rural, est un objectif difficile à atteindre. Du point de vue structurel, le CESE pointe du doigt un secteur mutualiste mal appréhendé et une grande pénurie en personnel soignant et de grandes disparités dans sa répartition. - Célébration aujourd’hui de la Journée internationale des droits de l’Homme: le Maroc sur la bonne voie. Le 10 décembre de chaque année coïncide avec la célébration de la Journée internationale des droits de l’Homme. Au Maroc, les institutions et les ONG actives dans ce domaine en profitent pour faire le bilan d’une année, parfois plus, sur les actions réalisées et les étapes à venir pour faire avancer ce grand chantier qu’est la question des droits de l’Homme. Aujourd’hui, d’une même voix, elles assurent à souhait que le Maroc est sur la bonne voie, nonobstant les réformes engagées mais non encore atteintes et un gouvernement qui n’arrive toujours pas à donner forme à une stratégie claire en matière de consécration du principe des droits de l’homme.

 

LIBERATION:.

 

- Proposition de loi du groupe socialiste visant l'abolition de la peine capitale. Le groupe socialiste à la Chambre des représentants vient de présenter une proposition de loi visant à abolir la peine de mort et son remplacement par une perpétuité assortie de la privation de présenter une demande de grâce.

 

- Le Plan national pour les droits humains et la démocratie est toujours sur le bureau de Benkirane. "On attendait beaucoup de ce gouvernement né de manifestations pour la dignité. On était persuadé que le Maroc allait accomplir de grands pas à la faveur de la Constitution adoptée en 2011. Nous n'avons pour l'heure que des motifs d'inquiétude". En cette Journée internationale des droits de l'Homme, le verdict du directeur de la section marocaine d'Amnesty International tombe. Et il est sans concession. Mohamed Sektaoui égrène la longue liste des actes manqués, des rendez-vous ratés, des attentes déçues et des promesses non tenues.

 

- La santé souffre d'un manque d'efficience. Notre système de santé va encore mal. La radiographie du secteur faite hier par le Conseil économique, social et environnemental est très sombre. Un secteur public prédominant, hiérarchisé et cloisonné, une pénurie en personnel soignant et de grandes disparités dans sa répartition, des prix des médicaments anormalement élevés, un système de stockage et de distribution des médicaments inefficaces et la liste est longue. Un état des lieux qui met à néant le bilan d'El Houssaine Louardi, ministre de la Santé, qui n'a pas cessé depuis son investiture de multiplier les effets d'annonce afférents à la mise en place d'une nouvelle politique de santé. Mais deux ans après la formation du gouvernement Benkirane, rien ne semble changer.

 

L'OPINION:.

 

- Education: enquête PISA 2012 de l'OCDE. Le rapport de l'OCDE PISA 2012 évaluant les acquis des élèves de 65 pays, dans lequel le Maroc est ignoré et pas seulement absent, est plein d'enseignements sur la faillite du système d'éducation dans notre pays, ainsi que sur le lourd tribut que paieront les générations futures et l'économie marocaine du fait de la politique menée dans ce domaine.

 

- Droits de l'Homme: le GTDA témoigne. Le Maroc a, depuis plusieurs années, fait d'énormes efforts dans le domaine de la lutte contre la détention arbitraire, a affirmé, jeudi à Rabat, El Hadji Malick Sow, président du Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire (GTDA), en visite dans le Royaume jusqu'au 18 décembre, à l'invitation du gouvernement marocain.

 

AL BAYANE:.

 

- La cour d'appel de Rabat juge recevable le recours pour invalidation de l'élection de Chabat au secrétariat général du PI. La cour d'appel de Rabat a jugé recevable le recours pour invalidation de l'élection de Hamid Chabat au poste de secrétaire général du parti de l'Istiqlal et des membres du comité exécutif du parti lors du 16ème congrès national du PI, a-t-on appris de source judiciaire. La même source a indiqué que la cour a décidé d'accepter l'appel, de procéder à une enquête et d'auditionner les témoins, avec à leur tête Abdelouahed Fassi, afin qu'ils prêtent sermon pour s'assurer de la véracité des infractions commises lors du congrès du PI.

 

ASSABAH:.

 

- Corruption: deux fonctionnaires de l'Intérieur devant la première instance de Salé. Deux fonctionnaires exerçant dans le service de légalisation des signatures au sein d'un arrondissement administratif à Salé ont comparu vendredi devant le tribunal de première instance de la même ville, suite à la déclaration d'une gendarme avançant que les deux fonctionnaires avaient reçu un pot-de-vin pour lui faciliter de façon illicite l'obtention de documents qui seraient utilisés dans des opérations d'escroquerie.

 

- Des parlementaires ont demandé aux ministres de s'employer, chacun dans son secteur, à réviser les produits provenant des sociétés qui bénéficient de contrats d'exploitation des ressources d'eau, d'or et d'argent contre des sommes dérisoires.

 

- Les groupes de la majorité ont décidé d'intensifier leur coordination, former une cellule pour défendre les ministres, assurer la présence des députés lors des séances de vote et défendre les plans législatifs du gouvernement.

 

AL MASSAE:.

 

- La CGEM critique les décisions du gouvernement de geler les investissements et les ordonnancements. Des sociétés affiliées à la CGEM ont adressé des critiques acerbes à l'égard de la décision du gouvernement portant sur le gel des investissements depuis octobre dernier et la suspension des ordonnancements concernant le mois de décembre. Cette décision a été prise par le chef du gouvernement en tant que démarche préventive pour préserver le déficit budgétaire à des niveaux plus bas.

 

- Des biens de contrebande, d'une valeur estimée à 4 millions de dirhams, ont été saisis à l'aéroport Mohammed V de Casablanca. Ces biens étaient emballés dans neuf boites carton provenant via une agence de courrier express. Une source de la direction des douanes a indiqué que la direction avait envoyé 50 nouveaux éléments à l'aéroport pour renforcer la sécurité et le contrôle.

 

- Pour le CESE, la corruption devenue monnaie courante dans le secteur de la Santé. Le Conseil économique, social et environnemental a fait état de l'existence de problèmes liés au stockage de médicaments dans le secteur de la santé, précisant que de quantités importantes de médicaments sont périmés.

 

ANNAHAR AL MAGHRIBIA:.

 

- Nizar Barak, président du Conseil économique, social et environnemental, indique que le citoyen marocain dépense une moyenne de 802 DH/an pour sa santé. Intervenant lundi lors d'un colloque, Baraka souligne que les familles marocaines assument les dépenses du traitement à travers le paiement direct, affirmant que la pénurie en personnel dans le ministère de la Santé a atteint 6.000 médecins et 9.000 professionnels.

 

- Intervenant lundi à Fès lors d'un séminaire sur les "Politiques publiques au Maroc en matière d'immigration: Réalité et défis futurs", organisé par la Commission régionale des droits de l'Homme à Fès-Meknès, le président du Conseil national des droits de l'homme, Driss El Yazami, a indiqué que l'élaboration de la nouvelle politique migratoire a été dictée par le fait que le Maroc est devenu une terre de migration, après avoir constitué durant plusieurs années un lieu de transit des Subsahariens vers l'Europe. Ce changement, a-t-il dit, a impliqué la mise en place d'une nouvelle approche de gestion des flux migratoires basée sur le respect des droits de l'Homme pour garantir la dignité des migrants et sur l'échange entre les différentes cultures et civilisations.

 

- Les diplômés chômeurs signataires du PV de 20 juillet 2011ont obtenu gain de cause en vertu d'un jugement rendu lundi par le tribunal administratif de Rabat. Le tribunal a exhorté le chef du gouvernement à régler la situation administrative et financière des diplômés concernés (800 personnes) par les décisions judicaires qu'il a rendues.

 

 

AKHBAR AL YAOUM AL MAGRIBIA:.

 

- L’Agence pour la promotion et le développement du Nord estime que les cultivateurs du cannabis ne vont pas bénéficier de la légalisation de sa culture. Les représentants de l'Agence ont indiqué, lors d'une journée d'étude organisée par la Chambre des conseillers, qu'une étude réalisée en la matière indique que les revenus que le cultivateur aurait gagnés à travers la transformation industrielle du cannabis seraient au-dessous des gains qu'il perçoit actuellement.

 

- Tourisme: le gouvernement prévoit de nouvelles mesures pour vivifier la vision 2020. Le gouvernement compte adopter de nouvelles mesures durant l'année en cours pour ainsi diversifier et soutenir le secteur touristique. Ces mesures concerneraient l'investissement touristique, la promotion et la commercialisation appropriées, le renforcement de la compétitivité ainsi que la formation des ressources humaines.

 

AL AHDATH AL MAGHRIBIA:.

 

- Secteur de la santé: le CESE publie un rapport choquant. Dans un rapport publié lundi, les experts du Conseil économique, social et environnemental ont affirmé que la corruption est devenue monnaie courante dans le secteur de la santé. Le rapport a également fait état d'une pénurie du personnel médical, précisant que le secteur souffre d'un manque de 6.000 médecins et 9.000 professionnels.

 

 

- Le ministère de l'emploi et des affaires sociales dépose le projet d'indemnité pour perte d'emploi sur le bureau du chef du gouvernement. Tout prétendant à cette indemnité devra avoir perdu son travail de manière involontaire. Il devra au préalable justifier de 780 jours de cotisations sociales dont 216 durant la dernière année de travail avant la perte de son emploi. L'indemnité ne sera pas sollicitée toutefois au cas où les salariés auraient démissionné ou commis de fautes graves.

 

SAHIFAT ANNAS:.

 

- La justice espagnole a émis un mandat d'arrêt à l'encontre de deux Marocains ayant regagné le Maroc. Les personnes recherchées sont soupçonnées de faire part d'un réseau criminel, composé de 17 individus, qui aurait commis 109 opérations de cambriolage dans des villes en Espagne.

 

ATTAJDID:.

 

- Un Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire (GTDA), en visite dans le Royaume jusqu'au 18 décembre, à l’invitation du gouvernement marocain. Cette visite vise à éclairer les experts du GTDA sur les différentes réformes enclenchées par le Royaume dans les domaines de la justice et des droits de l’homme, notamment en ce qui concerne la détention arbitraire. Au cours de cette visite, la délégation du GTDA aura des rencontres avec plusieurs ministres, responsables gouvernementaux et représentants de la société civile.

 

- Selon un rapport présenté lundi par le Conseil économique, social et environnemental, la corruption est devenue une pratique courante dans le secteur de la Santé, qui semble être le plus affecté par cette gangrène. Le rapport a en outre affirmé que le financement des soins au Maroc est basé en grande partie sur le paiement direct des familles. En outre, le rapport a souligné que l'accessibilité géographique aux soins demeure très difficile pour 24 pc des citoyens.








Votre commentaire
* Votre nom
* Titre du commentaire
  * Pays
* Le commentaire
  * Code de vérification



D'intenses recherches sont menées par la police pour retrouver un homme filmé devant un lycée

Le kiosque: cinq marocains rejoignent la Syrie pour le "Jihad"

Le kiosque: Chabat accuse Benkirane de "marchandage"

Le kiosque: dissensions au sein de l’alliance Benabdellah-Benkirane

Le Kiosque: Benkirane comparé à Morsi

Le Kiosque: Remous et files d’attente devant les stations-service

Le kiosque: Benkirane entame ce lundi ses consultations

Le Kiosque: clivage au sein du RNI

Le kiosque: le PPS inquiet de son avenir au sein du gouvernement

Le Kiosque: les "primes de Mezouar" font obstacle aux concertations

Le kiosque: la guerre contre la criminalité

Le kiosque: la gestion communale de Casablanca sous la loupe

Le kiosque: La "patronne des patrons" mise sur la sellette

Le kiosque: La FRMF défend Lekjâa devant la FIFA

Le kiosque: la corruption, monnaie courante dans les hôpitaux

Le kiosque: La loi des télécoms en mode 4G

Le Kiosque: la fuite des capitaux fait des vagues

Kiosque: La crise de l'USFP bientôt dissipée

Kiosque: La grève mène des professeurs à la prison

Kiosque: La fraude angoisse les acteurs du secteur de l'enseignement





 




France 24 LIVE



Publicité



Publicité


Rechercher sur LA RELEVE


Nos services gratuits

 

»  Livre d'or

 
 

»  site amis

 

S'abonner à la newsletter



S'abonner à la RSS

 

»   RSS des articles

 
 

»  RSS des vidéos

 

Droits de production et de diffusion réservés © Copyright 2017 lareleve.ma