Mardi 26 Septembre 2017

Ramid au jeu des confidences empoisonnées

Ajouté le 9 Fevrier 2012 à 14:12


 

 

 

Anouar Mouloud

 

   Le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid  n’est décidément pas conscient de ce qu’il fait.

 

   Après avoir eu des réunions avec différentes instances dans le cadre de ses responsabilités,  il a convié des journalistes, en majorité  proches ou assimilés  de son parti ou des partis  qui lui sont alliés, pour leur parler  chez lui de tout cela.

 

   La réunion presque  officielle puisqu’il n’était pas   seul, il avait en sa compagnie Mustapha El Khalfi , ministre de la communication et  porte parole du gouvernement  ,a été l’occasion pour lui de déballer beaucoup de baratin.

 

   Selon Al Massae,  le ministre de la justice a dévoilé  les raisons du refus de la grâce pour Rachid Niny, expliquant  qu’il avait placé le nom de Niny en tête de la liste des grâces remises au Cabinet royal.

 

   "Le roi m'a dit que si Rachid Niny l'avait offensé, lui, je l'aurais gracié, mais il a porté atteinte à d'autres personnes et à des responsables de l'Etat", a déclaré le ministre de la Justice.

 

   Concernant les grâces prononcées en faveur de l'ancien banquier Khalid Oudghiri et de l'ancien champion de monde de boxe thaïlandaise, Zakaria Moumni, Ramid a dit que les demandes n'avaient pas été présentées par ses services.

 

  Bref tout ce qui est dit dénote d’une irresponsabilité inquiétante, comment se fait il que ce ministre signe  des documents puis déclare ne pas en être responsable ?Si on en est là aux premiers jours de son mandat, que va-t-il nous raconter dans quelques mois ou quelques années ?

 

   Sur le plan du contenu des déclarations du ministre, on se trouve face à la divulgation de propos échangés dans le cadre de l’administration des affaires courantes de l’Etat , va-t-on bientôt publier les minutes des délibérations  des magistrats ? A-t-on le droit de diffuser des documents sur des enquêtes en cours ? Il y a quand même des limites devant valoir comme la bienséance, le respect mutuel, le secret professionnel, la responsabilité politique, la responsabilité morale ….

 

   Tout cela ne semble pas avoir effleuré la pensée de notre nouveau ministre de la justice. Ce qui nous amène à dire  d’ores et déjà  que nous avons  un homme dangereux à ce poste gouvernemental très sensible.

 

   Par ailleurs, la réunion informelle   qui a fini par dévoiler le lendemain sur les pages des médias tout son contenu n’est pas une affaire saine. Ce n’est pas honnête car la plupart des médias qui n’apprécient pas  le Pjd et ses nouveaux alliés  n’ont pas eu droit  à l’invitation. Notre propre journal électronique n’a pas eu droit  à celle-ci. C’est une manière de consacrer l’exclusion des médias de l’accès à l’information, sachant que le PJD  a longtemps dénoncé cela, du temps où il était dans l’opposition .Exclusion, rétention de l’information ,divulgation à dose , manipulation  de l’opinion, bref déjà grâce à Ramid le PJD n’a pas tardé à annoncer  la couleur !








Votre commentaire
* Votre nom
* Titre du commentaire
  * Pays
* Le commentaire
  * Code de vérification



Après l’affaire Abu Ghrib : les Marines enquêtent sur une vidéo choquante en Afghanistan

ALGÉRIE-LIBYE : Le préfet d'Illizi libéré

Déclaration Benkirane : Les prémices d’une déception annoncée …

Algérie: Abdelhamid Mehri n’est plus

Afghanistan: négociations entre les talibans et le gouvernement

Faut-il rappeler à Ramid ses responsabilités ?

Ramid évoque la libération d’autres salafistes

Ramid au jeu des confidences empoisonnées

Lequel est le plus dangereux : Hadouchi ou Ramid ?

Réunion à Rabat du Comité de suivi de l'Union du Maghreb Arabe

Ramid au jeu des confidences empoisonnées





 




France 24 LIVE



Publicité



Publicité


Rechercher sur LA RELEVE


Nos services gratuits

 

»  Livre d'or

 
 

»  site amis

 

S'abonner à la newsletter



S'abonner à la RSS

 

»   RSS des articles

 
 

»  RSS des vidéos

 

Droits de production et de diffusion réservés © Copyright 2017 lareleve.ma