Lundi 23 Octobre 2017

El Otmani: Le rejet par le Maroc de la révision des compétences de la Minurso est juridique, politique

Ajouté le 23 Avril 2013 à 12:11


  Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Saâd Dine El Otmani


Lareleve.ma-MAP

 

Le rejet par le Maroc de la proposition d’élargir les compétences de la Minurso pour englober les droits de l’Homme est basé sur des considérations d’ordre juridique, politique et de droits de l’Homme, a affirmé, lundi à Rabat, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Saâd Dine El Otmani.

 

Ce rejet est fondé sur le fait que la Minurso est chargée, en vertu de l’accord de 1991, de surveiller le cessez-le-feu et d’organiser le référendum  rendu caduc systématiquement par les autres parties, et s’inscrit dans le cadre du chapitre VI de la charte des Nations Unies selon lequel chaque résolution doit être acceptée par toutes les parties, a souligné le ministre, en réponse à une question présentée par les groupes Socialiste, Haraki, Justice et développement, Progrès démocratique, Istiqlali pour l’unité et l’égalitarisme et Authenticité et modernité à la Chambre des représentants.

 

Le refus catégorique de toute tentative de modifier le mandat de la Minurso procède également du fait que le Royaume n’acceptera jamais qu’une partie quelconque porte atteinte à sa souveraineté sous quelque motif que ce soit, a-t-il ajouté, soulignant que la souveraineté nationale et la sécurité territoriale est un principe ancré dans le droit international.

 

Sur le plan politique, le Maroc rejette cette proposition, privilégiant le règlement politique conformément aux résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, au lieu de soulever d’autres sujets à dessein de faire dérailler ce processus, a-t-il fait remarquer.

 

Le Maroc, tout en réitérant sa disponibilité à coopérer avec la Minurso afin qu’elle puisse accomplir sa mission, est pleinement engagé à parer à toute dénaturation ou politisation du mandat principal de la mission onusienne, laquelle modification menacerait même son existence, a-t-il dit.

 

Côté droits de l’Homme, le ministre a rappelé que le Royaume, en adoptant une approche volontariste, a pris des initiatives visant la promotion des droits de l’Homme, y compris dans le Sahara, dans le cadre des réformes audacieuses et tangibles entreprises lesquelles réformes ont été saluées par le Secrétaire général de l’ONU dans ses rapports des deux dernières années.

 

Dans ce sillage, El Otmani a souligné que le Maroc a franchi de grands pas sur la voie du renforcement de l’autonomie des mécanismes nationaux et l’ouverture sur les procédures spéciales de l’ONU, ajoutant que la proposition portant sur la mise en place d’un mécanisme international pour la surveillance des droits de l’Homme au Sahara fait litière des efforts déployés par le Maroc en la matière, ce projet étant dénué de tout fondement réaliste, car un tel mécanisme n’a jamais été proposé pour une situation similaire, a-t-il dit.

 

Dans le même ordre d’idées, El Otmani a affirmé que le Maroc n’a rien à cacher, rappelant la récente visite au Royaume du rapporteur européen sur les droits de l’Homme. Nous serions le seul pays de la région à avoir invité d’autres rapporteurs internationaux à visiter son territoire, convaincus en cela du sérieux des réformes accomplies par le Maroc dans le domaine des droits de l’Homme, a-t-il soutenu.

 

Le ministre a, d’autre part, noté que si une revendication urgente et immédiate il y a dans le domaine des droits humains, le recensement des séquestrés dans les camps de Tindouf est la première priorité, avec l’obligation pour le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés de leur garantir protection et leur permettre, notamment aux enfants, aux femmes et aux personnes âgées, de rallier la mère patrie, conformément aux accords internationaux et à la convention de Genève relative aux réfugiés.

 

Sur le plan sécuritaire, El Otmani a souligné que la recrudescence des menaces dans la région exige de prendre toutes les précautions nécessaires afin de faire face à ce danger, affirmant que la proposition d’élargissement du mandat de la Minurso ouvre grande la porte à l’anarchie sécuritaire.

 

Et d’ajouter que cette proposition dénote d’une position purement politique, biaisée en faveur des intérêts des autres parties et risque de saper la démarche politique et d’exposer la région à toutes les éventualités possibles, affirmant que toutes les parties ont le devoir d’assumer leurs responsabilités.

 

Rappelant les positions prises par le Maroc, ses efforts diplomatiques et les visites effectuées par une délégation de haut niveau, dépêchée par le Roi Mohammed VI dans nombre de pays membres du Conseil de sécurité, El Otmani a affirmé que la position marocaine puise sa force dans l’union du peuple marocain et de toutes les forces nationales et de leur mobilisation constante derrière le Souverain pour la défense de l’intégrité du Royaume.

 








Votre commentaire
* Votre nom
* Titre du commentaire
  * Pays
* Le commentaire
  * Code de vérification



Moncef Marzouki se rendra prochainement au Maroc

Moncef Marzouki au Maroc en février...

El Othmani en Algérie : de l’Uma à l’Oumma

Le PJD : le temps est à la prolifération de positions internes critiques

Rabat-Alger: réconciliation en vue?

Une rencontre de bonnes intentions

Pourquoi Union du Maghreb «Arabe»?

Préparatifs pour la réouverture des frontières maroco algérienne

Maroc-Algérie: La réouverture des frontières se prépare

Saad Dine El Otmani : visite de travail en Espagne

El Otmani: Le rejet par le Maroc de la révision des compétences de la Minurso est juridique, politique

El Otmani: Le Maroc, premier partenaire commercial de la Russie aux niveaux africain et arabe





 




France 24 LIVE



Publicité



Publicité


Rechercher sur LA RELEVE


Nos services gratuits

 

»  Livre d'or

 
 

»  site amis

 

S'abonner à la newsletter



S'abonner à la RSS

 

»   RSS des articles

 
 

»  RSS des vidéos

 

Droits de production et de diffusion réservés © Copyright 2017 lareleve.ma